• Roland Garros fut un aviateur civil très célèbre avant 1914, lors de la Première Guerre mondiale, mort pour la France le 5 octobre 1918 à Saint-Morel près de Vouziers dans les Ardennes, un des pionniers exemplaires qui ont profondément marqué les débuts de l'aviation.

    Fait prisonnier en 1915, et comme toutes les fortes têtes, Garros sera soumis à une surveillance accrue et brinquebalé d’un camp à un autre (Küstrin, Trèves, Gnadenfrei, Magdeburg, Burg et de nouveau Magdeburg), car il faut l’empêcher d’avoir le temps de réunir les conditions d’une évasion. Après de nombreuses et infructueuses tentatives, par tunnel, par mer ou même par avion , Garros ne parviendra à s'évader qu’au bout de trois ans, le 15 février 1918 .

    Ces trois ans de captivité ont sérieusement dégradé sa santé, particulièrement sa vue : sa myopie latente devenue très gênante l’oblige à aller clandestinement se faire faire des lunettes pour pouvoir continuer à piloter.

    Le 5 octobre 1918, à l’issue d’un combat, son avion explose en l’air avant de s’écraser sur le territoire de la commune de Saint-Morel, dans les Ardennes, non loin de Vouziers où il est enterré. (Source tombes-celebrites.com)



    J'ai trouvé plusieurs article sur la mort du Héros.

    Le Petit Courrier d'Angers du 8 octobre 1918  

                               Egalement du 8 octobre

    Du 15 octobre 1918

       Du 18 octobre 1918

     

    Roland Garros et le Tournois

    Bien qu’il ne fut pas un grand joueur de tennis  comme certains pourraient le penser, Roland Garros fut bien un homme d’exception, dont notre pays peut être fier.

    Né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion,  Roland Adrien Georges Garros est foudroyé par une grave pneumonie à l’age de 12 ans. Ainsi ira t-il désormais chercher l’air qui lui manque tant sur Terre au firmament et vouera une véritable passion pour l’aviation. Battant des records d’altitude, il sera aussi un précurseur : il fut le premier à effectuer la traversée aérienne de la baie de Rio puis celle de la Méditerranée, le 23 septembre 1913 (en 7 heures et 53 minutes). Mais c’est au cours de la Première Guerre mondiale qu’il s’illustra de la façon la plus éclatante. S’engageant dès le 2 août 1914, il fut d’ abord affecté à l’escadrille « Morane-Saulnier » MS23, avant de participer à de nombreuses missions d’observation, de reconnaissance et de combats aériens. C’ est d’ailleurs sous les coups de l’ennemi qu’il tombera le 5 octobre 1918 à Saint-Morel, près de Vouziers, dans les Ardennes.

     

     

    Si le nom de Roland Garros est généralement associé au tennis, c’est parce que son ancien camarade 
    d’ HEC,  Émile Lesieur -athlète, joueur de rugby, mais aussi pilote de chasse durant la Grande Guerre- insista pour que l’enceinte, qui devait devenir le temple du tennis français, porta le nom de son ami disparu. Ainsi le stade « Roland-Garros » sera inauguré en 1928. Un moyen de faire revenir l’honorable aviateur sur la  terre ferme ; une terre « rouge ocre »- foulée, chaque année, par les plus grands joueurs de tennis- qui rapelle étrangement le sang que Roland a versé pour son pays…
    (Source: france-histoire-esperance.com)


  • Le CGSO (Centre Généalogique du Sud Ouest) vient d'éditer "un dictionnaire sur les abréviations et graphèmes".
    Un aperçu du dictionnaire ainsi qu'un bon de commande est en pièce jointe pour les personnes intéressées.


  • Relevé sur le Petit Courrier d'Angers du 29 juin 1925


  • Relevé sur le Petit Courrier d'Angers du 15 juin 1919, la veille des Élections Législatives

     


  • Je vais de temps à autre vous présenter une de mes Cartes Postales Anciennes (CPA) que j'ai en vente sur un site fait pour ça, mais uniquement si elle a un attrait généalogique.

    CPA Animée - L'Hôpital Renée Sabran - Presqu'Ile de Giens - Les poupons de 2 à 4 ans

    L'hôpital Renée Sabran fut construit de 1889 à 1892 , sur un terrain acheté par Monsieur Herman Sabran, il fait partie du CHU de Lyon.

