• Et Roland Garros dans tout ça ?

    Roland Garros fut un aviateur civil très célèbre avant 1914, lors de la Première Guerre mondiale, mort pour la France le 5 octobre 1918 à Saint-Morel près de Vouziers dans les Ardennes, un des pionniers exemplaires qui ont profondément marqué les débuts de l'aviation.

    Fait prisonnier en 1915, et comme toutes les fortes têtes, Garros sera soumis à une surveillance accrue et brinquebalé d’un camp à un autre (Küstrin, Trèves, Gnadenfrei, Magdeburg, Burg et de nouveau Magdeburg), car il faut l’empêcher d’avoir le temps de réunir les conditions d’une évasion. Après de nombreuses et infructueuses tentatives, par tunnel, par mer ou même par avion , Garros ne parviendra à s'évader qu’au bout de trois ans, le 15 février 1918 .

    Ces trois ans de captivité ont sérieusement dégradé sa santé, particulièrement sa vue : sa myopie latente devenue très gênante l’oblige à aller clandestinement se faire faire des lunettes pour pouvoir continuer à piloter.

    Le 5 octobre 1918, à l’issue d’un combat, son avion explose en l’air avant de s’écraser sur le territoire de la commune de Saint-Morel, dans les Ardennes, non loin de Vouziers où il est enterré. (Source tombes-celebrites.com)



    J'ai trouvé plusieurs article sur la mort du Héros.

    Le Petit Courrier d'Angers du 8 octobre 1918  

                               Egalement du 8 octobre

    Du 15 octobre 1918

       Du 18 octobre 1918

     

    Roland Garros et le Tournois

    Bien qu’il ne fut pas un grand joueur de tennis  comme certains pourraient le penser, Roland Garros fut bien un homme d’exception, dont notre pays peut être fier.

    Né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion,  Roland Adrien Georges Garros est foudroyé par une grave pneumonie à l’age de 12 ans. Ainsi ira t-il désormais chercher l’air qui lui manque tant sur Terre au firmament et vouera une véritable passion pour l’aviation. Battant des records d’altitude, il sera aussi un précurseur : il fut le premier à effectuer la traversée aérienne de la baie de Rio puis celle de la Méditerranée, le 23 septembre 1913 (en 7 heures et 53 minutes). Mais c’est au cours de la Première Guerre mondiale qu’il s’illustra de la façon la plus éclatante. S’engageant dès le 2 août 1914, il fut d’ abord affecté à l’escadrille « Morane-Saulnier » MS23, avant de participer à de nombreuses missions d’observation, de reconnaissance et de combats aériens. C’ est d’ailleurs sous les coups de l’ennemi qu’il tombera le 5 octobre 1918 à Saint-Morel, près de Vouziers, dans les Ardennes.

     

     

    Si le nom de Roland Garros est généralement associé au tennis, c’est parce que son ancien camarade 
    d’ HEC,  Émile Lesieur -athlète, joueur de rugby, mais aussi pilote de chasse durant la Grande Guerre- insista pour que l’enceinte, qui devait devenir le temple du tennis français, porta le nom de son ami disparu. Ainsi le stade « Roland-Garros » sera inauguré en 1928. Un moyen de faire revenir l’honorable aviateur sur la  terre ferme ; une terre « rouge ocre »- foulée, chaque année, par les plus grands joueurs de tennis- qui rapelle étrangement le sang que Roland a versé pour son pays…
    (Source: france-histoire-esperance.com)

    « Dictionnaire des abréviations et graphèmesCPA - Le Paquebot "Le Tahitien" »