• J'ai reçu hier, un courrier timbré avec des timbres édités en juin 1942, retirés de la vente en octobre de la même année, mais oblitéré le 22 novembre dernier.

    Pour la petite histoire, il faut savoir que vous pouvez tout à fait timbrer vos courriers et colis avec des timbres français en francs, quelque soit la date, tant que c'est l'équivalent du prix en €.
    D'où l’intérêt d'acheter des lots de vieux timbres sur les vides greniers, pour qui, comme moi, envoi souvent des colis.
    A quelques exceptions près comme les timbres à l’effigie de Pétain qui ont été démonétisés, il est strictement interdit d'affranchir avec.

    Bloc 4+1 Timbres Jules MASSENET
    Dessiné par Paul-Pierre Lemagny
    Gravé par Antonin Delzers

    Vente générale le 22 juin 1942
    Retiré de la vente le 24 octobre 1942
    Valeur faciale : 4,00 F
    Taille image : Timbre vertical 18x22 mm Dentelure 14x13½
    Couleur : vert-bleu
    Imprimé en taille douce rotative

    Oblitérés le 22 novembre 2013

    Compositeur né à Montaud (Loire) en 1842.
    Etudes au Conservatoire de Paris, Grand-Prix de Rome de composition, membre de l'Académie des Beaux-Arts.
    Auteur de symphonies et opéras, dont le plus connu est Manon.
    Il meurt à Paris en 1912
    ----------


  • Un petit listing des Meuniers, Chasserons (Aides Meuniers) et autres Fariniers présents dans ma généalogie.
    je n'ai pas tous les Moulins, mais je m'y emploie.

    Voir aussi mes Sabotiers Mes Sabotiers 

     

    Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers  08 - Ardennes

    • GILMERT Pierre Louis ca 1719- , marié avec Marguerite BLANCHEMANCHE (08 Sapogne-et-Feuchères)
    • GILMERT Ponce 1751-1829 , fils de Pierre Louis et Marguerite BLANCHEMANCHE, marié avec Marie Marthe POTTIER (08 Sapogne-et-Feuchères)
    • LAMBERT Jacques 1815- , fils de Bernard et Louise LEROI, marié avec Marie LEONARD (08 Amblimont)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers  17 - Charente-Inférieure

    • 1 BARBREAU Etienne †/1793 , marié avec Catherine GRAVAU ( 17 Courcoury)
    • 1 BLANVILLAIN Jean ca 1748-1820 , fils de Jean , marié avec Jeanne ROBERT ( 17 Courcoury)
    • BLANVILLAIN Pierre 1772-1834 , fils de Jean et Jeanne ROBERT, marié avec Elisabeth GINGUENAUD ( 17 Courcoury)
    • BLANVILLAIN Joseph 1790-1853 , fils de Jean et Jeanne ROBERT, marié avec Marie Anne BLANVILLAIN ( 17 Courcoury)
    • BLANVILLAIN Elie , fils de Jean , marié avec Marie PAVIS ( 17 Courcoury)
    • CAILLAUD Jean 1765-1843 , fils de Jean et Marie TARIN, marié avec Marie DESCHAMPS ( 17 Courcoury)
    • GARNIER Guillaume ca 1777-1833/ , fils de Jean et Catherine TARIN ( 17 Courcoury)
    • HAURY Jean 1750-1820 , fils de Guillaume et Marie ROBERT, marié avec Marguerite NÉRAUD ( 17 Courcoury)
    • HAURY Guillaume †1779/ , marié avec Marie ROBERT ( 17 Courcoury)
    • HAURY Pierre ca 1747-1808 , fils de Guillaume et Marie ROBERT ( 17 Courcoury)
    • HAURY Pierre †/1808 , marié avec Marie CAILLAUD ( 17 Courcoury)
    • MÉCHAIN Guillaume 1753-1819 , fils de Pierre MÉCHAIN (MESCHAIN) et Marie TOUCHARD, marié avec Marie GINGUENAUD
    • NATIER Etienne 1810-1883 , fils d'Etienne et Marie Marguerite GARNIER, marié avec Françoise HAURY ( 17 Courcoury)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    35 - Ille-et-Vilaine

    •  TAILLANDIER François 1791-1836 , fils de Jean et Louise GALLON, marié avec Marie DUPERRIN (35 Grand-Fougeray)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    37 - Indre-et-Loire

    • BAUDET Jean fils de Charles et Louise GILLET, marié avec Françoise DE LALANDE (37 Rivarennes)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    49 - Maine-et-Loire

    • 1 GÉMIN Mathurin ca 1625-1684 , fils de Gabriel et Renée DAVY, marié avec Jeanne COLEAU (49 L'Hôtellerie-de-Flée)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    53 - Mayenne

    • 1 GENDRY René 1643-1701 , fils de Pierre et Jehanne MASLIN, marié avec Catherine MAUXION Moulin de Cherruault
    • GENDRY Pierre 1645-1700 , fils de Pierre et Jehanne MASLIN, marié avec Renée GIRANDIER (53 La Selle-Craonnaise) Moulin de Cherruault
    • GENDRY Marin 1657-1722 , fils de Pierre et Marguerite MARSOLLIER, marié avec Marie GIRANDIER (53 La Selle-Craonnaise) Moulin de Cherruault
    • 1 GENDRY René ca 1595-1642 , marié avec Claude BESNARD (53 La Selle-Craonnaise) Moulin de Cherruault
    • GENDRY Marin 1657-1722, fils de Pierre et Marguerite MARSOLLIER, marié avec Marie GIRANDIER Moulin de Cherruault
    • PENATE Julien †/1747 , marié avec Mathurine GARNIER (53 Lassay-les-Châteaux)
    • RAIMBAULT Joseph †1863/ , marié avec Françoise RETOURS Meunier à Beslay

     

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    56 - Morbihan

    •  SIMON Jean 1774-1838 , fils de Louis et Jeanne LAVENANT, marié avec Marie Jeanne HENRIO (56 Baud)

               Mes Meuniers, Chasserons et autres Fariniers    79 - Deux-Sèvres

     

    • 1 DUFOUR Pierre François 1755-1813 , fils de Pierre et Catherine NAUDE, marié avec Marie Anne BOISMENEST (79 Airvault)
    • DEBOEUF Louis 1776- , marié avec Marie Magdeleine CHESSÉ (79 Soulièvres)
    • GAILLARD Louis 1784-1856 , marié avec Suzanne CHESSÉ (79 Soulièvres)


  • Je suis interpellé par cette acte au Seure (17) sur les TD de 1802/1932, à la fin des Naissances de 1922-1932

    Pas tant par l'Adoption, mais surtout que l'adoptée est épouse de ...

                                                                          Adoption de Sidoine SURBIER épouse de
                                                                          Maurice Victor THIBAUD par Monsieur Eugène
                                                                          FOUCHIER et Célestine DESCHAMPS son épouse.

    Je sais qu'on peut adopter une personne majeure, mais là on parle d'une femme mariée, même pas d'une Veuve, c'est différent.
    Qu'est-ce qui peut motiver ou justifier une telle demande ?
    Que cela vous inspire t'il ?


  • Ça ne s'invente pas, je me demande qui faisait la voiture balai ?

     

    Humour #Généalogie La voiture balai


    AD 17/Saint-Bris-des-Bois TD 1802/1932 vue 69/85

    Humour #Généalogie La voiture balai


  • 4 novembre 1913, catastrophe ferroviaire à Melun

    4 novembre 1913 - Melun : collision à 21 heures 30 entre le rapide Marseille-Paris et le train poste Paris-Pontarlier, par suite d'un non-respect de la signalisation par le mécanicien Dumaine, conduisant le rapide. L'accident, suivi d'un terrible incendie, fera 39 morts et 13 blessés. En mars 1914, le Tribunal correctionnel de Melun condamnera le mécanicien et le chef de train du train tamponneur respectivement à quatre mois et un mois de prison pour homicide par imprudence.

    *

    *AD 49/Presse/Le Petit Courrier/novembre 1917
    Pour afficher en grand dans une autre page, cliquez sur sous chaque photo

    Le 5 novembre
    Annonce de la catastrophe

    1

    vue 14/96

    Le 6 novembre
    1er bilan

    1
    vue 16/96

    Le 6 novembre
    récit des Rescapés


    vue 17/96

    Le 7 novembre
    Encore des cadavres

    vue 19/96

    Le 7 novembre
    version de la Compagnie

    vue 20/96

    Le 8 novembre
    Scènes déchirantes à l'Hôpital de Melun

    vue 22/96

    Le 8 novembre
    Les responsabilités

    Vue 23/96
    Le 9 novembre
    Les Obsèques des 15 Postiers

    vue 26/96
    Le 9 novembre
    Identification des corps

    vue 27/96
    Le 10 novembre
    Mise en bière des corps
    non identifiés

    vue 31/96
    Le 11 novembre
    Le corps du Docteur Jaboulay identifié

    vue 33/96
    Le 12 novembres
    Obsèques des victimes non identifiées.
    3 nouvelles disparitions

    vue 36/96
    Le 12 novembre
    Les obsèques de Joseph Gaborit (Lyon)

    vue 37/96
    Le 13 octobre
    Encore une disparition

    vue 40/96
    Le 14 novembre
    Après la catastrophe

    vue 43/96


    *


  • Le Généathème du mois de décembre: Je fais le point...

    Et débrouilles toi avec ça,  (ou comment faire un semblant de 1er article avec rien) et bien justement, j'ai une Point dans mon arbre, Perrine Point

    Origine : point représente une forme altérée de pons (bourgogne, franche-comte), nom de baptême issu du nom latin pontius, nom popularise par un ermite du jura ive siècle.(Source Généalogie.com)

     

    Perrine POINT dont je ne sais absolument rien à ce jour, est la femme de François FAVREAU (+25/01/1794).
    Il auront un fils, Armand né le 14 janvier 1789 à Cirières (79), celui-ci épousera Magdeleine GUERIN dont les Parents sont mes Ancêtres  à la 7e génération.

    Perrine POINT est présente au Mariage d'Armand le 8 juillet 1812 à Breuil-Chaussée (79)


  • Le retour, pour le moins mystérieux, d'un prisonnier de guerre

    Relevé sur le Petit Courrier d'Angers
    en date du jeudi 9 décembre 1921

    Disparu, depuis aout 1914
    un Sarthois
    revient dans ses foyers

    -<>-
    Il y aurait encore des prisonniers
    en Allemagne

                             Le Mans, 8. - Le soldat Joseph Blin, du
                           26e régiment territorial, originaire de Ma-
                           rolles-les-Braults (Sarthe), porté disparu
                           depuis le 26 aout 1914, est rentré de capti-
                           vité dimanche dernier.
                             En 1916, malade et blessé, ses gardiens
                           voulurent l'obliger à travailler, mais sur
                           son refus énergique, il reçut un coup de
                           baïonnette au côté droit de la tête.
                             Il fallut le soigner.
                             Il resta des années à l'hôpital puis fut
                           incarcéré pendant de longs mois.
                             Joseph Blin, dont on devine la joie, a
                           affirmé aux siens que deux de ses cama-
                           rades sont encore détenus sur la frontière
                           de grand duché de Bade et que, comme
                           lui, ils n'ont jamais pu obtenir l'autorisa-
                           tion d'écrire à leur famille.
     

     

     

     

     


    AD49/Presse/Le Petit Courrier/décembre 1921/vue 16/59

     

     

    Relevé sur le Petit Briard (via Gallica.fr)
    de janvier 1921

     Y a-t-il encore des soldats Français
    prisonniers en Allemagne ?
    _________

                            Loin de nous, la pensée de vouloir
                          donner de vaines espérances à nos
                          familles éprouvées par le doute si an-
                          goissant de leurs disparus.
                            Cette nouvelle publiée par Le Petit
                          Journal, doit laisser un certain espoir à
                          ceux dont le doute subsiste, et, c'est
                          pour cela que nous la publions.
                            Un soldat du 26e territorial d'infan-
                          terie, Joseph Blin, porté dis-
                          paru depuis le 26 aout 1914, vient de
                          rentrer dans sa famille, à Marolles-les-
                          Braults. Il déclare que les Allemands
                          l'ont rendu à la liberté, le 26 novembre
                          dernier, à la suite des démarches du
                          Général Dupont.
                            Joseph Blin affirme que fait prison-
                          nier par les Allemands, blessé à la tête,
                          il a été incarcéré pendant plusieurs
                          années à la suite de son refus de tra-
                          vailler. Selon lui, deux autres soldats
                          français seraient encore prisonniers aux
                          frontières du duché de Bade, et dans
                          l'impossibilité de correspondre avec
                          leurs familles.
                            Ce récit est-il sincère ? Une enquête
                          va être faite par l'autorité militaire,
                          avisée de la rentrée du disparu.
                            Blin était parti à la mobilisation.

                            P.S. - Marolles-les-Braults est un
                          chef-lieu de canton de la Sarthe, arron-
                          dissement de Mamers, de 2.010 habitants.

    Gallica.fr/1921/01 (A7,N10)/Le Courrier briard/vue 3/4

     

    Relevé sur le Matin (via Gallica.fr)
    de décembre 1920

    Un Soldat français rentre d'Allemagne

    après six ans et de demi de captivité
    -<>-

                                   Le Mans, 8 décembre. - Télégr.Matin. -

                                Un soldat du 26e territorial d'infanterie, Jo-
                                seph Blin, porté comme disparu depuis le
                                26 aout 1914, vient de faire une sensation-
                                nelle rentrée dans sa famille, à Marolles-
                                les-Brault (Sarthe). Blin raconte que les Al
                                lemands, qui l'avaient blessé, puis fait pri-
                                sonnier, l'avaient incarcéré pendant de lon-
                                gues années à la suite de son refus de tra-
                                vailler. Ils ne l'ont rendu à la liberté que le
                                26 novembre dernier, à la suite de pressa-
                                tes démarches du Général Dupont. L'autorité
                                militaire, avisée de la rentrée de Joseph
                                Blin, va ordonner une enquête et faire véri-
                                fier ses dires.

    Gallica.fr/1920/12/09 (Numéro 13413)/Le Matin/vue 3/4

     

     La Fiche de Registre Militaire du Soldat Joseph Auguste BLIN

    Renseignements pris auprès de la Mairie de Marolles-les-Braults et d'une Historienne locale, cette histoire a fait grand bruit car il s'avèrerait que le soldat Joseph BLIN n'était en fait pas prisonnier des allemands, mais qu'il filait le parfait amour avec une allemande.
    De retour dans son pays, il aurait inventé toute cette histoire pour se dédouaner et pourquoi pas, devenir un héros.
    Il se pourrait également que cette femme allemande, l'ai rejoint à Marolles-les-Braults et qu'ils se soient épousés. (c'est confirmé aujourd'hui, elle s'appelle
    Julie HEISTEL)

    Des courriers, des articles de presses et même un Télégramme du Gouvernement Allemand de l'époque, retrouvés dans les ruines de sa maison, et qui allaient être jetés aux ordures, ont été sauvés par cette Historienne, mais comme elle ne sait pas du tout s'il reste des descendants du Soldat BLIN, elle ne souhaite pas, et c'est tout à son honneur, les divulguer sans leur autorisation.
    Affaire à suivre donc ....