     Installé sur la presqu’île de Giens, devant la mer, depuis 1889.
    La création du sanatorium s'inscrit dans le contexte de la découverte de l'efficacité des traitements en milieu marin pour soigner la tuberculose, à la fin du 19e siècle.
    Ainsi, en 1875, les Hospices Civils de Lyon décident la création d'un hôpital maritime pour enfants.
    A partir de 1882, Hermann Sabran (1857-1914) , président du conseil d'administration, très affecté par le décès, consécutif à la tuberculose, de sa fille unique Renée, s'y consacre personnellement. Il choisit la presqu'île de Giens où une vingtaine d'enfants sont accueillis en 1887 dans deux immeubles de location, puis achète un domaine de 25 hectares en bordure de la baie de la Vignette (plage) dont il fait donation aux Hospices en 1888. 
    La première pierre du sanatorium et de la chapelle est posée en 1889, l’inauguration a lieu en 1892.
    (Source: http://mimidusud.skynetblogs.be)

    CPA Animée - La Belle Époque
    L'Hôpital René Sabran - Presqu'Ile de Giens
    Les poupons de 2 à 4 ans


    • Dos: divisé
    • Circulé: oui
    • Année: (réédition) Tamponnée de Giens, le 28/08/1989, au verso et d'Angoulême, le 30/08/1989, au recto.
    • État: Très bon
    •   Numéro: 7
    • Éditeur: NEP Marseille

    Sa fiche sur Delcampe.fr
    (Si cette carte vous interesse, ne l'achetez pas sur Delcampe, dites le moi ici, je fais 50% pour mes amis Généalogistes)


  • Pour en finir avec ma "Trilogie Saga" La Poste d'hier à aujourd'hui

    Le logo

     

    Du P de Poste au logo “La Poste”, c’est toute l’histoire d’une entreprise qu’on peut lire ici. En 1879, un premier T pour Télégraphe forme l’enseigne P&T. L’apparition du téléphone, au tournant du siècle, ajoute un second T pour Téléphone, puis Télécommunications. Les PTT traversent les deux guerres mondiales avant d’assister en 1959, à l’extinction du télégraphe. Les P&T renaîtront alors un temps avant d’intégrer la Télédiffusion en 1980. C’est en 1987 que la marque
    La Poste remplace définitivement et officiellement les PTT. Ceignant la casquette des facteurs, la “fusée postale” décolle quant à elle en 1960.

    Galerie de l'évolution du logo La Poste

    Naissance d’un logo : décoration en fer forgé d’après un motif de style “nouille” en verre étiré. Un premier logo PTT apparaît sur les véhicules Objets et véhicules reçoivent un logo commun
    Dans le plus pur style d’après-guerre, La Poste signe sa reconstruction et crée un en-tête
    commun à tous ses imprimés

    L’affichiste Guy Georget
    signe la “fusée postale”

    qui marque l’entrée de La Poste dans l’époque moderne

     

    Le logo évolue passant de 5 à 3 parties
    Un premier livre de normes est rédigé
    qui
    homogénéise l’intégralité des supports de La Poste :
    enseignes, véhicules, documents,
    etc.
    Une marque est née
    Une marque repère naît unifiant les métiers du groupe autour d’une identité visuelle préservée Cette nouvelle identité
    "Le Groupe La Poste"

    vise à rassembler les Métiers, les filiales et
    les marques sous
    une bannière unique


    Source: laposte.fr


  • Après les Véhicules de la Poste, voici l'histoire de nos Boites aux Lettres.

    Les boîtes aux lettres

     

    Si les premières boîtes aux lettres apparaissent à Paris dès 1760, elles restent confinées dans des lieux publics abrités tels les limonadiers.  L’essor de la collecte reste lié à la décision d’Arago, célèbre astronome physicien, membre du gouvernement provisoire de 1848, de taxer les lettres au poids et non plus à la distance.
    L’unification du  territoire via le service public va doper le courrier et multiplier les échanges. Autre changement capital, c’est désormais l’expéditeur qui paiera l’envoi.
    Le timbre sera institué l’année suivante, en 1849, constituant dès sa création, une véritable avance de trésorerie pour
    La Poste.

    Les boîtes aux lettres de La Poste au fil du temps

    Boîte en bois Boîte murale en bois avec porte en tôle Boîte borne avec porte en fonte Boîte en fonte “Delachanal” appelée
    “Mougeotte” : sur colonne
    Boîte en fonte “Delachanal” type
    “Gares de Paris”
    Boîte en fonte “Delachanal” dite “concédée”
    pour les particuliers
    Boîte “Delachanal” 2e type Boîte murale “Delachanal-Gonste” appelée
    “Simyanette” de type “Coq Gaulois” installée
    uniquement à Paris
    Boîte “Foulon” Boîte "Foulon" grand modèle Boîte "Foulon" aux armes de l'Aéropostale Boîte "Foulon" en tôle fabriquée par
    Picard Sauerbach
    Boîte “Dejoie” Boîte “Dejoie” deuxième version Boîte “Foulon” repeinte au jaune de La Poste Boîte “Dejoie” à vidage rapide
         
    Boîte aux couleurs de la nouvelle identité      


    Source: laposte.fr


  • Ma branche Armoricaine

    Aujourd'hui 4 juin 2013,  c'est le 277e anniversaire de Jan HILLION, mon sosa 145 (côté GM Paternel), né le 4 juin 1736 à Boqueho dans les Côtes-d'Armor, de Guillaume HILLION et de Anne GAREL

     

    Jan épouse Anne LE SOUDER le 5 février 1755 à Boqueho

     

    Je n'ai pas encore trouvé son décès ce jour, mais je m'y emploi, sachant qu'il est encore vivant au Mariage de sa fille Marie Jeanne le 26 janvier 1785 au Foeil (22)