• C'était un 22 octobre: Doit-on dire "merci Maréchal" ?

    Il semblerait que ce soit grâce au Maréchal que nous avons eu la chance de sauvegarder nos plus belles œuvres d'art lors de la Seconde Guerre Mondiale.

     

    • Relevé sur le Petit Courrier d'Angers le 22 octobre 1925


    AD49/Presse/Le Petit Courrier/1925/octobre/vue 67/98

    Le musée Condé est un musée français localisé dans le château de Chantilly, situé à Chantilly (Oise), à 40 km au nord de Paris.

    Sa collection de peintures anciennes compte sans doute parmi les plus importantes en France. Principalement constituée d'œuvres italiennes et françaises, elle compte, par exemple, trois tableaux de Fra Angelico et trois de Raphaël, cinq peintures de Nicolas Poussin, quatre d'Antoine Watteau ou encore cinq signées Ingres. Le musée abrite un cabinet de 2 500 dessins et une bibliothèque comportant 1 500 manuscrits dont 200 sont enluminés ; le plus célèbre d'entre eux étant Les Très Riches Heures du duc de Berry. S'y ajoutent des collections d'estampes, de portraits miniatures, de sculptures, d'antiquités, de photographies anciennes et d'arts décoratifs, meubles et porcelaine notamment.

    L'ensemble de ces collections n'est visible qu'à Chantilly car le legs du duc d'Aumale interdit tout prêt des collections et aucune modification des salles d'exposition n'est par ailleurs possible. La muséographie n'a en conséquence pratiquement pas changé depuis l'ouverture en 1898. Environ 250 000 visiteurs fréquentent le musée Condé chaque année. Quatre expositions temporaires sont organisées par an et permettent de voir une partie des œuvres conservées en réserve habituellement.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections sont de nouveau évacuées. Les préparatifs commencent le 26 août 1939. Après avoir envisagé dans un premier temps de tout entreposer dans les anciennes carrières situées sous l'hippodrome de Chantilly, elles sont déplacées dans les sous-sols du château. La majeure partie des collections est finalement évacuée en catastrophe, du 26 au 28 mai 1940, en pleine débâcle. Le voyage s'effectue à l'aide d'une vingtaine de camions, en même temps que les musées nationaux parisiens, et ce, grâce à l'intervention du maréchal Pétain, académicien et à ce titre membre du collège des conservateurs du musée Condé. Elles arrivent finalement au château de Lancosme, à Vendœuvres, dans l'Indre, où elles passent la totalité de la guerre. En décembre 1945, les collections restées au château sont sorties de leur réserve et le reste des collections retourne à Chantilly en mars 1946, le musée rouvrant officiellement le 8 juin de la même année.

     

     

     

     

    « Vol du Tronc de l'ÉgliseUne enfant des Limbes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :