• 4 ans de généalogie pour m'apercevoir seulement aujourd'hui que 9 fois sur 10 je lisait comparu devant le nom du Parrain au lieu de Compère, sans remarquer que c'était aussi marqué Commère pour la Marraine, moi qui est toujours pris ça pour un mot vulgaire.

     

    Compère et Commère

    Compère et Commère
    AD 56/Locoal-Mendon
    BMS 1630-1672 vue 214/555

     

     Etymologie: Du latin ecclésiastique commater (« marraine »), de cum et de mater.

    commère /kɔ.mɛʁ/ féminin (équivalent masculin : compère)

    1.  (Vieilli) Marraine d’un enfant, par rapport tant au parrain qu’au père et à la mère de l’enfant.

    2. Femme avec qui on vit ; compagne.
      • Napoléon Bayet s'y est installé tout aussitôt après la guerre ; il y a ramené sa commère, et six enfants lui sont nés : […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)

    3.  (Familier)  (Péjoratif) Femme bavarde, qui aime jaser, médire d’autrui. — On peut même quelquefois l’appliquer aux hommes.—
      • Mettons dans la même classe les dialecticiens et les sophistes, gens qui font plus de bruit que tous les chaudrons de Dodone, et dont le moins babillard pourrait tenir tête aux vingt plus bavardes commères qu'on puisse trouver sous le ciel. (Érasme, Éloge de la folie, 1509. Traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
      • En province,[…], toute fille qui devient amante « fait une faute » ; le terme est significatif. Les commères ne la reçoivent plus. On la fuit. (Pierre Louÿs, Liberté pour l'amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
      • […] il accueillit d’un air enjoué et d’une âme égale l’annonce câlinement faite par la Julie d’une paternité future et les sourires des voisins, les cancans des commères et jusqu’aux plaisanteries égrillardes du maire […]. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

    4.  (Archaïsme) Appellation familière, entre gens du peuple qui ont des relations fréquentes.
      • L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;
        Ma commère la carpe y faisait mille tours
        Avec le brochet son compère.
        (Jean de La a Fontaine, Le Héron)

    5.  (Désuet)  (Familier) Femme qui a de la tête, une femme hardie, que rien ne rebute.
      • Une commère dont la chemise très courte cachait mal les rondeurs, m'accueillit et, me poussant dans une pièce quasiment obscure, me confia d'un air canaille: […]. (Francis Carco, Images cachées, 1929)
      • Cette gamine vicieuse et prétentieuse est la fille d'une grosse commère qui tenait, naguère, une fruiterie dans les environs du Barbès. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.198)

    6.  (Théâtre) Les deux personnages principaux d’une revue. → voir compère
    7. (Music-hall) Animatrice d’une revue.

    Source: Compère et Commère wiktionary.org

     

     


  • Voici, pour rappel, la liste de tous les Gouvernants de la France

    Ils ont gouverné la France, du Roi des Francs au Président Normal

     

    CINQUIÈME RÉPUBLIQUE

     

    M. François Hollande

    depuis 2012

    Président de la République

    M. Nicolas Sarkozy

    2007-2012

    Président de la République

    M. Jacques Chirac

    1995-2007

    Président de la République

    François Mitterand

    1981-1995

    Président de la République

    M. Valéry Giscard d'Estaing

    1974-1981

    Président de la République

    Georges Pompidou

    1969-1974

    Président de la République

    Charles de Gaulle

    1959-1969

    Président de la République

     

    QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

     

    René Coty

    1954-1959

    Président de la République

    Vincent Auriol

    1947-1954

    Président de la République

     

    GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

     

    Léon Blum

    1946-1947

     

    Georges Bidault

    1946

     

    Félix Gouin

    1946

     

    Charles de Gaulle

    1944-1946

     

     

    ÉTAT FRANÇAIS

     

    Henri Philippe Pétain

    1940-1944

    Chef de l'État Français, et non Président

     

    TROISIÈME RÉPUBLIQUE

     

    Albert Lebrun

    1932-1940

    Président de la République

    Paul Doumer

    1931-1932

    Président de la République

    Gaston Doumergue

    1924-1931

    Président de la République

    Alexandre Millerand

    1920-1924

    Président de la République

    Paul Deschanel

    1920

    Président de la République

    Raymond Poincaré

    1913-1920

    Président de la République

    Armand Fallières

    1906-1913

    Président de la République

    Émile Loubet

    1899-1906

    Président de la République

    Félix Faure

    1895-1899

    Président de la République

    Jean Casimir-Perier

    1894-1895

    Président de la République

    Sadi Carnot

    1887-1894

    Président de la République

    Jules Grévy

    1879-1887

    Président de la République

    Patrice de Mac-Mahon

    1873-1879

    Président de la République

    Adolphe Thiers

    1871-1873

    Président de la République

     

    SECOND EMPIRE

     

    Napoléon III

    1852-1870

    Empereur des Français

     

    SECONDE RÉPUBLIQUE

     

    Louis-Napoléon Bonaparte

    1848-1852

    Président de la République

     

    ORLÉANS

     

    Louis-Philippe Ier

    1830-1848

    Roi des Français

     

    BOURBON (SUITE)

     

    Charles X

    1824-1830

    Roi de France

    Louis XVIII

    1815-1824

    Roi de France

     

    PREMIER EMPIRE

     

    Napoléon Ier

    1804-1814

    Empereur de France

     

    BOURBONS - GÉNÉALOGIE DES BOURBONS

     

    Louis XVI

    1791-1792
    1774-1791

    Roi des Français
    Roi de France

    Louis XV

    1715-1774

    Roi de France

    Louis XIV le Roi Soleil

    1643-1715

    Roi de France

    Louis XIII le Juste

    1610-1643

    Roi de France

    Henri IV le Grand

    1589-1610

    Roi de France

     

    VALOIS - GÉNÉALOGIE DES VALOIS

     

    Henri III

    1574-1589

    Roi de France

    Charles IX

    1560-1574

    Roi de France

    François II

    1559-1560

    Roi de France

    Henri II

    1547-1559

    Roi de France

    François Ier

    1515-1547

    Roi de France

    Louis XII

    1498-1515

    Roi de France

    Charles VIII l'Affable

    1483-1498

    Roi de France

    Louis XI

    1461-1483

    Roi de France

    Charles VII le Victorieux

    1422-1461

    Roi de France

    Charles VI le Fou

    1380-1422

    Roi de France

    Charles V le Sage

    1364-1380

    Roi de France

    Jean II le Bon

    1350-1364

    Roi de France

    Philippe VI de Valois

    1328-1350

    Roi de France

     

    CAPÉTIENS - GÉNÉALOGIE DES CAPÉTIENS

     

    Charles IV le Bel

    1322-1328

    Roi de France

    Philippe V le Long

    1316-1322

    Roi de France

    Jean Ier le Posthume

    1316-1316

    Roi de France

    Louis X le Hutin

    1314-1316

    Roi de France

    Philippe IV le Bel

    1285-1314

    Roi de France

    Philippe III le Hardi

    1270-1285

    Roi de France

    Louis IX ou Saint-Louis

    1226-1270

    Roi de France

    Louis VIII le Lion

    1223-1226

    Roi de France

    Philippe II Auguste

    1180-1223

    Roi de France

    Louis VII le Jeune

    1137-1180

    Roi de France

    Louis VI le Gros

    1108-1137

    Roi de France

    Philippe Ier

    1060-1108

    Roi de France

    Henri Ier

    1031-1060

    Roi de France

    Robert II le Pieux

    996-1031

    Roi de France

    Hugues Capet

    987-996

    Roi de France

     

    CAROLINGIENS - GÉNÉALOGIE DES CAROLINGIENS

     

    Louis V le Fainéant

    986-987

    Roi de France

    Lothaire

    954-986

    Roi de France

    Louis IV d'Outremer

    936-954

    Roi de France

    Raoul Ier   (Robertien)

    923-936

    Roi de France

    Robert Ier   (Robertien)

    922-923

    Roi de France

    Charles III le Simple

    898-922

    Roi de France

    Eudes Ier   (Robertien)

    888-898

    Roi de France

    Charles III le Gros

    881-887
    884-887

    Empereur d'Occident
    Roi de France

    Carloman

    879-884

    Roi de France

    Louis III

    879-882

    Roi de France

    Louis II le Bègue

    877-879

    Roi de France

    Charles II le Chauve

    875-877
    843-877

    Empereur d'Occident
    Roi de France

    Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire

    814-840
    781-814

    Empereur d'Occident
    Roi d'Aquitaine

    Charles Ier le Grand ou Charlemagne

    800-814
    768-800

    Empereur d'occident
    Roi de France

    Pépin le Bref

    751-768

    Roi de France

     

    MÉROVINGIENS - GÉNÉALOGIE DES MÉROVINGIENS

     

    Chilpéric III

    743-751

    Roi des Francs

    Charles Martel

    737-741

    Maire du Palais (pas de Roi durant cette période).
    Il gouverne dans les faits depuis 717 l'Austrasie
    et depuis 721 toute la France.

    Thierry IV

    721-737

    Roi des Francs

    Clotaire IV

    717-719

    Roi d'Austrasie

    Chilpéric II

    715-721
    719-721

    Roi des Francs (en fait uniquement de Neustrie)
    Roi des Francs

    Dagobert III

    711-715

    Roi des Francs (en fait uniquement de Neustrie)

    Childebert III

    695-711

    Roi des Francs (en fait uniquement de Neustrie)

    Clovis IV

    691-695

    Roi des Francs (en fait uniquement de Neustrie)

    Dagobert II

    676-679

    Roi d'Austrasie

    Clovis III

    675

    Roi très provisoire de Neustrie, Bourgogne et Austrasie

    Thierry III

    673-691
    679-691

    Roi de Neustrie
    Roi des Francs (en fait uniquement de Neustrie).
    L'Austrasie étant aux mains de Pépin de Herstal

    Childéric II

    662-675
    673-675

    Roi d'Austrasie
    Occupe la Neustrie

    Clotaire III

    657-673

    Roi de Neustrie, de Bourgogne

    Sigebert III

    639-656

    Roi d'Austrasie

    Clovis II

    639-657
    656-657

    Roi de Neustrie, de Bourgogne
    Roi d'Austrasie

    Caribert

    629-632

    Roi d'Aquitaine

    Dagobert Ier

    632-639
    629-639

    Roi des Francs
    Roi des Francs (sans l'Aquitaine)

    Clotaire II

    613-629
    595-629
    584-629

    Roi des Francs
    Roi de Paris
    Roi de Neustrie

    Thierry II

    612-613
    595-613

    Roi d'Austrasie
    Roi de Bourgogne

    Childebert II

    575-595
    592-595

    Roi d'Austrasie
    Roi de Paris et de Bourgogne

    Sigebert Ier

    561-575

    Roi d'Austrasie

    Gontran Ier

    561-592
    584-592

    Roi de Bourgogne
    Roi de Paris

    Chilpéric Ier

    567-584
    561-584

    Roi de Paris
    Roi de Neustrie

    Caribert Ier

    561-567

    Roi de Paris

    Théodebald Ier

    548-555

    Roi d'Austrasie

    Théodebert Ier

    534-548

    Roi d'Austrasie

    Clotaire Ier

    511-561
    558-561

    Roi de Neustrie
    Roi des Francs

    Childebert Ier

    511-558

    Roi de Paris

    Thierry Ier

    511-534

    Roi de Metz (futur Austrasie)

    Clodomir

    511-524

    Roi d'Orléans

    Clovis Ier

    481-511

    Roi des Francs

     

     

     


  • Le 8 janvier 1626 à Châlons-en-Champagne,  Anne de BURRY, Femme de Philippe Talon, donnait naissance  Jean TALON.

     

    Les Filles du Roy, c'est lui
    AD 51/Châlons-en-Champagne/Paroisse Notre-Dame
    BMS 1580/1667 vue 86/246

    Les Filles du Roy, c'est lui
    Jean Talon


    Pour le commun des mortels, c'est un brave homme comme les autres, mais pour nos Cousins d'outre Atlantique, il est leur Père à tous.
    Les Filles du Roy, c'est son idée.

    Les Filles du roi (ou «Filles du Roy», selon la graphie de l'époque) sont des jeunes femmes célibataires qui voulaient immigrer en Nouvelle-France au XVIIe siècle pour s'y marier, y fonder un foyer et établir une famille pour coloniser le territoire. Le Roi de France agissait comme un tuteur (leur père) en payant les frais de leur voyage ainsi qu'une dot lors de leur mariage. Cette dot était ordinairement de 50 livres. Elles étaient souvent orphelines et d'origine modeste ; et à 81,1% d'origine urbaine ou semi-urbaine. (Source Wikipédia)

    Les Filles du Roy, c'est lui
    Arrivée des filles du Roy à Québec, reçues par Jean Talon et Mgr Laval.
    Tableau d'Eleanor Fortescue-Brickdale

     

    Jean Talon naît à Châlons-en-Champagne en 1626 et il est baptisé en la collégiale Notre-Dame-en-Vaux. Son père, Philippe Talon, et sa mère, Anne de Burry, eurent 12 enfants dont trois tinrent des fonctions administratives. Parmi ceux-ci, le frère de Jean, Claude, sera intendant d'Oudenarde. Selon Jean-Claude Dubé, ce dernier aurait probablement accédé aux fonctions d'intendant « par l'intervention de son célèbre cousin, Omer Talon, pour qui le cardinal [Jules Mazarin] avait beaucoup d'estime ». Un autre frère, François, est avocat au Parlement et secrétaire du parlementaire Mathieu Molé. Il sera le seul membre masculin de la famille à se marier et avoir des enfants. Anne, la seule fille parmi les enfants, se marie avec Jean Laguide dont elle eut trois enfants.

     

    Jusqu'en 1645, à la même époque que François de Montmorency-Laval, il étudie auprès des Jésuites au collège de Clermont à Paris. Par la suite, son parcours jusqu'en 1652 est confus. Dubé conclue, à la lumière de quelques indices, « qu'il est employé [...] par le secrétairiat d'État de la guerre, dont Michel le Tellier est pourvu ».

     

    Il est nommé intendant de l'armée de Turenne et commissaire des guerres en Flandre en 1653, devient commissaire du Quesnoy en 1654 puis du Hainaut l'année suivante. En 1655, il obtient le grade d'intendant du Hainaut. Il participe à la fortification de la ville de Quesnoy pour laquelle il recevra beaucoup de reconnaissance. Il y occupe la fonction d'intendant pendant dix ans, jusqu'à ce qu'il soit nommé intendant de la Nouvelle-France. Pour lui témoigner sa reconnaissance, le roi Louis XIV lui lègue une terre dans la région du Hainaut

     

    Les Filles du Roy, c'est lui

                                                             Jean Talon conseiller du Roi en ses conseils d’États privés,
                                                             Intendant de la justice, police et financiers de la Nouvelle-France
                                                             Île de la Terre Neuve, Accadie et autres pays de la France Septentrionale,
                                                             à tous ceux qu’il appartiendra lettres verront sa Majesté ayant
                                                             de tout tenu recherché avec soin et le zèle convenable
                                                             au juste titre de fils aîné de l’Église les moyens de
                                                             pousser dans les pays les plus inconnus par la propagation
                                                             de la foy et la pubication de l’Évangile la gloire de Dieu avec
                                                             le nom chrétien fin premièrement et principale de l’établissement ..

    Suite de la lettre:

    de la Colonie Française en Canada et par accessoire de faire connaître aux parties de la terre la plus éloignée du commerce des hommes sociables la grandeur de son nom et la force de ses armes et n’ayant pas estimé qu’il y en eut de plus sure que de composer cette Colonie de gens capables de la bien emplir par les qualités de leurs personnes l’augmenter par leurs travaux et leur application à la culture du blé des terres et de la soutenir par une vigoureuse défense contre les insultes et les attaques auxquelles elle pourrait être exposée dans la suite des terres a fait passer un de pays de bon nombre de ses fidèles sujets officiers de ses troupes dans le Régiment de Carignan et autres dont la pluspart se conformants aux grands et pieux desseins de sa Majesté voulant bien se lier au Pays en y formant des terres et Seineuries d’une étendue proportionnée à leur force et le Sieur de Saurel Capitaine du dit Régiment nous ayant requis de lui en départir nous en considération des bons utiles et louables services qu’il a rendu à sa Majesté en différents en visite tant en l’ancienne France que dans la nouvelle depuis qu’il est passé par ordre de sa Majesté et en vue de ceux qu’il témoigne vouloir encore cy après.
    En vertu du pouvoir par elle à nous donné et avons accordé et donné et concédé et accordons, donnons et concédons par ces présentes au dit Sieur de Saurel l’espace de terre de la quantité de deux lieues et demi de terre de front à prendre sur le fleuve Saint-Laurent savoir une lieue et demi au-delà de la rivière Richelieu sur deux lieues de profondeur et une lieue au-delà sur une lieue de profondeur cy tant y a avec les îles Saint-Ignace, Ronde et de Grâce ainsi nommés dans notre carte figurative. Pour en jouir de la dite étendue de terre en fief seigneurie et justice lui ses oirs ayant causes et la charge et foy et hommage que le dit Sieur de Saurel ses oirs ayant causes seront tenus de porter au Château Saint-Louis de Québec duquel il relèvera aux droits et redevances accoutumes et au désir de la coutume de la Prévoté de Paris et Vicomté qui sera suivi à cet égard par provisions et en attendant qu’il en soit ordonné par sa Majesté et que le appellations du juge qui pourra être établis au lien ressortiront par à la charge qu’il continura de tenir ou faire feu et lieue sur la dite Seigneurie ce qu’il stipulera dans les contrats que fera à ses tenanciers qu’ils seront tenus de résider dans l’an tenir feu et lieue sur les concessions qu’il accordera ou leur aura accordé et qu’à faute de ce faire il rentrera de plein droit en possession des dites terres que le dit Sieur de Saurel conservera les bois de chênes dans l’étendue des concessions particulières faites à ses tenanciers qui seront propres à la construction des vaisseaux pareillement qu’il donnera incessement avis au Roy ou à la Compagnie Royalle des Indes Occidentales des Mines Minières ou minerais.
    Si aucuns se trouvent dans l’étendue du dit fief et à la charge de laisser les chemins ou passages nécessaires car ainsi pour le bon plaisir du Sieur de laquelle sera tenu prendre la confirmation des parties ainsi ont tous du signer et celui contresigné en foi de moi de quoi ainsi avons signé en présence et y celle faite après-midi car avons contre signer par moi notaire souverain de Québec le 27 0ctobre 1672

    signés Jean Talon par Monseigneur Garnier.

     

    Jean Talon reçoit du roi la charge d'Intendant pour le Canada, l'Acadie et Terre-Neuve le 23 mars 1665. Il devient ainsi le deuxième intendant après Louis Robert, mais le premier à se rendre en Nouvelle-France, où il débarque à Québec le 12 septembre 1665. Il arrive dans un contexte de réforme des institutions : la Compagnie des Cent-Associés vient d'être dissoute par Louis XIV en 1663, et remplacée en 1664 par la Compagnie des Indes occidentales. Le dernier gouverneur en fonction, Augustin de Saffray de Mézy, vient quant à lui d'être rappelé en France suite aux conflits qui l'opposaient à l'évêque de la Nouvelle-France François de Montmorency-Laval; il est remplacé par Daniel Rémy de Courcelles le jour même de l'entrée en poste de Talon. Le Conseil souverain, quant à lui, vient d'être dissous par Alexandre de Prouville de Tracy, envoyé par le roi Louis XIV régler les problèmes qui l'affligeaient, après une ultime réunion le 6 juillet enregistrant les lettres patentes de la Compagnie des Indes occidentales, de Courcelles et de Talon. À la dissolution de la Compagnie des Cent-Associés, on recense en Nouvelle-France 69 seigneuries tenues par 62 individus et sept institutions religieuses (les Jésuites, Sulpiciens et Ursulines, les Hospitalières de Québec et Hospitalières de Montréal, la Fabrique de la paroisse de Québec et la Seigneurie de Sillery).

    En 1666, Talon réalise le premier recensement qui indique une population de 3 173 habitants d'origine européenne.

    Les Filles du Roy, c'est lui
    Document de recensement de la population du Québec
    par Jean Talon. Manuscrit.

    L'état de santé de Talon se dégrade depuis son retour en Nouvelle-France en 1670 et il demande son rappel vers la métropole en 1672, avec l'appui de la reine Marie-Thérèse. Il quitte définitivement Québec pour la France en novembre de la même année. Talon se vit nommer comte d'Orsainville en 1675 après avoir été fait capitaine et gouverneur du château de Mariemont en 1670 puis baron des Islets en 1671. En février 1694, quelque temps avant sa mort, Louis XIV le nomme gouverneur et prévôt de Binche.

    Il est mort le 23 novembre 1694 à Paris (paroisse Saint-Sulpice) et est inhumé le 3 octobre 1695 à Châlons-en-Champagne, lieu de sa naissance, en la collégiale Notre-Dame-en-Vaux, lieu de son baptême. Il lègue sa fortune et ses biens à ses neveux et nièces, car bien qu'ayant préconisé le mariage pour peupler la Nouvelle-France, il est lui-même resté célibataire jusqu'à sa mort.

    Le nom Jean Talon est porté par de nombreux toponymes au Québec, dont 47 sont recensés en 2012 par la Commission de toponymie du Québec.

    Exemples de lieux et édifices portant le nom de Jean Talon :

    • Tour Jean Talon Bell à Montréal;
    • Station de métro Jean Talon à Montréal;
    • Gare Jean Talon à Montréal;
    • Marché Jean Talon à Montréal;
    • Rue Jean-Talon à Montréal (notamment arrondissement Saint-Léonard);
    • La circonscription électorale de Jean-Talon dans la région de Québec.

     Jean Talon décède le 24 novembre 1694 à Paris (Paroisse Saint-Sulpice)



     

    Les Filles du Roy, c'est lui
     Gallica/Volumes reliés du Cabinet des titres/recherches de noblesse
    Vue 221/376

    Sources: Wikipédia, Gallica

     


  • Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    J'ai reçu aujourd'hui, le Menu du Paquebot France, du 13 juillet 1972. (acheté sur un grand site d'enchères en ligne)
    Un petit trésor pour moi, parce que j'ai bien connu l'illustrateur, Jean Adrien MERCIER.

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?
    Jean Adrien MERCIER
    (1899-1995)

     

    Recto
                                                 Recto
                                              24x34 cm
                                   Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?
    Verso
                                                Verso
                                              24x34 cm

                                   Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?
    Intérieur
    48x34 c
    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Jean Adrien  est le fils de Maurice Mercier et de Geneviève Catherine Cointreau.

    Ancien élève à l'École régionale des beaux-arts d'Angers sous la direction du maître Charles Berjole puis aux Arts déco, Jean-Adrien Mercier commence sa carrière avec l'affiche de cinéma et publicitaire, avant de devenir directeur artistique de la maison Cointreau.

    En 1923, à sa sortie de l’école des Arts décoratifs, Jean-Adrien Mercier entre à la Guilde des Artistes angevins, créée par le poète patoisan angevin André Bruel. Il travaille pour les éditions du Bibliophile angevin également fondées par André Bruel, illustrant de gravures sur bois "L’Entarr’ment du père Taugourdeau" de Marc Leclerc.

    En 1924, à l'issue d'un concours, il réalise l'affiche de la première foire-exposition d'Angers. De 1925 à 1939, il réalise plus de 110 affiches de cinéma, travaillant pour les plus grands metteurs en scène de l'époque : Jean Renoir, Abel Gance, Sacha Guitry… Parallèlement, il dessine de très nombreuses affiches publicitaires, notamment pour Cointreau, marque à laquelle il collaborera de 1925 à 1965. À la fin des années 1930, il se lance dans l'illustration de contes pour enfants. En 1942, il illustre des contes pour sa fille Sylvie qui paraîtront aux éditions Marcus de Nantes. En 1961, il se voit confier par la Compagnie générale transatlantique la décoration de la salle de jeux des enfants du paquebot France puis l'illustration des menus de la French Line qui seront diffusés dans le monde entier. Trois ans après son décès, l'État lui rend hommage en faisant l'acquisition de 94 affiches lithographiques et d'une dizaine d'aquarelles. (Wikipédia)

    Quelques aquarelles:

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Quelques affiches Cointreau:

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ? 
    Quelques affiches de films:

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?

    Qu'auriez-vous mangé, le 13 juillet 1972, si vous étiez passager du Paquebot France ?


  • Le Roy est mort, vive le Roy

    Louis XIV dit Louis le Grand ou le Roi-Soleil, né le 5 septembre 1638 à Saint-Germain-en-Laye et mort à 77 ans, le 1er septembre 1715 à Versailles, est un roi de France et de Navarre.

    Louis-Dieudonné monte en 1643 sur le trône au décès de son père Louis XIII, le 14 mai 1643, quelques mois avant son cinquième anniversaire.
    Il est le 64e roi de France, le 44e roi de Navarre et le troisième des rois de la famille Bourbon. Son règne de 72 ans est l’un des plus longs de l'histoire de l'Europe. (Wikipédia)

    Quelle surprise, et quel bonheur de trouver, en lieu et place du 1er septembre 1715, dans le Registre BMS 1701-1736 à Chanteloup (79), l'avis suivant.

    Le Roy est mort, vive le RoyAD BMS 1701-1736 vue 143/317

    Avis placé entre le vingt sixième d'aout mil sept cent quinze et le sixième septembre du dit mois.
    Comment les nouvelles, si importantes soient-elles, circulaient-elles, pour que cet Avis soit placé si rapidement à sa bonne place ?


  • On a tous entendu cette expression: Je m'en fiche, comme de l'An 40.

    Comme de l'An 40


    Mais savez-vous que cela vient de l'hiver 1740, qui fut l'hiver les plus rigoureux que nous ayons connus en France, ?
    On dit qu'en région parisienne , il gela tous les mois de l'année, sans exception .

    Un hiver qui commence en octobre 1739 et qui ne s'achèvera que fin mai 1740, suivi d'un printemps et d'un été très pluvieux et froid. Du jamais, de mémoire d'homme, faisant oublier le précédent, l'hiver 1709, lui aussi, déjà, très meurtrier.

    1740
    fut de fait, une année de très forte mortalité et beaucoup de BMS en témoignent.
    Comme ici, relevé à Chanteloup (79)

    Comme de l'An 40
    AD BMS 1737-1760 vue 31/232

     

    Pffff comme de l'An 40
    AD BMS 1737-1760 vue 36/232

    Ou celui-ci à Hotonnes (01)

     

    Comme de l'An 40

                                       "cette année doit estre remarquable a la posterité par beaucoup de malheurs qu'elle
                                   a entrainé aprais elle le premier est un hiver des plus cruels et des plus violents que lon ..
                                   ressentit de memoire dhomes; l'année 1709 remarquable par la mortalité des noyers ...
                                   plus de préjudices mais le froid ne fut pas si long ny si violent puisque les barometres de ...
                                   sont descendus de plusieurs degré cette année qu'en l'année 1709. de plus nous avons eu ..
                                   neyge tous les mois de l'année excepté le mois d'aout  au mois de may il tombat un
                                   pied et demi de neyge et fit un froid si piquant quil gelat les bourgeons des vignes qui
                                   produisirent peu et le resin ne put point murir attendu qu'au mois d'octobre que les ...
                                   commencoient a changer il tomba le onze de ce mois une si grande quantite de neyge
                                   non seulement dans ce pais mais encore ailleur puiqu'en espagne il en etoit tombe un ...
                                   et demy qu'en plusieurs endroits l'on a laissé les raisins dans les vignes et defendu par ...
                                   de les ramasser "

     


  • Mes bonnes résolutions pour l'année ?
    Et bien, on continu le traitement, on ne change rien

    • j'aiderai toujours ceux qui en on besoin,
    • je ferais toujours chier ceux qui le mérite,
    • j'emm.... toujours autant ceux de l'année dernière,
    • je promets de continuer d'essayer d'être un modèle pour mes enfants,
    • .. que mon cœur soit toujours fier de moi,
    • je continue d'assumer à fond mon nouveau rôle de Grand Frère (j'embrasse très fort le mien qui me manque tant).  

    Voila, en somme, rien de bien compliqué, en vous souhaitant bien sur à tous, une très bonne année 2014.
    Bruno


  • ... que le temps n'a aucun effet sur nous, 50 ans séparent ces deux photos.

    Petite retrouvaille vendredi soir, afin de commencer à préparer notre écolade de l'année prochaine

    Montreuil-Juigné (49) 1963/2013 Alain POISSON, Catherine TULASNE et ma pomme
    Montreuil-Juigné (49) 1963/2013
    Alain POISSON, Catherine TULASNE et ma pomme





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique