• A comme Aleksandrov

    F comme Fin du Monde

    Fin du Monde
    (et après ..? )

    Trouvé il y a plusieurs mois sur un Site Russe dont j'ai malheureusement perdu l'adresse.

     

    Avez-vous déjà pensé à ce qui arriverait à notre planète, son dernier habitant disparu ?

    F comme Fin du Monde

     

    Après:

    • 2 jours: Seulement 48 heures après la disparition du dernier humain, les égouts souterrains seront inondés ...

    • 7 jours: Les générateurs d'urgence qui refroidissent les réacteurs nucléaires s'arrêtent faute de carburant.

    • 1 année: Plus de 10 millions d'oiseaux survivront sur la planète, tandis que les tours de communication s'écrouleront,  les lignes à haute tension refroidiront et les villes se rempliront d'animaux.

    • 3 années: En raison de l'absence de chaleur, les conduites de gaz dans les régions froides explosent. Les fuites de gaz de ces tuyaux provoquent des incendies, les bâtiments de se fissurent, et leurs structures deviennent instables.
      Après un ou deux hivers, le manque de chaleur aura raison des cafards.

    • 10 années: Les toits de nombreuses maisons seront détruits par la corrosion due à des fuites et des réactions chimiques entre les éléments.

    • 20 années: La rouille envahira toutes les colonnes de fer. L' Amérique du Nord et du Sud se rejoindront, le canal de Panama  disparaîtra.

    • 1 siècle: vécu il ya un siècle, la population de 500 000 éléphants vont augmenter de 20 fois. Les populations de petits prédateurs comme les renards, seront sur le bord de l'extinction en raison de l'émergence d'un nouveau concurrent: le chat domestique.

    • 3 siècles: La plupart des ponts suspendus s’effondrent et de nombreux barrages ne seront pas résister à la pression due à l'absence de soutien. En conséquence, beaucoup de villes, dans le Monde, seront inondées.

    • 5 siècles: Les villes seront envahies par les forêts et la jungle, de grands arbres croîtront entre les résidus de machines, des bâtiments et des débris de métaux.

    • 15000 ans: grandes villes reculent en raison de l'âge de glace. La seule chose qui reste relativement ensemble - une structure souterraine.

    • 35000 ans: Certaines substances qui auront polluées l'environnement au cours de l'existence de l'homme seront finalement absorbées par la nature, mais pour d'autres, tel que le cadmium, la nature aura encore besoin de 75000 autres années.

    • 100000 ans: Le niveau de dioxyde de carbone dans l'atmosphère revient aux indicateurs qui existaient avant les origines de l'humanité.

    • 250000 ans: Les rayonnements atomiques, absorbés par la terre, cesseront d'être dangereux.

    • 2 000 000 ans: Certains animaux auront appris à digérés les produits en plastique dégradés.

    • 8.500.000 ans: Des restes de quelques architectures (monuments, bâtiments) sont encore debout, s'ils n'ont pas déjà été détruits par les tremblements de terre ou les inondations. Les statues en bronze peuvent encore être visibles.

    • 3000000000 ans: Il y aura certainement encore de la vie sur Terre, mais sous une forme que nous ne pouvont même pas imaginer.

    • 6500000000 années: la Terre est en train de fondre sous l'influence du Soleil, qui a absorbé d'autres planètes, ce qui rend sa fin inévitable.

    • Pour le reste de l'éternité: Les restes de dispositifs de communication tels que les satellites, continueront à voyager dans l'espace, comme seule trace de l'ancienne existence humaine.


      F comme Fin du Monde

    Voir le sujet sur le Village abandonné dans l’archipel de Shengsi sur Les Moutons Enragés.fr


  • A comme Aleksandrov

    E comme Ekaterinbourg


    Ekaterinbourg ou Iekaterinbourg
     (en russe : Екатеринбург)


    Iekaterinbourg
    ou Ekaterinbourg est une ville de Russie arrosée par l’Isset, affluent de la Tobol. C'est la capitale administrative de l'oblast de Sverdlovsk, dans l'Oural. À l'époque soviétique, elle s'appelait Sverdlovsk (en russe : Свердловск). Avec une population de 1 428 262 habitants en 2015, elle est la quatrième ville de Russie.

     

    Map of ekaterinburg
                       E
    katerinbourg

     

    Ekaterinbourg est située sur le pan asiatique de l'Oural, à un important carrefour ferroviaire entre les liaisons provenant de toutes les parties de l'Oural et le reste de la Russie, sur la fameuse ligne du Transsibérien.

    Ekaterinbourg se trouve à 1 417 km à l'est de Moscou. La différence avec l'heure de Moscou est de +2 heures et de +6 heures avec l'heure UTC.

    • Histoire

    La ville a été fondée en 1723 par Vassili Tatichtchev et nommée du nom de la femme de l'empereur Pierre Ier (dit Pierre le Grand), l'impératrice Catherine, future impératrice régnante sous le nom de Catherine Ire (en russe : Екатерина, Iekaterina).

           
    Nicolas II en mars 1918. Dernière photo du tsar, prise alors qu'il était prisonnier à Ekaterinbourg.

     

    Peu après la Révolution d'Octobre, l'empereur Nicolas II, sa femme Alexandra Fedorovna et leurs enfants les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexis furent assassinés dans les caves de la villa Ipatiev (propriété d'un certain Nikolaï Ipatiev, ingénieur militaire), le 17 juillet 1918. En 2008, suite à des analyses ADN, le laboratoire de la faculté de médecine de l'université du Massachusetts a publié ses résultats, confirmant que tous les membres de la famille Romanov ont bien été exécutés.

    Le commando d'exécution était sous les ordres du chef de la Tchéka locale, Iakov Iourovski. En l'honneur de Iakov Sverdlov qui aurait ordonné l'exécution collective ou solitaire, la ville fut rebaptisée Sverdlovsk en 1924.

    En 1941, l'Armée rouge fut rapidement en grande difficulté face à l'armée allemande, qui atteignit les portes de Moscou. Après avoir repris le contrôle de la situation militaire, le gouvernement dirigé par Staline décida d'évacuer à l'Est, par des dizaines de milliers de trains, toutes les fabrications d'armements de la région moscovite. Elles furent transférées à Iekaterinbourg et plus généralement dans tout l'Oural, hors de portée des bombardiers allemands. À partir de cette époque la ville et sa région prirent un essor considérable dans le cadre du complexe militaro-industriel. Toute cette région et la ville furent déclarées zone interdite jusqu'en 1991. C'est dans la banlieue de Iekaterinbourg que l'avion-espion américain U-2, piloté par Gary Powers, fut abattu.

    La ville connut une épidémie de maladie du charbon (en anglais : anthrax) en avril et mai 1979. Les autorités soviétiques de l'époque l'attribuèrent à de la viande contaminée. Cependant, les autorités américaines pensent que les habitants ont peut-être inhalé des spores échappées accidentellement d'une installation militaire de production d'arme biologique. L'accident fut officiellement reconnu en 1992 par Boris Eltsine, ancien secrétaire général du parti communiste de la ville et de la région (oblast).

    Il semblerait que d'autres fuites (au moins une) se soient produites, mais le silence le plus total est encore maintenu à ce sujet. Au centre d'un complexe militaro-industriel bâti à l'ère soviétique, la ville a été interdite aux étrangers de 1960 à 1990.

    Iekaterinbourg a retrouvé son ancien nom en 1991.

    Le 8 septembre 2013, Evgueni Roizman, opposant à Vladimir Poutine soutenu par la Plate-forme citoyenne de l'oligarque Mikhaïl Prokhorov, est élu maire. Cette victoire requinque l'opposition, dans le contexte de la défaite controversée d'Alexeï Navalny à Moscou.

    Au sujet d'Ekaterinbourg
    (traduit en français d'après un site russe)

    Il y a près de trois cent ans que la ville a été fondée sur le versant Est des montagnes de l'Oural, sur les rives de la belle rivière Iset. Elle a reçu le nom de Ekaterinbourg, en mémoire de la martyre Sainte-Catherine, nom de baptème de l'épouse de l'empereur Pierre le Grand.

    La date officielle de sa fondation est le 7 (18) novembre 1723. C'est ce jour-là que l'un des meilleurs travaux de forge de cette époque fût mis en serice. L'usine-château d'Ekaterinbourg, le siège de gestion de toutes les entreprises minières et métallurgique de la région, est devenue un important avant-poste dans le développement des vastes régions de l'Oural et de la Sibérie. Ekaterinbourg a obtenu le statut de ville en 1721. Au 19e siècle, elle s'est transformée en un grand centre de l'industrie, du commerce et, par la suite, du secteur bancaire. Situé sur la frontière entre l'Europe et l'Asie, la ville a joué un rôle important d'intermédiaire commercial. En 1923, Ekaterinbourg est devenu le centre administratif de la grande région de l'Oural (sous le nom de Sverdlovsk de 1924 à 1991). Dans les années 1930, de gigantesques usines ont été construites ici, ce qui a entraîné une considérable augmentation de la population. Pendant la seconde guerre mondiale, la ville s'est transformée en un énorme arsenal de technologie militaire et d'armement. Après la guerre, Sverdlovsk a continué de se développer comme un grand centre industriel et culturel de l'Oural. En 1967, son millionième habitantest né.

    Aujourd'hui, Ekaterinbourg est une ville avec une population de 1,5 million d'habitants et un puissant centre industriel et de recherche. Ses usines de transport lourd et de produits chimiques, son travail de la métallurgique et des non ferreux, ses entreprises de l'industrie militaire occupent une place majeure dans l'économie nationale. La ville a une quinzaine d'établissements d'enseignement supérieur, elle est le siège de la Direction générale de l'Oural de l'Académie Russe des Sciences.

    Ekaterinbourg est l'un des principaux centre d'affaires en Russie. Ses institutions financières et bancaires prennent une part active dans l'économie russe, apportant une contribution substantielle au développement de la coopération avec l'étranger. De plus en plus de sociétés étrangères ouvrent avec succès des bureaux re représentation ou des entreprises conjointes ici. La position géographique unique d'Ekaterinbourg sur la frontière entre l'Europe et l'Asie offre de larges possibilités pour assumer un rôle d'un important centre de coopération entre l'Est et l'Ouest.

    Ekaterinbourg est le grand carrefour de sept chemins de fer. La vie quotidienne de la ville est assurée par son infrastructure sociale. Ses nombreux magasins, ses restaurants, tramways, trolleybus, autobus et métro rendent des services à ses résidents et visiteurs. La ville a des dizaines de bibliothèques publiques, cinémas, salles de concert, écoles de musique et d'art. Son opéra, son théâtre, son théâtre de comédie musicale, son théâtre de la Jeunesse, son théâtre des spectacles de marionnettes, sa société philharmonique et son cirque sont bien connus dans le pays. Les musées de Ekaterinbourg sont célèbres pour leurs collections uniques.

    La ville a une apparence unique. Il semble que l'histoire elle-même est inscrite dans ses rues et avenues, les ensembles architecturaux et sites touristiques.

    Plus de 600 monuments d'histoire et de culture sont situé dans la ville, et 43 d'entre eux sont considérés au top des monuments nationaux en raison de leurs spécificités.

    Le coeur d'Ekaterinbourg est son barage qui a permis le développement initial de la base industrielle de la ville. Le barrage a été érigé en 1723 et survécu à deux reconstructions. À l'heure actuelle, il est un impressionnant monument industriel du 18e siècle. Malheureusement, très peu de bâtiments de l'ancienne usine ont été conservés. Maintenant, il ne reste que peu de bâtiments : le Musée d'histoire de l'architecture de l'Oural et le Musée de la nature, tous deux situés dans la ce qui est appelé le Jardin Public Historique. Se situe aussi ici le plus ancien bâtiment de Ekaterinbourg qui date de 1764 et qui a été récemment reconstruit. À présent, c'est le Musée des Beaux-Arts. Ekaterinbourg au 18 e siècle a été une ville faite de bois. Toutefois, les premiers bâtiments de pierres ont également apparu au cours de cette période. La plupart de ces bâtiments étaient ceux d'administrations, par exemple la direction des usines minières, où le Conservatoire de l'Oural est situé maintenant. A la fin du 18e et début du 19e siècles, un nouveau style architectural (classicisme) a influencé les paysages d'Ekaterinbourg. Le palais sur la coline Voznesenskaya, avec ses luxueux parc, est le plus célèbre exemple de ce style. De nombreuses églises et chapelles ont rendu le panorama de la ville très beau et pittoresque. Au début du 20e siècle, il y avait environ 50 églises, et de ce nombre seulement 6 restent encore aujourd'hui. Il existe assez peu de bâtiments dans le style constructiviste dans la ville. Des exemples typiques de ce style sont la Grande Poste, l'imprimerie "Uralski Rabochi", le studio de cinéma, la célèbre "maison blanche", le stade "Dynamo", etc

    La période soviétique a apporté de nouvelles tendances à l'architecture d'Ekaterinbourg : le luxe et le rationalisme, qui reflètent à la fois l'influence de l'idéologie et de l'ascèse. De nouvelles tendances dans le développement de l'architecture mondiale ont également touché la ville. Certains des structures les plus connues comprennent le quartier général militaire, l'Université technique d'Etat de l'Oural (UPI), le bâtiment administratif des chemins de fer, et la Société Philharmonique.

    Le dynamisme de la vie contemporaine n'est pas sans effet sur la ville. Toutefois, de bons soins de son patrimoine culturel patrimoine contribuent à maintenir la continuité historique du temps et confirment à Ekaterinburg le droit d'un statut de ville historique.

    Sources: Wikipédia, ekaterinburg.tv


  • A comme Aleksandrov


    D comme Drapeau de la Russie
    Le drapeau de la Russie
    (Флаг России)

    Le drapeau de la Russie (en russe : Флаг России) est drapeau national et le pavillon marchand de la Fédération de Russie. Le drapeau actuel russe remonte au règne du tsar Pierre le Grand (1682 – 1725).

    Drapeau de la Fédération de Russie

    D comme Drapeau de la Russie


    Drapeau de la Russie
       
    Caractéristiques
    Proportions 2:3
    Adoption 11 décembre 1993
    Éléments Tricolore de bandes horizontales de mêmes hauteurs blanche, bleue et rouge.


    Histoire:
    Avant Pierre le Grand, la Russie, sous tutelle moscovite, n’avait pas de drapeau officiel mais utilisait pour emblème saint Georges terrassant le dragon sur fond rouge (blason des princes de Moscovie) ou les étendards (знамя) médiévaux russes. Ceux-ci étaient d’inspiration religieuse, caractérisés par des nuances de couleurs inhabituelles, de longues inscriptions slavonnes, des étoiles à multiples branches ou des bordures au dessin compliqué.

    D comme Drapeau de la Russie
    Grande bannière d'Ivan le Terrible hissée en 1560

    Le drapeau d’Ivan IV (dit le Terrible), actuellement conservé au Kremlin à Moscou fut un des plus grands drapeaux russes. D'une longueur de 6,30 m et large de 2,20 m, il représentait le pouvoir religieux du tsar (l’archange Michel et une armée de saints) ainsi que les conquêtes du tsar (les anges prêts à aider l'armée contre l'ennemi).

     

    • Création: En 1699, le tsar Pierre le Grand décide de doter sa flotte naissante d’un drapeau, selon l’usage occidental. Conçu par l'ingénieur nautique néerlandais David Butler et inspiré du drapeau néerlandais, le drapeau russe fut confirmé comme enseigne de la marine marchande en 1705. Le 7 mai 1883, son utilisation fut autorisée à terre et il devint drapeau national lors du couronnement de Nicolas II en 1896. Symboliquement les trois bandes sont interprétées comme le tsar (blanc), le ciel (bleu) et le peuple (rouge).

    • Interprétation: La couleur rouge signifierait « la souveraineté, la puissance », bleue – la couleur de la Vierge Mère, protégeant la Russie, blanche – la couleur de la liberté et de l’indépendance. Ces couleurs signifieraient aussi la communauté des trois Russies : blanche, petite et grande.


    Aujourd’hui, on utilise l’interprétation (non officielle) des couleurs du drapeau de la Russie : la couleur blanche signifie la paix, la pureté, l’innocence et la perfection, la couleur bleue – la couleur de la foi et de la fidélité, de la permanence, la couleur rouge symbolise l’énergie, la force, le sang versé pour la Patrie.

    D comme Drapeau de la Russie

    Le 22 août est la Journée du Drapeau de la Russie conformément au décret présidentiel de 1994. Le drapeau tricolore a officiellement remplacé le drapeau rouge de l'URSS en août 1991, suite au putsch de Moscou. Le 22 août 1991, le président de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) Boris Eltsine a proclamé le drapeau bleu-blanc-rouge nouveau drapeau de la Russie. 

     

    Sources: Wikipédia, sputniknews

     


  • A comme Aleksandrov

    C comme Chapka


    Chapka
    (шапка, šapka)

    C comme Chapka

    L'ouchanka (russe : уша́нка, de ouchi, « oreilles ») est un chapeau traditionnel russe ou scandinave, en fourrure, muni de parties rabattables qui peuvent couvrir les oreilles et la nuque, ou se maintenir nouées sur le haut du chapeau. Dans le langage courant, on le désigne souvent sous le simple nom de chapka qui signifie « chapeau ».

    L'ouchanka est portée dans les pays au climat continental ou polaire comme le Canada, les États-Unis, la Russie, la Corée du Nord, en Europe de l'Est, en Scandinavie et dans les pays issus de l'Union soviétique.

    • Quelles sont les origines de la chapka ?

    Rien qu'à l'évocation de son nom, on se fait une idée sur sa provenance. En effet, le mot « chapka » signifie « chapeau » en russe. En Russie, on l’appelle plus spécifiquement « ouchanka » c'est tout simplement la contraction du mot « ouchka » qui signifie « oreilles » avec le mot « chapka ».
    Au Quebec, on parle de « casque de poils ».

    La chapka semble puiser son essence dans la toque traditionnelle russe qu’arboraient, encore, sur leurs têtes, les grands chefs soviétiques du Kremlin devant les médias au XX° siècle. Elle est très ancienne semble-t-il, mais les sources concernant ses origines diffèrent : d’un côté, l’Histoire raconte qu’elle est apparue au XII° siècle, lorsque le Grand-Prince Vladimir II de Kiev l’a reçu en cadeau des mains de son grand-père l’Empereur de Byzance Constantin IX Monomaque, et  qui l’aurait fait fabriquer à sa seule attention. Cependant, cette transcription est plus que douteuse en raison des dates de règne de ces deux personnalités de l’Histoire de la Grande Russie. La seconde version, plus crédible, nous dit plutôt que ce chapeau est une évolution de celui que portaient les hommes issus du peuple de Mongolie durant les invasions et les conquêtes du Moyen-âge. Quoiqu’il en soit, c’est bien à partir de cette époque que le port de la chapka se répand dans les plaines sibériennes de Russie.

    C comme Chapka

    Elle est à l’origine constituée de fourrure de castor ou d’ours, et plus tard, on la fabriquera avec des peaux de lapins, de renards ou de martres (des animaux donc plus petits), afin de répondre à la demande de la grande bourgeoisie russe dans un premier temps, et aux besoins des militaires de l’armée soviétique. En effet la chapka fait partie de l’uniforme militaire des troupes russes, mais aussi des polices finlandaises et canadiennes. On voit très souvent ce cliché d’un soldat de l’armée rouge, en son temps, coiffé d’une chapka en fourrure synthétique mais avec les rabats relevés sur la tête, même lorsque le froid est glacial. Pourquoi d’après vous ? Tout simplement car il semble inutile et surtout « peu viril » de rabattre les pans de la chapka sur ses oreilles s’il ne fait pas vraiment froid. Tout est relatif.

     L'ouchanka fait partie de l'uniforme d'hiver des forces armées et des polices russes, finlandaises, canadiennes, ainsi que dans les unités de police de certains États américains (comme l'Alaska).

    C comme Chapka

     Gerald Ford et Léonid Brejnev à Vladivostok en 1974,
    portant respectivement un ouchanka de fourrure
    qui semble être de rat musqué et une toque d'astrakan.
     

    Les ouchankas pouvaient autrefois être faites de peau d'ours ou de castor. Elles sont aujourd'hui typiquement faites de fourrure de lapin ou de rat musqué (espèce introduite en Europe, notamment pour produire des fourrures) ; les articles de luxe se trouvent en renard, martre ou fourrure de mouton de qualité. Les dirigeants soviétiques, les apparatchiks et les personnes appartenant à une élite (ou prétendant à une telle appartenance) portaient les chapkas en fourrure de faon de renne qu'on appellait les « pijik » (russe : Пыжик). La fabrication des « pijik » était déterminée par le standard « ГОСТ 11026-64 »1.

    Les modèles militaires soviétiques étaient en fourrure synthétique, que les Russes appellent par dérision « fourrure de poisson ».

    C comme Chapka
    Fabrication d'une Chapka

    La chapka de Monomaque 

    C comme Chapka

    Le luxe et l’opulence de la cour des gouvernants de la Russie ont de tout temps étonné les étrangers. Aussi, l'ambassadeur anglais en Russie Carlyle décrivait au XVIIe siècle ses impressions sans dissimuler ses émotions : « Il nous est arrivé ce qui arrive à ceux qui sortent des ténèbres pour s’exposer à un soleil éblouissant. C’est à peine si nos yeux pouvaient supporter l’éclat de la cour du tsar de Russie qui brillait d’une multitude de pierres précieuses ». La chapka de Monomaque, symbole du pouvoir autocrate, était un des grands attributs des grands princes et des tsars de Moscou.

    Ce couvre-chef crée à la charnière du XIIe et du XIVe siècles se composait de 8 plaquettes d’or ornées de grosses perles, de rubis et d’émeraudes. La chapka a une bordure en zibeline et est surmontée d’une croix en or. Le tsar ne mettait la chapka qu’une fois, le jour de sa montée sur le trône et par la suite chaque souverain était sacré par sa couronne propre. Les historiens sont toujours partagés en ce qui concerne les origines de la chapka de Monomaque. Elle aurait été confectionnée en Byzance ou en Asie Centrale, à en juger par sa forme et ses motifs.

    Une légende apparue au XVe siècle fait croire que la chapka aurait été envoyée par l’empereur de Byzance Constantin Monomaque à son petit-fils, le grand prince Vladimir de Russie. C’est pour cette raison qu’elle porte le nom de Monomaque. Pourtant, cette version est très controversée. En effet, Constantin est mort en 1055, quand Vladimir n’avait que deux ans pour ne devenir grand prince qu’à l’âge de 56 ans. De plus, il n’existe aucune mention de la chapka de Monomaque dans les documents historiques jusqu’au XIVe siècle. C’est seulement en 1328 que « la chapka en or » est mentionnée dans une chartre du prince de Moscou Ivan Kalita. Elle devient depuis une relique d’État et se transmet d’un souverain à l’autre. De nombreux historiens supposent qu’elle avait été offerte au prince de Moscou par le khan Ouzbek de la Horde d’or. Pourtant, le nom de l’empereur de Byzance est resté pour toujours associé à ce couvre-chef précieux.

    En 1498, le grand prince de Moscou Ivan proclame son petit-fils Dimitri son successeur. Le jeune homme devient le premier prince couronné avec la chapka de Monomaque. Ivan III voulait unir sous son sceptre les principautés russes éparses. C’est pour cette raison que la cérémonie de couronnement faisant intervenir cette relique historique avait un sens emblématique pour le souverain. En effet, la chapka de Monomaque faisait du prince de Moscou et de sa dynastie le premier des princes russes. C’est dans la grande cathédrale du Kremlin de Moscou, en présence des boyards, du clergé et d’une foule de gens du peuple qu’Ivan III mit la chapka précieuse sur la tête de Dimitri et c’est devenu une tradition depuis.

    En 1682, les frères du tsar Fédor Alexéevitch mort sans descendance Ivan et Piotr deviennent candidats au trône. Mais ils ne pouvaient gouverner le pays car Ivan tait gravement malade et Piotr n’avait que 10 ans. Les partisans des deux tsarévitchs ont engagé une âpre lutte en défendant le droit au trône pour le candidat de leur choix. Soucieux d’éviter la division de l’élite politique nationale et de mettre fin aux intrigues qui se tramaient à la cour, les boyards ont décidé de mettre sur le trône les deux souverain à la fois. Mais, comme il n’y avait qu’une seule chapka de Monomaque, il a fallu en faire une copie. Les deux couvre-chefs sont actuellement conservés au Palais des armures du Kremlin de Moscou. Ivan et Piotr, devenus par la suite empereur Pierre Premier, étaient les derniers souverains russes couronnés avec la chapka de Monomaque parce que leurs successeurs étaient déjà sacrés avec la Grande Couronne Impériale. Plus près de nos jours, en 2002, les joaillers russes ont confectionné une copie de plus de la chapka. Ils ont voulu l’offrir à l’administration de la présidence russe. La chapka moderne est en tout point semblable à l’original est évaluée à environ 50 000 dollars parce qu’une partie des pierres était fausse. Or, ce cadeau a été rejeté parce que le chef d’un État démocratique n’était pas supposé porter ce symbole du pouvoir monarchique. On ignore ce qu’est devenu le présent mal avenu. Officieusement. Il a été vendu aux enchères à un acheteur anonyme et le produit de cette vente aurait été versé dans un fonds pour enfants.

    Sources: Wikipédia, chapeau-enfant.com, sputniknews.com


  • A comme Aleksandrov

    B comme Borodino


    La Bataille de Borodino
    (Бородинское сражение)

    Réédition d'un article déjà publié sur mon Blog

    La bataille de la Moskova (ou bataille de Borodino) fut la plus importante et la plus sanglante confrontation de la campagne de Russie menée par Napoléon Ier. La bataille s’est déroulée le 7 septembre 1812 (26 août dans le calendrier julien), impliquant plus de 250 000 hommes pour des pertes estimées à 100 000 hommes. Le nom fait référence à la rivière qui coule non loin du champ de bataille, environ 125 km devant Moscou. La Grande Armée commandée par Napoléon Ier, repoussa l’armée impériale russe sous les ordres de Mikhaïl Koutouzov, près du village de Borodino, à l’ouest de la ville de Mojaïsk. Les Français s’emparèrent des principales fortifications russes, dont la redoute Raïevski et les « flèches » défendues par Piotr Bagration qui fut tué lors de l’assaut, mais ils ne réussirent pas à détruire l’armée russe. Environ 30 000 soldats français sur 130 000 furent tués ou blessés au cours de la bataille. Les pertes russes furent de 45 000 sur 112 000 combattants.

    La bataille prit fin avec la retraite de l’armée russe, qui se retira en bon ordre. La bataille de la Moskova marque la dernière action offensive française sur le sol russe. En se retirant, les Russes sont encore en état de combattre. Ils ouvrent aussi la route de Moscou que la Grande Armée atteindra une semaine plus tard, le 14 septembre. Elle y restera jusqu’au 19 octobre, jour où commence le retour, bientôt désastreux, de la Grande Armée. (Wikipédia)

    Le Musée Panorama de Borodino, à Moscou.



    Panoramique de la Bataille de Borodino réalisé à partir de 38 photos.
    Le décor du fond (la Bataille) est peint sur le mur, le devant est naturel, on fait le tour à 360° sur une passerelle en hauteur.
    Un seul (et gros) reproche, aucune traduction en français pour cette Bataille Russo-Française. heureusement que j'avais mon guide.

    • Cliquez une fois sur l'image pour l'agrandir, puis faites la défiler à votre gré.

     

    Je l'ai également converti en AVI

     Médailles commémoratives de la Bataille de Borodino (Russie)
    Offertes par Евгений Игнатьев (Evgeny) mon ami Russe

    B comme Borodino

    Source: Wikipédia,

     


  • A comme Aleksandrov

    A comme Aleksandrov
    Anneau d'Or de la Russie
    (Золотое кольцо России)

    L'anneau d'or (en russe : Золотое кольцо, Zolotoïe koltso) est un espace situé au nord-est de Moscou entre la Volga et la Kliazma et délimité par d'anciennes cités princières :

    • Aleksandrov
    • Iaroslavl
    • Ivanovo
    • Gous-Khroustalny
    • Kostroma
    • Pereslavl-Zalesski
    • Rybinsk
    • Rostov Veliki
    • Serguiev Possad
    • Souzdal
    • Ouglitch
    • Vladimir

     

        Carte de l'anneau d'or de Russie 

    L'anneau d'or est une poche de terre noire particulièrement fertile appelée opolié ce qui veut dire champs (en russe : ополие). Elle a joué un rôle considérable dans le développement économique de la Russie. La richesse des terres explique pourquoi cette zone fut occupée dès le Moyen Âge par les Russes.

    Outre cet atout, sa position géographique sur les routes fluviales lui conféra très tôt une position géographique et stratégique de première importance. Au cœur de l’opolié, Vladimir, Pereslavl-Zalesski, Rostov Veliki et Souzdal connurent un essor exceptionnel dont témoignent les nombreux monuments à l'architecture ancienne du XIIe au XVIIe siècles (coupoles aux bulbes étoilés, simples murs blancs passés à la chaux, vastes monuments baroques).

    Véritables musées en plein-air, ces villes médiévales gardent la mémoire des évènements les plus importants de l'histoire russe. Les cathédrales et les églises, les couvents, les monastères, et les musées des beaux-arts frappent par leur splendeur et témoignent de la richesse du patrimoine russe.

    Source Wikipédia

     
    J'ai eu la chance de visiter deux de ces Villes:

    Souzdal 

    A comme Anneau d'OrA comme Anneau d'Or
    Vues de Souzdal

    A Souzdal se trouve un magnifique petit village en bois, constitué exclusivement de vieilles Isbas et d’Églises en bois.

    A comme Anneau d'Or  A comme Anneau d'Or

    A comme Anneau d'Or  A comme Anneau d'Or

     et Vladimir

     

    Cathédrale de Vladimir

     Sources: Wikipédia, Photos perso


  • Если Россия могла говорить
    (Si la Russie m'était contée)

    Привет (prononcez Privet), ça veut dire Bonjour (salut) en Russe.

    J'ai trouvé mon thème, ce sera la Russie.
    Ayant beaucoup d'amis Russes et ayant eu la chance d'y être invité il y a deux ans, j'ai découvert un Pays d'une beauté, d'une richesse et une architecture inouïe.
    Je vais tenter de vous inoculer le virus. he

    Abonné depuis, à plusieurs news-letters Russes, j'en ai gardé quelques une, ayant plus ou moins un rapport avec la généalogie, dans mes favoris, en prévision du Challenge.

    Voici en exclusivité, la bannière de mon calendrier.

    Si la Russie m'était contée, mon Challenge AZ 2015


  • Nous voici déjà à la 3e édition du Challenge AZ organisé par Sophie Boudarel, notre Grande Prêtresse à tous (généalogistes, j’entends he ).

    Voici la définition du Challenge AZ (sur son Blog La Gazette des Ancêtres).

    Pour ma part, si j'ai quelque peu zappé l'édition précédente, je compte bien rendre une copie complète cette année.
    Et pour cette raison, je vais m'y atteler dès maintenant, ce qui sera fait, sera fait. Echafaudage du Challenze AZ 2015

     

    Echafaudage du Challenze AZ 2015

    Je vous donnes donc rendez-vous en juin prochain pour le lancement du Challenze AZ 2015. Echafaudage du Challenze AZ 2015





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique