• 17 Avril 1913 L'accident du ballon "Zodiac XIV "

    Relevé dans le Petit Courrier d'Angers le 18 Avril 1913

     

    17 Avril 1913 L'accident du ballon "Zodiac XIV " :

    Depuis près de 2 mois, les aviateurs militaires effectuent des exercices de reconnaissances aériennes, à bord de ballons sphériques pilotés par des officiers aérostiers. Les départs de ces ballons ont lieu dans l'enceinte du parc aérostatique de l'Aéroclub, à Saint-Cloud.
    Le 17 avril, cinq départs sont prévus. La météo n'est pas très bonne avec un vent assez violent et la pluie qui tombe en rafales.

    Pour la 4ème mission, le ballon sphérique de type "Zodiac XIV" de 1.600 m3 s'élève et prend rapidement de l'altitude. Son équipage se compose de :

    • M. Jacques Aumont-Thiéville, pilote de la mission, aérotier civil de l'Aéroclub de France et auteur d'une traversée nocturne de la Manche, seul à bord du ballon "la Tulipe", le 28 septembre 1912.
    • Capitaine Pierre Clavenad, aviateur militaire, brevet de pilote militaire n° 9 obtenu le 6 mai 1911, issu des chasseurs à pied,
    • Capitaine Henri de Noue, aérostier militaire du parc aérostatique militaire de la Maison-Blanche de Vincennes, issu du 3ème régiment de Dragons de Nantes,
    • Lieutenant de vaisseau Hilaire de Vasselot de Regne, aviateur militaire, issu du régiment de génie de Versailles,
    • Sergent Henri Richy, élève pilote militaire du centre d'aviation de Douai.

    Cne Pierre Clavenad - Pilote militaire - Issu des chasseurs à pied - Brevet de pilote militaire n° 9 obtenu le 6 mai 1911 - Tué au cours de l'accident du Zodiac XIV, le 17 avril 1913 - Photo "Le Petit Journal" mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

    Cne Henri de Noue - Issu du 3ème régiment de Dragons de Nantes - Aérostier militaire du parc aérostatique militaire de la Maison-Blanche de Vincennes - Tué au cours de l'accident du Zodiac XIV, le 17 avril 1913 - Photo "Le Petit Journal" mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

    LV Hilaire de Vasselot de Regne - Issu du régiment de génie de Versailles - Aviateur militaire - Tué au cours de l'accident du Zodiac XIV, le 17 avril 1913 - Photo "Le Petit Journal" mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

    Sgt Henri Richy - Elève pilote du centre d'aviation de Douai - Brevet de pilote militaire n° 241 obtenu le 2 avril 1913 - Tué au cours de l'accident du Zodiac XIV, le 17 avril 1913 - Photo "Le Petit Journal" mis en ligne par le site "Gallica" de la Grande Bibliothèque de France.

     

    Après avoir survolé Paris à une grande altitude, le ballon, qui donnait des signes de défaillance depuis Vincennes, était brusquement descendu et avait en partie arraché les fils télégraphiques et les signaux de la voie ferrée près de Rosny-sous-Bois. Poussé par un vent violent d'Ouest, le ballon frôle la cime des arbres près de Nogent. A Fontenay-sous-Bois, l'équipage largue du lest pour regagner de l'altitude. En vain ! La bourrasque le plaque au sol. Au passage, le ballon emporte une cheminée. Après un nouveau lancé de lest et le largage de l'ancre, le ballon reprend un peu de la hauteur. Arrivé à 250 m d'altitude, entre la Malhoue et Noisy-le-Grand, le Zodiac se dégonfle brusquement, se replie sur lui-même et s'écrase au sol dans un champ labouré appartenant au comte de Cahen d'Anvers, entre Noisy-le-Grand et Villiers-sur-Marne.
    Les témoins, arrivés sur place, découvrent une scéne tragique. Les cinq occupants de la nacelle gisent au sol, enchevétrès les uns sur les autres. Le Cne Clavenad, le Sgt Richy et M. Aumont-Thiéville avaient été tués sur le coup. Les deux derniers occupants, qui avaient tenté de monter dans les cordages pour se protéger de la chute, étaient encore en vie. Les deux officiers, grièvement blessés, sont chargés dans une automobile arrivée sur place. Déposés dans une salle de billard d'un café voisin de la gare de Villiers-sur-Marne, ils reçoivent les premiers soins de deux médecins. Ils constatèrent très vite que l'état de santé du Cne de Noue était critique car il souffrait d'une fracture de la colone vertèbrale. Il décédera des suites de ses blessures. Le dernier blessé, le Ltt de Vasselot semble moins atteint car il était toujours conscient. Il est transporté, par ambulance militaire, à l'hôpital Bégin, où il décédera des suites de ses blessures internes, quelques heures plus tard.

    L'enquête va montrer que la corde de déchirure avait été volontairement tirée, ouvrant normalement sur plus de 30 cm le panneau de déchirure situé au sommet de l'enveloppe. Cette manoeuvre se fait normalement à un mètre de sol, juste avant l'atterrissage. La corde de déchirure est enveloppée d'une large bande d'étoffe rouge qui la distingue nettement de toutes les autres commandes. La traction de cette corde en altitude provoque la chute certaine du ballon.

    Les hypothèses avancées auront été que le pilote a dû demander de l'aide à ses passagers pour maitriser son engin à travers les rafales de vent. Non expérimentés, l'un d'eux a dû commettre une fausse manoeuvre dans le maniement des cordes de commandes, provoquant la chute fatale de l'aérostat.

     

    Source: albindenis.free.fr

    ********************************************

     

    Département  93 Seine-Saint-Denis   Commune  : Noisy-le-Grand Accessible au public. Coordonnées : 48° 49' 58.08" N  2° 34' 54.24" E. 48.83280 2.58173. 48°49.968 N 2°34.904 E
    Au carrefour de la rue du ballon et de l'impasse Neil Armstrong.

    A la mémoire de Jacques Aumont Thieville, capitaine Clavenad, capitaine de Noue, lieutenant de vaisseau Vasselot de Regne, sergent Richy, victimes de la catastrophe du ballon ZODIAC XIV le 17 avril 1913.
    Au cours d’une ascension militaire le ballon sphérique qu’ils montaient s'était élevé au parc de l'aéroclub de Saint Cloud.
    Après un atterrissage tragique sur Fontenay-sous-bois il s'abattit définitivement dans la partie de la plaine visible à droite de ce monument.
     

     

     

    Source: aerosteles.net

    « ChallengeAZ O comme OrizabaTerminé »

  • Commentaires

    1
    bouli93
    Lundi 16 Septembre 2013 à 21:34
    bouli93

    Je connais ce monument depuis mon enfance , il a bien été dégradé par les graphitis de toutes sortes, laissé a l'abandon de nombreuse années , il a enfin été nettoyé et restaurer. Les inscriptions sont bien dégradées et auraient besoins d'être refaites.L'accident a bien eu lieu sur le territoir de Noisy le Grand , a la limite de Champs sur Marne et de Malnoue ( Emmerainville).
    Je connaissais l'endroit exacte de l'accident , car le propriétaire de cette époque avait fait placé un monticule de pierres de son champ a cet endroit. Et les propriétaires suivant, la famille " Massieu ", avaient perpétré le marquage de ce lieu , qui a présent se trouve au milieu de la zone industrielle < Descartes >. Dans les différents récits on parle de Villiers , je pense qu'il s'agit d'une confusion et le lieu semblerait être " les Richardets " a Noisy le grand distant d'environ 1 Km, quand au tabac ave le billard sur lequel on aurait transporté le mourant , il se trouve a l'ancienne Halte, d'où la confusion avec la Gare . le Docteur appelé  du nom de " Basquier " est en fait le "Docteur" Jean Vaquier " très connu a Noisy le Grand et probablement le seul a l'époque !...
    Si quelqu'un a des précisions sur cet accident , je serai content de les lire , merci.

    2
    Lundi 16 Septembre 2013 à 21:50

    Merci pour ces précisions bouli ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :