• Élisabeth de France, également appelée Élisabeth de Bourbon (22 novembre 1602 à Fontainebleau - 6 octobre 1644 à Madrid) fut reine consort d'Espagne, de Portugal, de Sicile et de Naples, duchesse consort de Bourgogne, de Milan, de Brabant, de Luxembourg et de Limbourg, comtesse consort de Flandre et comtesse palatine de Bourgogne.

    Il y a 412 ans, naissait Élisabeth de France
    Élisabeth de France vers 1625.


    Fille de Henri IV et de Marie de Médicis, elle nait 1 an après son Frère Dauphin de France, le futur Louis XIII.

    Il y a 412 ans, naissait Élisabeth de France
    AD 49/Noëllet/BMS 1599-1671 vue 2/500

    Biographie

    Elle est baptisée dans la religion catholique le même jour que son frère Louis et sa sœur Christine, avec pour marraine l'infante Isabelle d'Autriche, fille de Philippe II d'Espagne, gouvernante des Pays-Bas, mais ne reçoit pas de parrain. Objet vivant d'une alliance avec l'Espagne, non souhaitée par son père mais désirée par sa mère, Marie de Médicis, princesse italienne, les Concini, favoris de sa mère, et le parti dévot Français, elle est "échangée" contre l'infante espagnole Anne d'Autriche qui quitte son Espagne natale pour épouser le frère d’Élisabeth, (Louis XIII). A Bordeaux, le 25 novembre 1615, Élisabeth épouse le futur roi Philippe IV d'Espagne. En raison du jeune âge de Philippe IV, qui n'a que dix ans, on tient Elisabeth à l'écart de la cour et de son époux. Mais la maladie de Philippe III change la donne. Le mariage est enfin consommé et Elisabeth est très rapidement enceinte. Élisabeth devient la deuxième reine d'Espagne française depuis Élisabeth de France (1545-1568), fille d'Henri II et femme de Philippe II d'Espagne. Ils sont couronnés en 1621 mais les festivités sont gâchées par la naissance prématurée d'une petite fille qui ne survivra pas, Marie-Marguerite.

    Enfants

    Dès l'âge de 19 ans, elle commença à donner régulièrement des héritiers à Philippe IV :

    • Marie-Marguerite (14 août 1621 - 15 août 1621) étant née prématurée elle n'a pas survécu
    • Marguerite-Marie-Catherine (25 novembre 1623 - 22 décembre 1623)
    • Marie-Eugénie (21 novembre 1625 - 21 août 1627)
    • Isabelle-Marie-Thérèse (31 octobre 1627 - 1er novembre 1627)
    • l'Infant Balthazar-Charles (17 octobre 1629 - 9 octobre 1646 probablement d'une crise d'appendicite)
    • François-Ferdinand (mort-né en 1634)
    • Marie-Anne-Antoinette (17 janvier 1635 - 5 décembre 1636)
    • L’infante Marie-Thérèse (10 septembre 1638-30 juillet 1683) épouse en 1660 Louis XIV, roi de France et de Navarre (1638-1715)
    • Un enfant mort-né (6 octobre 1644)

     

    Elle donna à son mari huit enfants, dont l'héritier du trône Balthazar-Charles. Parmi eux, seule sa plus jeune fille, Marie-Thérèse future reine de France, parvint à l'âge adulte, apportant à l'ennemi héréditaire de la Maison d'Autriche (la France dont elle est issue) des droits sur le trône et les possessions espagnoles.

    Mort

    Affaiblie par ses multiples grossesses et ses fausses couches, Elisabeth décède le 6 octobre 1644 en accouchant de son neuvième enfant.

    Il est fort probable que Philippe IV ait transmis à sa femme une maladie vénérienne qu'il aurait attrapée avec une de ses maîtresses. Cette maladie pourrait expliquer certaines fausses couches, mais les mariages consanguins dont est issu Philippe IV pourraient également en être la cause. Pour les enfants mort-nés ou morts lors de leur enfance, la mortalité infantile peut être évoquée ainsi que l'incapacité des médecins de l'époque.

    Élisabeth a souffert en silence de la mort de ses enfants et de ses fausses couches, et se sentait d'autant plus mal que certaines maîtresses de son mari lui donnaient des enfants. Sa culpabilité se ressent à travers les lettres qu'elle envoya à son frère Louis XIII et sa belle-sœur Anne d'Autriche. Elle avait toujours voulu que sa dernière fille, Marie-Thérèse, qui était âgée de cinq ans lors de la mort de sa mère, épouse le roi Louis XIV. Ce mariage eut lieu bien que les mariés étaient doubles cousins germains.

    Source: Wikipédia


    votre commentaire
  • Je me suis pris à sourire devant le Patronyme employé par le Curé de Champigné (49), ce 9 février 1597, qui n'a trouvé mieux que
    Macée LA RONDELLE, pour nommé la fille de Mathurin RONDEAU et Martine BARON, mes sosas 12378/12379

    Ça ne fait pas avancer le Schmilblick, certes, mais un peu d'humour n'a jamais fait de mal à personne he

     

    Un diminutif
    AD BMS 1596-1668 vue 4/428

    Pour info, Macée RONDEAU épousera Pierre Girault le 28 novembre 1618, à Champigné, et ils auront 8 enfants.

     

    Un diminutif "Kiné" pas piqué des hannetons, comme disait "masseur"
    AD BMS 1596-1668 vue 214/428


    3 commentaires
  • La Centenaire
    LAGNEAU (actif en France au XVIIe siècle)
    Portrait de vieille femme
    Crayon noir, sanguine et estompe

    En cette période très difficile du XVIIe siècle, juste après les épidémies de peste et de dysenterie qui viennent de frapper très lourdement l'Anjou, il est à noter que tous n'ont pas été logés à la même enseigne.
    En témoigne cet acte de Sépulture de Françoise LE COMMANDEUR, en date du 17 juillet 1734, d'une plus que Centenaire puisque décédée à l'age très honorable de 110 ans.

     

    La Centenaire
    AD 49 - Écuillé - BMS 1617-1676 (28 mai) vue 222/278

    Ma Centenaire Célèbre, Marie BREMONT, décédée à l'age de 115 ans, Doyenne du Monde:

     

    Marie Marthe Augustine MÉSANGE
    alias Marie BREMONT
    [Doyenne de l'Humanité]

    Premier(s) ancêtre(s) commun(s) :
     
    • Denis COTTIER
     
    • Yvonne GAULTIER

    Voir le cousinage

     

    Me revient en mémoire cette magnifique chanson de Lynda Lemay:

     

    • Artiste : Lynda Lemay
    • Album : Les Lettres rouges
    • Titre : La Centenaire
    • Date de sortie : 2002 

     

    Ca fait cent longs hivers
    que j´use le même corps
    j´ai eu cent ans hier
    mais qu´est-ce qu´elle fait la mort

    J´ai encore toute ma tête
    elle est remplie d´souvenirs
    de gens que j´ai vus naître
    puis que j´ai vus mourire

    J´ai tellement porté d´deuils
    qu´j´en ai les idées noires
    j´suis là que j´me prépare
    je choisis mon cercueil

    Mais l´docteur me répète
    visite après visite
    qu´j´ai une santé parfaite
    y´est là qu´y m´félicite

    {Refrain:}
    J´ai vu la Première guerre
    le premier téléphone
    me voilà centenaire
    mais bon, qu´est-ce que ça me donne
    les grands avions rugissent
    y´a une rayure au ciel
    c´est comme si l´éternel
    m´avait rayée d´sa liste

    Ca fait cent longd hivers
    que j´use le même corps
    j´ai eu cent ans hier
    mais qu´est-ce qu´elle fait la mort

    Qu´est-ce que j´ai pas fini
    qu´y faudrait que j´finisse
    perdre un dernier ami
    enterrer mes petits-fils?

    J´ai eu cent ans hier
    ma place est plus ici
    elle est au cimetière
    elle est au paradis

    Si j´mertais l´enfer
    alors c´est réussi
    car je suis centenaire
    et j´suis encore en vie

    {au Refrain}

    Moi j´suis née aux chandelles
    j´ai grandi au chaudron
    bien sûr que j´me rappelle
    du tout premier néon

    J´ai connu la grande crise
    j´allais avoir 30 ans
    j´ai connus les églises
    avec du monde dedans

    Moi j´ai connu les cheveaux
    et les planches à laver
    un fleuve beau
    qu´on pouvait se baigner

    Moi j´ai connu l´soleil
    avant qu´y soit dangereux
    faut-il que je sois veille
    venez m´chercher, bon dieu

    J´ai eu cent ans hier
    c´est pas qu´j´ai pas prié
    mais ça aurait tout l´air
    que dieu m´a oubliée

    Alors j´ai des gardiennes
    que des nouveaux visages
    des amies de passage
    payées à la semaine

    Elles parlent un langage
    qui n´sera jamais le mien
    et ça m´fait du chagrin
    d´avoir cinq fois leur âge

    Et mille fois leur fatigue
    immobile à ma fenêtre
    pendant qu´elles naviguent
    tranquilles sur internet

    {au Refrain}

    C´est vrai qu´j´attends la mort
    mais c´est pas qu´j´sois morbide
    c´est qu´j´ai cent ans dans l´corps
    et qu´j´suis encore lucide

    C´est que je suis avide
    mais qu´y a plus rien à mordre
    c´est au´mon passé déborde
    et qu´mon avenir est vide

    On montre à la télé
    des fusées qui décollent
    est-ce qu´on va m´expliquer
    ce qui m´retient au sol

    Je suis d´une autre école
    j´appartiens à l´histoire
    j´ai eu mes années folles

    J´ai eu un bon mari
    et quatre beaux enfants
    mais tout l´monde est parti
    dormir au firmament

    Et y´a qui moi qui veille
    qui vis, qui vis encore
    je tombe de sommeil
    mais qu´est-ce qu´elle fait la mort

     


    1 commentaire
  • Le curé d'Écuillé le relate dans le Registre BMS 1617-1676

    Épidémie de dysenterie en Anjou en 1639

          Epidemie de
          Dyssenterie
     du mois d'Aout 1639
    au mois de Mars 1640
          49 morts
    Le nombre de neuf qui sont décédés de la
    contagion en lad(it)e paroisse
    d'Ecuillé en l'année
    mil six cent trente neuf depuis le
    jour d'aout de la dite année 1639

     

    Épidémie de dysenterie en Anjou en 1639
    AD BMS 1617-1676 (28 mai) vue 226/278

    Tous les actes de Sépultures entre le 27 juin 1639 et le 30 janvier 1641 font mention de la Maladie et/ou la contagion.

    Le dernier étant la sépulture de René CORNÉ le 30 janvier 1641

    Épidémie de dysenterie en Anjou en 1639
    AD BMS 1617-1676 (28 mai) vue 229/278

     

    De nouveau en sommeil durant l’hiver , la peste reparaît en juillet 1639, à Angers et un peu partout dans la province. Cette nouvelle manifestation, considérée désormais par les Angevins comme une fatalité liée au retour de la belle saison, n’est ni plus ni moins meurtrière que celle des années précédentes. . Mais dans les premiers jours d’octobre, une terrible épidémie de dysenterie frappe de nombreuses paroisses de l’Anjou, avec une simultanéité et une brutalité étonnantes. Dysenterie bacillaire et peste sont des maladies trop distinctes l’une de l’autre et alors trop fréquentes pour que les contemporains s’y trompent.

     


    votre commentaire
  • Encore une fois, je me retrouve devant ce dilemme, Fille ou Garçon ?

    Fille ou garçon ?


    Personnellement, j'ai opté pour Julien, en me disant que le sexe, s'il n'était peut être pas évident à la naissance, ne laissaitplus aucun doute 14 mois plus tard ?

    Julienne LE MAIR (LE MER), nait le 21 septembre 1669 à Pluvigner  (56), de Louis LE MAIR (LE MER) et de Françoise TALHOUET, mes sosas 8004 & 8005.

    Fille ou garçon ?
    AD BS 1668-1671 vue 45/108

    Elle (il) décèdera 14 mois plus tard, mais sous le nom de Julien LE MAIR (LE MER).

    Fille ou garçon ?
    AD BS 1668-1671 page 82/108


    votre commentaire
  • Je connais le Sacriste (Sacristain *), mais c'est la 1ere fois que je lis Sacriste de peine ?

    Vieux métier: Sacriste de peine

    Le quatorzieme jour du mois de novembre mil sept cent-
    treize a été baptisé par nous Prêtre Docteur en
    Théologie Vicaire de la Paroisse de Daon soussigné René
    né de ce jour Fils de René HURPIN Sacriste de peine de
    cette Église et de Jeanne HOUDEBINE sa femme ont été
    parrain h.h. Pierre RICHARD et maraine damoiselle
    Renée NOËL fille tous de cette paroisse qui ont signé.

    Ace de Baptême de René HERPIN
    le 14/11/1713 à Daon (53)

    Vieux métier: Sacriste de peine
    AD BMS 1694 (mars)-1715 vue 218/240

     

    Sacristain *: Un sacristain est une personne (laïque ou religieuse), employée par le diocèse, chargée de la tenue de la sacristie et du bon déroulement matériel des célébrations. Le sacristain prépare notamment tous les objets liturgiques nécessaires pour la messe.

    S'il est chargé plus généralement de la tenue de l'église, on parle alors de bedeau.

    Si cette personne est une femme, on parle alors parfois de sacristine. Le sacristain qui portait un costume d’apparat lors des cérémonies religieuses était jadis appelé « suisse », il ouvrait notamment les processions en faisant sonner sur le dallage la lance de sa hallebarde ou le fer de sa canne à pommeau d'argent. (Source Wikipédia)


    1 commentaire
  • Pour quelles raisons, Renée CHABAIN, ma sosa 775, Femme de Georges LE BOUVIER, Métayer au Grand Chesnay, est-elle gratifiée de deux dates de décès ?

    Je remonte le registre BMS 1694 (mars)-1715 de Daon (53), en sens inverse, pour retrouver un autre décès et je tombe d’abord sur cet acte, rayé, certe, mais une date de décès et une date de sépulture le lendemain ?

    Décédée le 18 aout 1714 et inhumée le lendemain

    Deux dates de décès
    AD BMS 1694 (mars)-1715 vue 226/240

    Deux pages plus loin, je trouve cet acte, non rayé lui, ou elle serait décédée le 27 juin, soit 2 mois plus tôt, en accouchant d'une flle, aussi décédée ce même jour ?

    Décédée le 26 juin 1714 et inhumée le lendemain

    Deux dates de décès
    AD BMS 1694 (mars)-1715 vue 224/240

     

     


    1 commentaire
  • Quelles peuvent bien être les raisons de l'interdiction d'église de "Montreuil-Poulay", mentionnée au Baptême de Renée JARRY, le 11 janvier 1616 à Chantrigné (53) ?

    Le jour et an que dessus (11 janvier 1616), a été baptisée Renée JARRY fille
    de Guillaume JARRY et de sa femme de la paroisse de Monstereul (Montreuil-Poulay)
    a cause de l'interdiction de leur église. Pour parrin ..
    .....

    Interdiction d'église ?
    AD BMS 1596-1635 vue 11/114


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires