• Généalogie des Rois de France rédigée par Jean Bouchet à l'attention de François 1er

    Les Généalogie, épitaphes et effigies de tous les Rois de France (avec le sommaire des geste de quarante Rois et deux Ducs qui régnèrent en Germanie sur les Français avant Pharamond et aussi des commentaires de César touchant à la Conquête des Gaules).

    A l’adresse du très haut et très puissant, illustre Prince Monsieur François Premier enfant et Dauphin de France, Jean Bouchet d’Aquitaine, votre très humble et très obéissant serviteur.

    Je me suis souvent étonné, étant enfant, des Princes dont les faits et gestes ont eut lieu au temps des Romains, qui furent de grands orateurs selon les historiographes. Ceux-ci se sont répandus en louanges concernant les Gaulois et Français qui à présent forment la même nation parce que à mon petit esprit a semblé que les Gaulois et les Français avaient autant de mérite que les Romains. Après m’en être étonné, j’ai trouvé que les Romains avaient été si heureux en la copie et séduits des égyptiens tant en grec qu’en latin, que la mémoire du moindre de leurs faits a été gardée et augmentée par l’abondance de leurs orateurs, que d’une petite chose on en a fait une grande et admirable, et les choses belliqueuses des Gaulois avant lesquels furent subjugués par les Français et semblablement celles des Français depuis qu’ils ont soumis à eux les Gaules et les faits de France occidentale et de France orientale ont été si mal recueillis qu’ils en ont presque perdu la gloire par la suppression des historiographes italiens et romains, anciens émulateurs et envieux de la prospérité des Gaulois et des Français, les nobles faits qu’ils s’efforcent toujours de calomnier et d’abâtardir. Combien à mettre ces deux fameuses générations dans la balance de l’histoire : la force, l’astuce, la prudence, la hardiesse, la richesse et la religion des Français que celle des Romains à commencer par Hector, duquel les Français sont issus et par le Prince Enée dont la gloire romaine (comme le cite Saluste) jusqu’au Duc Pharamond, premier régnant sur les Français et les Gaulois, ou à Romulus premier Roi des Romains. Car les enfants tenant des complexions et des mœurs de leurs pères les Français se trouveront fort hardis, véritables, libéraux, et de noble haut cœur à cause du preux Hector de Troyes et les Romains profiteurs, dissimulateurs, ambitieux et usurpateurs d’étranges gloires à cause d’Enée qui par avarice rendit l’honneur à son pays et sa parentèle et les adversaires des Grecs.

    Les Romains se glorifient de cette infâme et petite retraite que Romulus leur premier Roi voulut être lieu de franchise et pauvreté, appelé Achille à l’exemple de celui que Zeus premier Maître d’Athènes institua en leur donnant des hommes hardis qui assaillirent les invincibles royaumes d’Asie et d’Europe et après en avoir chassé Mythridates et Anthiocus et ce par tyrannie occupés et obtenu la victoire en si furieuses batailles que les humains n’ont plus prit part aussi puissamment ?

    Il est vrai que les Romains ont fait des choses dignes d’être louées et récitées pour donner courage et volonté aux jeunes hommes de faire comme eux, toutefois, ces faits ont été très augmentés afin de les rendre célèbres et admirables par ceux qui les ont écrites plus que la vérité du fait ne le requiert. Et si elles étaient justement et également conférées aux choses des Gaules, bien qu’elles soient resplendissantes, elles perdraient cette comparaison.

    Leurs propres orateurs ne sauraient ni les innombrables victoires des Gaulois que par les Grecs furent appelés Celtes tant au septentrion où ils imposèrent le nom de ( ?) qu’en Espagne où ils laissèrent dans les montagnes le souvenir des victoires des Celtibères. Je n’oublierai pas que les Gaulois après avoir vaincu les Thirénéens, conquirent la Vénétie, passèrent l’Alpinie parce qu’ils y habitèrent et édifièrent des cités et des villes telles que Milan, Côme, Vérone, Bergame… Je dirai de plus que les Cimbres chassèrent les Etrusques et les Lucains, conquirent plusieurs cités qu’ils nommèrent de leur nom. Ils passèrent le fleuve l’Allier et défirent les Romains et leur cité de Rome. Ils la maîtrisèrent, la pillèrent et l’abandonnèrent à feu et à sang.

    Puis poursuivant leur heureuse fortune, ils surmontèrent les Scythes, et les Grecs, remplirent la Grèce de leurs gens, occupèrent la Macédoine et firent leurs demeures dans le lieu qu’ils appelèrent la Gallacie.

    Les Romains ont fait la guerre contre leurs voisins pour les dominer. Ils luttèrent contre les Carthaginois pour les mettre sous leur empire et contre les autres nations par ambition de gloire mondaine, mais les guerres qu’ils ont eues contre les Gaules ont été pour la conservation de leurs femmes et enfants, de leurs vies et de leurs pays. Bien que les Romains se soient voulu Seigneurs de tout le monde, ils avaient une merveilleuse crainte des Gaulois quelque fut le privilège qu’ils aient dans le reste du monde. Les Romains devient être toujours armés car quand les Gaulois faisaient bruit de marcher contre eux, ils appelaient cela « le tumulte des Gaules ».

    Le nom « Gallique » a été d’une si terrible terreur et crainte et d’une si grande renommée tant par la fureur, la véhémence, la hardiesse et l’entreprise que longtemps aucun Roi ne pensait sa majesté assurée sans l’aide et le soutien des Gaulois. Toutes ces choses ont été faites non par les Français mais par les Gaulois, néanmoins la couronne de l’honneur final en revint aux Français qui après être descendus quatre cents ans avant l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ en Germanie près de la rivière du Rhin et après avoir soumis les Germains, les Thuringiens, les Teutoniques, les Daciens et autres nations Alémaniques sous le nom de Sicambres ont conquis premièrement la Gaule Celtique, puis la Belgique et finalement la Gaule d’Aquitaine et l’Armorique ? De tous ces pays, les Sicambres chassèrent et affligèrent les Romains, les Wisigoths, les Allains, les Vandales, les Herules, les Gépides et les Hunts, ils furent « devins » et supérieurs à l’Empire Romain et depuis firent une monarchie des Gaules.

    Si nous lisons les faits et gestes des quatre premiers Rois Français qui ont régné sur les Gaules, à savoir Pharamond, Chlodion, Mérovée et Childéric, nous trouverons qu’ils ont fait bien plus que les sept Rois de Rome : Romulus, Numapopilius, Tulus hostili, Ancus Martius, Tarquinius Priscus, Servinius Tulus et Tarquinius Suptius.

    Ces quatre Rois conquirent la Gaule Celtique et la Belgique en moins de soixante trois ans, tandis que ces sept Rois Romains employèrent deux cent quarante trois ans pour ajouter autour de leur cité romaine neuf lieues de pays. Si Jules César conquit les Gaules en dix ans, ce fut parce qu’il pratiqua et gagna une partie des Seigneurs de la Gaule Celtique. Mais cela ne fut jamais sans heurs, soulèvements et révoltes comme on peut le voir par ces commentaires. Louis, le cinquième Roi de France et le premier chrétien fut le monarque paisible des Gaules hors du pays de Bourgogne dont il ne fut pas les possesseur pacifique.

    Depuis Clothaire et ses autres enfants mirent la Bourgogne entièrement sous leur monarchie. Pour ses grandes victoires, l’Empereur Anastase envoya au Roi Louis les titres de perpétuel Patrice, Conseiller d’Auguste.

    Les Romains se glorifient des Scipion qu’ils appellent « foudres de bataille » et les ont nommés « Africains » pour les victoires qu’ils remportèrent à Carthage. Toutefois, deux Princes Français Godefroy de Bouillon et Baudoin du côté des Flandres firent mieux que les Scipion dans la conquête d’une grande partie de l’Asie et de l’Afrique lorsqu’ils furent couronnés Rois de Jérusalem.

    Je mettrai devant les yeux des Romains Pépin d’Héristal, Charles Martel, Roland de Roncevaux, Olivier et leurs compagnons Pairs de France, Messire Bertrand Du Guesclin, Messire Jean bâtard d’orléans et Comte de Dunois, Philippe de Bourgogne surnommé le hardi, Arthur de Bretagne connétable de France, Messire Tanguy Duchâtel, Flocquet Signole surnommé la Hire, Messire Georges de la Trémoille, Le Seigneur de la Palice, Messire Gaston de Foix Duc de Nemours et Lieutenant général pour le Roi de France à Milan, Monsieur Louis de la Trémoille vicomte de Thouars qu’on peut bien comparer à Pompée et plusieurs autres princes et capitaines renommés qui ont mérité les triomphes de victoire aussi bien ou mieux que les dits Romains. Et si les Romains ont été sur les autres hommes singulièrement c’est parce qu’ils commandèrent pour deux choses : La première est qu’ils ont été hardis en bataille et magnanimes à conquérir, la seconde est qu’en temps de paix ils ont édicté des lois équitables et ont très bien administré la chose publique par le moyen de quoi de grands Rois ont été domptés, les nations barbares subjuguées, les mers et toutes les terres réduites à leur Empire. Considérez aussi comment pour leur avarice pécuniaire et leur ambition à régner quatre ou cinq cents ans révolus, ils commencèrent à ouvrir les portes à tous les vices, dissimulations, trahisons, fausses amitiés, lubricité, vindicte, cruauté, sacrilège, pillages, spoliations des Temples. Pour tous ces crimes, ils rendirent leur Empire intolérable, alors qu’auparavant, il était tenu en haute estime, juste et bon. Finalement, les usurpateurs des royaumes et monarchies ont été vaincus par des petites compagnies de gens barbares comme les Goths Wisigoths et autres cités plus haut. Les barbares ont surmonté les Romains par leur hardiesse et les nobles français qui ont tenu leur royaume plus de temps que les Romains, car ils commencèrent à régner en Germanie sous leur Roi Anthénor jusqu’au règne du Roi François 1er.

    Il y a mille neuf cent soixante ans environ, si nous commençons à Pharamond qui le premier régna sur les Gaules, il y a quinze cent vingt quatre ans. Le règne et l’Empire des Romains a commencé par Romulus et a fini au temps où les Goths détruisirent Rome n’a duré qu’environ mille soixante ans. Au regard des mœurs et des vertus des Français, elles ont dépassé celles des Romains car un premier lieu ils n’eurent jamais aucun voisin faux. Ils ne furent craint ni leur force mise en doute, leur hardiesse les rendit célèbres et ils ont su exercer la justice en leur Royaume non par un seul Sénat, mais par plusieurs honorables parlements remplis de gens pleins de sagesse. Ils eurent cette grâce sur tous les autres Rois et Princes, que ceux de France ont aimé l’Eglise Sainte en général et en particulier ; il la défendirent des persécuteurs, des schismatiques, des hérétiques, ils fondèrent et érigèrent des monastères religieux et des collèges. Nos Rois prirent plaisir à la renommée des Prêtres. (description des tyrans de Rome…)

    Si nous parlons des Rois de France à commencer par Louis le cinquième qui fut le premier Chrétien, vous ne trouverez aucune attitude répugnante, vous ne trouverez en lui que vertu et religion. Louis fut le premier de tous les princes chrétiens à molester les hérétiques, car il en purgea toutes les Gaules lorsqu’il vainquit et en chassa les Wisigoths tous maculés de l’erreur arienne.

    (L'arianisme est une doctrine issue des enseignements d'Arius, prêtre d'Alexandrie. Ce fut la première grande hérésie chrétienne et certainement une des plus graves. Elle mettait en cause la Trinité et la divinité de Jésus-Christ qu'elle considérait comme subordonné au Père. L'agitation produite dans l'empire romain par cette hérésie conduisit l'empereur Constantin à convoquer le concile de Nicée en 325. L'arianisme y fut condamné solennellement et la consubstantialité du Christ au Père proclamée. Le conflit doctrinal se poursuivit néanmoins jusqu'à l'avènement de l'empereur Théodose. Ramené en occident par les barbares, l'arianisme survécut jusqu'au VIIème siècle.)

    Et si le Roi Dagobert opprima quelques temps certaines églises de son Royaume, ce fut pour enrichir l’Abbaye de Saint Denis en France qu’il édifia et dota somptueusement et richement. Il passa son vieil âge dans les premières vertus de son adolescence en sorte qu’après son décès son âme fut reçue par la Volonté Divine afin d’être délivrée de la fureur diabolique et portée par les anges des cieux.

    Considérons le bon vouloir du Roi Pépin le premier de la génération qui donna tant de villes et de seigneuries qu’il avait conquises en Italie au Saint Siège.

    Son fils Charlemagne qui fut Roi après lui et depuis Empereur de Rome, combien de Papes remit-il sur le Siège de Saint Pierre ? Il remit l’autorité Apostolique en grande considération et révéra la Sainte Eglise. Il guerroya dix huit fois courageusement les Saxons pour les amener à la Foi Catholique, et fit de même avec ceux d’Espagne et des autres nations infidèles. Il fit mettre de l’ordre dans les cérémonies liturgiques de la Sainte Eglise, il fit écrire le Martyrologe. Quelles furent sa Foi, sa prudence et sa confiance durant la persécution des Sarrazins et des païens ! Combien employa-t-il de ses biens temporels pour fonder et doter tant d’églises et monastères et faire en toutes sortes de si grands biens que depuis, il a été canonisé et mis au nombre des Saints.

    Contemplons un peu la pitié et la religion de son fils Louis le Débonnaire qui fut Roy Empereur après lui et combien il fut curieux et désireux d’entretenir la sainteté ecclésiastique, combien il fut dévot envers Dieu et patient dans la persécution que menèrent contre lui ses propres enfants.

    On ne peut mettre en arrière le Roi Saint Luis qui abandonna son Royaume, laissa les délices de son pays pour aller outre mer secourir les chrétiens en Terre Sainte deux fois de suite. Il endura tant de maux, de peines, d’injures et de travaux qu’il en mourut. Il est mis depuis au catalogue des Saints.

    Que dire de son fils Philippe qui fut Roi après lui ? Il portait la haire trois fois par semaine et faisait tant d’œuvres charitables qu’il ressemblait davantage à un moine qu’à un homme revêtu de la majesté royale.

    Oublierions-nous le bon Roi Robert qui prit tant de plaisir au service divin qu’il se dédia à composer des proses et des vers en l’honneur de Dieu et supprima tant son autorité seigneuriale que lui-même portait une chape de Chœur et par une dévotion singulière chantait l’office avec les prêtres. Il prit un jour tant de plaisir à chanter l’Agnus Dei durant une messe que les murailles de la ville qu’il assiégeait tombèrent miraculeusement sans l’aide d’une main humaine. Bref, on ne saurait trouver parmi toutes les histoires véritables tant de rois de chaque nation chrétienne qui fissent autant de bien, aient subvenu aux biens des nécessiteux de l’Eglise comme les Rois de France. Ils ont été le bras droit de la puissance apostolique, contrèrent la fureur des schismatiques, annihilèrent la force hérétique, soutinrent les Papes en fuite, constituèrent un refuge pour la vraie religion, exaltèrent l’humilité évangélique et réformèrent les désordres monastiques. De sorte que les Papes considérèrent les Rois de France en haute estime, leur attribuèrent des Titres Chrétiens honorifiques et firent d’eux les premiers Enfants de l’Eglise.

    L’antique génération des ascendants des Rois de France fut chantée et louée par les historiographes français dans nombre de volumes, chantant les hauts faits et gestes de tous les Rois de France jusqu’au Roi votre père et présent régnant sous forme d’épitaphes.

    Considérons la généalogie des tous premiers Rois, l’origine du nom « Français », et rassembler les faits et gestes de quarante Rois et deux Ducs Français qui ont régné en Germanie et sur la rive du grand fleuve du Rhin durant huit cents ans environ avant le dit Pharamond à partir duquel les historiographes ont commencé leurs histoires et ajouter le sommaire des commentaires de Julius César et les généalogies des Maison du Sang de France.

    Suppliant très humblement votre illustre Seigneurie d’accepter cet opuscule et de pardonner ma folle hardiesse qui a osé entreprendre et présenter à vos yeux un si petit ouvrage.

    Source Gallica.fr

    « Ville de Cognac - Ville d'histoire et de savoir faire ... 148 ans à eux deux le jour de leur Mariage »