• Relevé dans les Affiches d'Angers du 5 mai 1780

     

     



    De la Rochelle. Le deux de ce mois, à 3 heures 20 minutes du matin, nous avons essuyé une secousse assez forte
    de tremblement de terre, qui n'a duré qu'environ une demi-minute, mettant les maisons, leurs vitres & leur meubles
    dans une commotion sensible. La secousse a été précédée & accompagnée d'un bruit souterrein assez semblable à
    celui d'un orage. Sa direction paroissoit être du midi au nord, ou plutôt du sud-ouest au nord-est. Un vent de sud-ouest
    très violent avoit régné la veille toute la journée, & continué dans la nuit; mais il étoit calmé au moment de la secousse, &
    il n'a pas repris le lendemain.

     

    LES TREMBLEMENTS DE TERRE DANS LA RÉGION.

    • L'épicentre se situerait au nord-est de la redoute des portes en ré, dans la fosse de Chévarache, l'eau y serait plus chaude selon certains marins qui parlent d'un volcan englouti. Le premier tremblement de terre aurait eu lieu au néolithique et aurait détaché l'île d'Oléron du continent.

     

    • 12/11/1312, jour de pleine lune.
    • 7/01/1555
    • 26/0/1568, Violent tremblement de terre, terribles coups de tonnerre, grêle affreuse et météores effrayants.
    • 1591
    • 1592
    • 9/04/1593, tremblement de terre à La Rochelle.
    • 19/11/1593, tremblement de terre entre 14 et 15 h, plus violent que le 9/4 dernier.
    • 12/12/1598, tremblement de terre à 21h00.
    • 16/06/1600, à 15h00.
    • 28/07/1605, tremblement de terre un peu avant 9h00.
    • 24/08/1605, à 19h00, tremblement de terre si violent que le ministre Merlin et sa femme qui soupaient à ce moment furent 3 fois soulevés de leur chaise.
    • 3/09/1605, tremblement de terre à 9h00.
    • 11/10/1606, tremblement de terre à La Rochelle à 17h00.
    • 2 et 3/01/1615
    • 11/08/1619, léger tremblement de terre à La Rochelle.
    • 3/06/1639
    • 7/1648
    • 18/02/1700, jour des cendres, tremblement de terre suivi de petites secousses à 15h00.
    • 25/02/1700, tremblement de terre à 15h00, jour des cendres.
    • 16/12/1703, tremblement de terre, à 10h30', avec bruit et bourdonnement, par temps clair et serein.
    • 10/01/1704, tremblement de terre à La Rochelle vers 18h00.
    • 15/09/1706, tremblement de terre à 3h15'.
    • 9/1711
    • 5/1735
    • 16/02/1736, grand tremblement de terre à La Rochelle à 10h30'.
    • 3/02/1756, tremblement de terre précédé par un bruit assez fort à 5h45'.
    • 30/04/1776 à 5h15', secousse assez forte se dirigeant d'est vers l'ouest, avec un bruit souterrain comme un coup de tonnerre, la mer s'agita et se troubla.
    • 2/05/1780 à 3h20', secousse assez forte se dirigeant du sud-ouest au nord avec un bruit souterrain comme un coup de tonnerre.
    • 1785, Il causa des naufrages. (Peut-être lors de la tempête du 6/9/1785, la mer s'est soulevée de 2,30m puis plus rien, le vent soufflait sans plus).
    • 1786
    • 27/07/1791, secousse assez forte accompagnée de bruit de l'est vers l'ouest à 0h45'.

    Source: http://familledelboca.chez.com

      Un autre tremblement de Terre à La Rochelle, qui n'est pas répertorié dans la liste ci-dessus ?

    Relevé dans les Affiches d'Angers de février 1784


  • De quel animal pouvait-il bien s'agir ?

    Relevé dans les Affiches d'Angers

    (février 1780)

     

    Il vient de paroitre sur les confins de la Bretagne un Animal singulier: il est plume & poil, & n'est ni quadrupède, ni volatile:
    il paroît avoir déjà quelques années: il n'a paru que quelques minutes à la vue de différents Chasseurs, qui, vu la rareté de l'espèce
    n'ont pas voulu le tirer, & ont vainement cherché à le saisir en vie: il a disparu, & depuis on n'a pu le rencontrer.


  •  

    Monsieur, Fils de France, Frère du Roi ...

     

    ... en 1780, n'est autre que Louis XVIII surnommé le Désiré (Futur Roi de France), frère de Louis XVI

    Louis XVIII

    Né à Versailles le 17 novembre 1755 sous le nom de Louis Stanislas Xavier de France, et par ailleurs comte de Provence (1755-1795) — fut roi de France et de Navarre de 1814 à 1815 et de 1815 à sa mort le 16 septembre 1824 à Paris. Il meurt sans descendance, et est inhumé à la basilique Saint-Denis. Son frère, le comte d’Artois, chef des ultras, lui succède sous le nom de Charles X. Il est le dernier monarque français à être mort régnant.

    • Monsieur désigne le frère cadet du roi de France. Le terme est en usage depuis Henri III.

     

    • Parmi les princes ayant porté le surnom de « Monsieur », on trouve :
      • Charles, duc d'Orléans (1559-1560) ;
      • Henri, duc d'Anjou (1560-1574) ;
      • François, duc d'Anjou (1574-1584) ;
      • Gaston, duc d'Orléans (1610-1660) ;
      • Philippe, duc d'Orléans (1640-1701) ;
      • Louis Stanislas, comte de Provence (1774-1793) ;
      • Charles, comte d'Artois (1795-1824).
    • On appelle paix de Monsieur la paix suivant l'édit de Beaulieu du 6 mai 1576.

     Source Wikipédia


  • Une Table des Naissances des Années 1776 & 1777, des plus grandes Villes du Royaume,
    parue dans le Journal "Les Affiches d'Angers" en date du 31 mars 1780





  • Jules Ferry

    Date de naissance

    Né(e) le Mercredi 5 Avril 1832.

    Date de mort

    Mort le Vendredi 17 Mars 1893.
    Jules Ferry est mort à l'âge de 60 ans, il y a 120 ans.
    L'age de Jules Ferry serait aujourd'hui de 180 ans.

    Citation « La France a besoin d’un gouvernement faible. »

     

     

    Jules Ferry naît le 5 avril 1832 à Saint-Dié dans les Vosges. Il est le second enfant d'un avocat au barreau de la ville et est élevé dans un atmosphère austère en compagnie de sa sœur Adèle, née en 1826, et de son frère cadet, Charles, de deux ans plus jeune. Les Ferry quitte Saint-Dié en 1846 pour Strasbourg, puis s'installent en 1850 à Paris. Jules Ferry effectue donc ses études secondaires dans plusieurs établissements, entrant ainsi au Collège de Saint-Dié avant d’être admis au Lycée de Strasbourg. Reçu bachelier en 1851, le jeune homme fait ensuite son droit. Ayant dans un premier temps envisager de servir l'État, il s'inscrit au barreau de Paris et s’emploie en tant que stagiaire chez un avocat d'affaires. Devenu secrétaire de la Conférence des avocats en 1854, il est désigné par Pierre Antoine Berryer pour prononcer le discours de rentrée l’année suivante. Cet exercice oratoire, qu’il intitule De l’influence des idées philosophiques sur la barreau au XVIIIème siècle, lui permet d’exposer ses convictions politiques.

    Des références à la justice sociale, à la liberté de conscience et à la laïcité le classent alors parmi les opposants au Second Empire et lui permettent d’accéder à la notoriété. Jules Ferry est reçu à présent dans les salons parisiens, dans celui d'Émile Ollivier notamment. Il collabore au Courrier de Paris, à La Presse d'Émile de Girardin ou à La Revue des Deux Mondes, livrant des articles sur la politique industrielle et économique. Jules Ferry fait paraître le 3 août 1861 un Manuel électoral, suivi de La Lutte électorale de 1863. Dans ce dernier pamphlet, il s’élève contre la pratique des candidatures officielles aux élections législatives, celles-ci faussant selon lui le jeu électoral. Traduit en justice et condamné, Jules Ferry récidive quelques années plus tard dans sa dénonciation des tares du régime impérial. En 1868, il rédige pour le journal Le Temps une série d'articles sur Les Comptes fantastiques d'Haussmann, dénonçant avec virulence l'éventrement et la curée du vieux Paris par l’omnipotent préfet de la Seine.

    L’année suivante, Jules Ferry prend part à la campagne électorale qui précède les élections législatives et crée avec l’aide de Jules Favre L'Électeur libre, un hebdomadaire républicain. Le candidat de l’opposition adresse alors à ses électeurs une profession de foi d’inspiration radicale dans laquelle il réclame la séparation de l’Église et de l’État, la décentralisation administrative et la réforme de la justice. Le 6 mai 1869, Jules Ferry est élu député de le 6ème circonscription de la Seine. A cette époque et afin de poursuivre la libéralisation du Second Empire, Napoléon III place Émile Ollivier à la tête du gouvernement. En compagnie de Léon Gambetta, Jules Ferry se signale alors par ses prises de position à l’Assemblée contre son ancien ami. En avril 1870, il prononce à la salle Molière un grand discours sur l'enseignement, brodant sur " le problème de l'éducation du peuple ". Quelques mois plus tard, Jules Ferry dénonce le péril de la guerre qui s’annonce face à la Prusse mais vote néanmoins comme la grande majorité des députés les crédits militaires. Cette guerre franco-prussienne, qui provoque la chute de l’Empire, place de nouveau sur le devant de la scène politique un des ses plus virulents opposants.

    Le 1er septembre 1870, Napoléon III et les troupes françaises sont encerclées à Sedan. Après une journée de combats, l'Empereur choisit de se rendre. Il refuse cependant de traiter avec les autorités allemandes, la responsabilité en incombe donc à l'Impératrice, régente de l'Empire, et au Gouvernement. Cependant, le 3 septembre, les députés républicains se prononcent pour la déchéance du régime en place tandis que le Corps législatif s'y oppose. Le lendemain, la foule des parisiens envahit le Palais-Bourbon où Léon Gambetta annonce la fin du Second Empire. Plus tard, à l'Hôtel-de-Ville et en compagnie de Jules Ferry et Jules Favre, il proclame la République. Jules Ferry est nommé ministre du gouvernement de la Défense nationale avec une " délégation près l'administration du département de la Seine ". Lui incombe à présent la responsabilité de l’organisation des élections de l'Assemblée constituante. En réponse à la capitulation de Metz, le 31 octobre 1870, des manifestants prennent d’assaut l'Hôtel de Ville. Ferry, à la tête des bataillons fidèles de la Garde nationale, disperse l’émeute.

    Alors que le siège de la capitale par les armées prussiennes se poursuit, il est nommé Maire de Paris le 15 novembre 1870 et doit s’employer au ravitaillement en vivres de la capitale. Jules Ferry procède alors au rationnement des subsistances. Bientôt, les boulangers sont contraints de mêler à la farine du son et de l'avoine et Jules Ferry quant à lui, dans une circulaire publiée le 10 décembre 1870, en impose une ration quotidienne de 300 grammes par habitant. Le 12 février 1871, celui que les Parisiens furieux ont surnommé " Ferry famine" est élu député des Vosges. Alors qu’est proclamé la Commune insurrectionnelle, Adolphe Thiers, récemment désigné comme chef du Pouvoir Exécutif de la République Française, lui recommande d'évacuer Paris. Jules Ferry tente néanmoins d’organiser la résistance du pouvoir légal à l'Hôtel de Ville, puis à la mairie du deuxième arrondissement avant de fuir. Nommé Préfet de la Seine le 24 mai 1871, il démissionne le 5 juin suivant alors que la Commune de Paris vient d’être réprimée dans le sang.

    Quelques temps plus tard, Adolphe Thiers, pour l’éloigner de Paris, lui confie l’ambassade d’Athènes avec le statut de ministre plénipotentiaire. Après le retrait de ce dernier au mois de mai 1873, Jules Ferry donne sa démission de diplomate et reprend ses activités de parlementaire. Le 9 juillet 1875 et en compagnie d’Émile Littré, il adhère à la franc-maçonnerie, à la loge de la Clémente Amitié. Le 24 octobre de la même année, Jules Ferry épouse civilement Eugénie Risler, petite-fille de Charles Kestner, un riche industriel alsacien et protestant. Réélu député des Vosges le 5 mars 1876, il devient peu à peu, à côté de Léon Gambetta et de Georges Clemenceau, une des figures de l’opposition à l’Ordre moral. Au sein de la gauche républicaine, aux côtés des Opportunistes, Jules Ferry s’attache cependant à tracer une voie médiane. Pragmatiques, ces derniers renoncent à certains de leurs principes – l’abolition des armées permanentes, l’instauration d'une assemblée unique... - afin d'enraciner le régime républicain. Au mois de mars 1878, Jules Ferry est nommé président d'une commission chargée de la révision des tarifs douaniers. Après la démission du maréchal de Mac-Mahon, président de la République, le 30 janvier 1879, et l'élection de Jules Grévy, il est nommé ministre de l'Instruction Publique dans le gouvernement Waddington, un poste qu'il occupera de manière discontinue jusqu'en 1885.

    Au cours de ces différentes législatures, le ministre de l'Instruction Publique fait voter un ensemble cohérent de lois, qui constitue une véritable réforme de l'enseignement. Les lois des 12 juillet 1879, 27 février et 18 mars 1880 établissent la liberté de l'enseignement supérieur, conférant à l'État l'attribution exclusive des grades universitaires. Ne pouvant imposer la laïcisation totale des personnels enseignants, Jules Ferry oblige néanmoins les congrégations religieuses à se faire enregistrer dans les trois mois pour obtenir l'autorisation d'enseigner, sous peine de dissolution. C’est bientôt le cas pour trois cent d’entre-elles ! Il complète enfin son action par la loi du 28 mars 1882 relative à l'obligation scolaire et à la laïcité. L'enseignement religieux disparaît de l'école primaire au bénéfice de l'instruction morale et civique. Le ministre de l'Instruction Publique entreprend en parallèle de laïciser les manuels et les livres scolaires, diffusant auprès des instituteurs la liste officielle des volumes autorisés. Le grand historien Ernest Lavisse prêtera bientôt sa plume à la rédaction d'un manuel d'histoire, véritable bible du républicanisme où les grands hommes de l'histoire de France sont présentés comme les artisans de la nation. S'adressant directement aux instituteurs dans sa lettre du 27 novembre 1883, Jules Ferry leur recommande la fermeté dans les principes qui doivent guider leur enseignement mais aussi la modération dans l'application de ces derniers.

    Le 25 septembre 1880, Jules Ferry devient pour la première fois président du Conseil, conservant toutefois son portefeuille de ministre de l'Instruction Publique. Il prend également des responsabilité aux Affaires étrangères et à ce titre imprime une orientation décisive à la politique extérieure de la Troisième République. Marquée par la défaite de 1870, celle-ci est travaillée par l’idée de la " Revanche " et le souvenir des provinces perdues. Jules Ferry entend mettre un terme à cette période de recueillement. Certes, afin d’éviter de heurter de front l'Allemagne de Guillaume Ier, la France doit mener une politique de paix. Mais celle-ci doit avoir pour objectif de lui redonner place dans le concert européen. Il justifie notamment cette ambition de renouer avec la " fierté nationale " dans les deux grands discours prononcés devant les députés, les 5 et 9 novembre 1881. Jules Ferry affirme alors que la France ne peut se résigner à " jouer dans le monde le rôle d'une grande Belgique ". Aussi doit-elle reprendre les conquête coloniales et se tourner vers les horizons lointains, l'Afrique ou l'Indochine. Dans les années qui suivent, le Président du Conseil devra faire face aux critiques des républicains les plus intransigeants, Georges Clemenceau en tête, qui lui reprochent, de détourner le regard des Français de la " ligne bleue des Vosges " et d'abandonner le continent européen à la diplomatie du chancelier Bismarck.

    A la suite d’une intervention militaire déclenchée contre les Kroumirs au mois d’avril 1881, la France impose son protectorat à la Tunisie par le traité du Bardo signé le 12 mai suivant. Quelques jours plus tard, le 23 mai 1881, le Parlement vote des crédits supplémentaires permettant au gouvernement de prévenir ou de réprimer des révoltes armées outre-mer. La France s’abstient d’intervenir en Égypte, au mois d’août 1882, aux côtés de la Grande-Bretagne mais Jules Ferry soutient les expéditions de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo. Et le 30 novembre 1882, la Chambre des députés ratifie les traités signés par l'explorateur avec le roi Makoko. Le bassin du fleuve Ogoué dans l'Ouest africain est désormais placé sous protectorat français. Après que les forces française aient également pris pied à Madagascar, les ambitions colonisatrice de Jules Ferry se tournent vers l’Extrême-Orient et le Tonkin.

    Le 25 avril 1882, le commandant Rivière s'empare de la citadelle d'Hanoi. Sa mort ainsi que celle de 85 soldats, survenue le 19 mai suivant, décident ensuite le gouvernement français à risquer la guerre avec la Chine en envoyant un corps expéditionnaire qu’accompagne la flotte de l'amiral Courbet. Le 25 août 1883, avec le traité de Hué, l'Annam passe sous protectorat français. A Paris cependant, l’extension des combats contraint Jules Ferry à demander davantage de crédits. L’inquiétude saisie l’opinion de plus en plus réticente à ces conquêtes lointaines et, à la Chambre, la majorité du cabinet Ferry s'effrite. Celui-ci chute le 30 mars 1885 à l’annonce prématurée de la nouvelle du " désastre de Lang Son " parvenue à Paris. Victime du secret de sa diplomatie, " Ferry Tonkin " démissionne alors que le 18 avril suivant un traité de paix favorable à la France est signé avec la Chine.

    Le 2 décembre 1887, Jules Grévy est contraint à la démission à la suite du " scandale des décorations ". Jules Ferry pose sa candidature à la présidence de la République mais le lendemain, des manifestations hostiles sont organisées à Paris. La presse radicale, sous l’inspiration de Jules Rochefort et de Georges Clemenceau notamment, se déchaîne contre l’ancien président du Conseil et Jules Ferry n'obtient que 212 voix contre 303 à Sadi-Carnot qui est élu. Au cours de ces derniers mois, il s’était posé comme l’une des grandes figures de l’opposition au boulangisme, surnommant le général Boulanger " César de café-concert ". Le 10 décembre suivant, Jules Ferry est victime d'un attentat: à la Chambre. On tire sur lui à bout portant à trois reprises. L’ancien président du Conseil souffrira d’une lésion au nerf aortique. A peine remis du choc psychologique durable et alors qu’il appelle à l'union des républicains contre le boulangisme, Jules Ferry est de nouveau agressé dans Paris, le 20 mars 1888.

    Non réélu dans son mandat de député des Vosges le 6 octobre 1889, mais demeurant président du Conseil général des Vosges, Ferry entre au Sénat le 4 février 1891. L'année précédente, il fait paraître un opuscule, Le Tonkin et la Mère-Patrie, défendant sa politique colonialiste. Président de la commission de l’Algérie, Jules Ferry y effectue une longue mission, du mois d’avril au mois de juin 1892. Peu de temps après son retour, il devient le président de l’institution, désigné dès le premier tour par ses pairs, le 24 février 1893. Alors que la Troisième République est secouée par le scandale de Panamá, Jules Ferry multiplie les interventions favorables à l’apaisement. Après le " Toast d’Alger " du cardinal Lavigerie devant l'état-major de l'escadre de Méditerranée puis la publication de l'encyclique Inter innumeras sollicitudines du pape Léon XIII, il appelle les catholiques modérés à se rallier à la République. Jules Ferry décède le 17 mars 1893 d’une crise cardiaque à Paris et est honoré quelques jours plus tard par la Troisième République des funérailles nationales.

    Pages qui pointent vers « Jules Ferry »

     

    Source Wikipedia et Wikiberal

    Source: Wikipedia et Wikiberal


  • AD 49 - Presse

     

    Les Affiches d'Angers Année 1779 - aout vue 8/9

     

       De Rome, le 3 juillet. On a trouvé denièrement dans le Tibre le cadavre d'une Dame avec les yeux bandés,
    les mains & les cuisses liées, un sac attaché au col, & queqlues blessures à la gorge: elle étoit bien vétue,
    mais on ne sait point encore qui elle est. On a aussi trouvé à Venise le cadavre d'un homme d'environ 26 ans, coupé en plusieurs morceau épars en divers endroits. La tête a été exposée en public pendant trois jours, mais
    personne n'a reconnu le mort. Après l'avoir fait embaumer, le Gouvernement a donné ordre de l'exposer successivement
    dans les villes voisines, afin de tacher d'éclaircir cette horrible mistère. Plusieurs personnes soupçonnent que c'est un
    étranger.

     

     

     

     


  • AD 49 - Presse

     

    Les Affiches d'Angers Année 1779 - aout vue 8/9

     

    • Le 11 du mois dernier, il a passé la rade de Belle-Isle, un convois de plus de 100 Vaisseaux Marchand,
      conduits par quatre Frégates, faisant voile pour l'Orient, Best, 1c.
    • Le 12 un autre convoi d'environ 30 Vaisseaux Marchands, escortés par 2 Frégates, a passé dans la
      même rade, faisant route aussi pour la basse-Bretagne.
    • Le 24, Le Dauphin, ci-devant Vaisseau de la Compagnie des Indes, armé à l'Orient il y a environ 18 mois
      , commandé par M. Dumont, de S. Malo, a mouillé sous le feu de la Citadelle de Belle-Isle. Il vient de Chine,
      richement chargé, & n'attend qu'un vent favorable pour se rendre à l'Orient. Il est attaqué le 21, par une
       Frégate Anglaise, qu'il a mis en fuite, après un combat d'environ une heure, & à laquelle on croit que le feu a pris.
      Sa Cargaison est estimée 4 millions.



    Lire la Bataille de Belle-Isle


  • AD 49 - Presse

     

    Les Affiches d'Angers Année 1779 - mai vue 8/9

     

    AVIS DIVERS.

    Un Gentilhomme du nom de Durandi, jouissant d'une fortune considérable, & isolé aujourd'hui par la perrte du dernier ses enfants,
    désireroit connoïtre quelqu'un de ses parent, s'il lui en este, soit en France, en Angleterre, en Hollande, ou ailleurs: il se propose de
    les reconnoïtre dans quelque état que le sort les ait fait naïtre, & les premiers regards se porteront sur l'honnêteté de l'ame, autant que
    sur le degré de parenté. Il se borne à demander qu'on lui prouve une descendance des Durandi, en ligne directe, soit du côé des males,
    soit du côté des femelles de ce nom, & cela par le seul énoncé des titres dont on citera exactement les dates & les lieux où ils se trouvent
    sauf à entrer, quand il sera temps, dans de plus grands détails. Sa famille étoit domiciliée dans les grandes Indes, depuis plus d'un siècle
    & demi, & il n'y a que peu de temps qu'il est venu se fixer en France. Il est François d'origine, & suivant le rapport de ses pères, ses ancêtres possédoient des terres dans le Dauphiné, à trois ou quatre lieue à l'Est de Valence, où ils faisoient leur demeure principale.
    Ils avoient d'autres biens dans diverses parties de la même province;





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique