• Bien fait pour vous, ma Fille

    Une Belle-Mère pour le moins peu compatissante

    Nécrologie de Haute & Puissante Dame Marie-Céleste-Perrine Locquet, Veuve Douairière (*) de Haut & Puissant Seigneur Messire Louis-Joseph de Beaumont, Chevalier, Marquis d'Autichamp, Seigneur de Miribel, Saint-Robert, Montmoutier, & autres Lieux, Colonel du Régiment d'Enghien, Infanterie, Lieutenant de Roi pour la Province d'Anjou.

     

     Relevé sur les Affiches d'Angers en date du 4 mars 1785

     

    (*) La douairière est un terme de droit ancien (conventionnel ou coutumier) désignant une veuve d'un milieu aristocratique jouissant d'une part des biens de son défunt mari qui constituent son douaire.

    Le sort de la douairière est à distinguer de celui d'un prince apanagé qui dispose pour sa part d'un apanage créé pour subvenir à ses besoins. Ce douaire se distingue de la dot qui est constituée au profit de l'épouse à l'occasion de son mariage.

    Si le défunt mari régnait ou portait un titre, on parlera d'impératrice douairière, de reine douairière, de duchesse douairière... Une reine douairière est parfois appelée reine mère lorsqu'elle est la mère de l'actuel souverain. Le terme n'a alors que peu de rapport avec un éventuel douaire et constitue une précision utile lorsque deux femmes portent le même titre.

    « La naissance de Louis XVII comme si vous y étiezNécrologie Messire Lancelot Urbain Baron Turpin de Crissé »