• Les Rois de la Petite Reine

    La Grande boucle est commencée depuis presqu'une semaine, je me devais de parler de mes "Cousins" Cyclistes.

    • Jean Marie GOUASMAT (dit le Farfadet de Pluvigner)

    Jean-Marie Goasmat était un coureur cycliste professionnel français né à Camors (Morbihan) le 28 mars 1913 et mort le 21 janvier 2006. Habitant la commune de Pluvigner(Morbihan), il était surnommé le Farfadet de Pluvigner ou Adémaï. Il fut le sportif le plus populaire en Bretagne.
    Chaque année, un Grand Prix Jean-Marie Goasmat est couru mi-août à Malachappe-Pluvigner.

    Sa longue carrière a été jalonnée de nombreuses victoires de 1933 à 1951.
    Il a notamment remporté une étape célèbre du Tour de France 1936 qui s'achevait à Briançon. Ses performances sur le Tour de France 1938 suscitent beaucoup d'intérêts en Bretagne. Toutefois, alors qu'il doit assurer le rôle de leader en 1939, l'Armée ne lui accorde pas de permission (il effectue en effet son service militaire) pour disputer la Grande Boucle. (Wikipédia)

    Etape 8 : Grenoble - Briançon

    194 km. 15 juillet 1936

     

         Goasmat lance sa longue carrière

    Peu après Grenoble se présente la côte de Laffrey, une rude rampe aux longues lignes droites. Les madrilènes Berrendero et Ezquerra, intéressés par le Grand Prix de la Montagne, prennent les devants en compagnie d’un Morbihannais de 23 ans, Jean-Marie Goasmat. Ces 3 hommes franchissent le sommet 1’33’’ avant S. Maes, Vervaecke et Mersch, 2’45’’ avant le maillot jaune Archambaud, 4’ avant Magne.

    Tandis que les espagnols s’arrêtent pour changer de braquet, « le Farfadet de Pluvigner » poursuit son chemin avant de se faire rejoindre après Corps.

    Pas grave, Goasmat, malgré « son visage émacié, son nez pointu, ses épaules osseuses, ses bras et ses jambes de rachitique » (J-P. Ollivier) possède des réserves. Il profite du col Bayard pour se projeter une nouvelle fois devant en compagnie d’un autre breton, Pierre Cloarec. Les 2 touristes-routiers atteignent Gap avec 2’ d’avance sur leurs poursuivants. Sans doute auraient-ils conjugué leurs efforts et terminé ensemble si Cloarec n’avait crevé après Embrun, laissant Goasmat (1913-2006) remporter sa seule étape dans le Tour, dès sa 1ère participation, lui qui terminera encore 21ème de l’épreuve en 1951.

     

    Goasmat travaillait la terre avec sa mère avant de se mettre au vélo,
    son père étant mort à Verdun en 1916.


         Archambaud s’effondre

    Nous avons pu constater que les 2 leaders de l’équipe de France (le maillot jaune Archambaud et Magne) étaient en difficulté au sommet de la côte de Laffrey (2’45’’ de retard pour le 1er cité, 4’ pour le 2ème).

    La situation ne s‘est guère arrangée en ce qui concerne Archambaud. Fragile du foie, « le Nabot » a abondamment vomi. Aidé de Cogan, il est, malgré tout, revenu sur les belges avant de définitivement lâcher prise à 40 km de l’arrivée, victime de 2 crevaisons. 24ème de l’étape à 14’17’’ de Goasmat, Archambaud a perdu le Maillot au profit de Sylvère Maes (7ème de l’étape à 6’21’’).

    Magne n’a, quant à lui, rien perdu au général mais « le Taciturne » n’a pas semblé à son aise. Le poids des ans peut-être ?

     

    Classement de l’étape



    Classement général

    Source: http://www.lagrandeboucle.com


    Source; http://www.ina.fr


    France Bleue Vendredi 26 avril 2013 à 08h30

    France Bleu, radio partenaire exclusive du 100ème Tour de France vous propose de découvrir une histoire - petite ou grande - née de l’une des 99 éditions de la grande boucle.

     

    Aujourd’hui, Jérôme Cadet de France Bleu Breiz Izel raconte Jean Marie Goasmat.

    Dans l'entre deux guerres, il était l'un des coureurs les plus populaires du peloton

    Bruno Michel Jacques RIVET est un petit-fils d'une cousine au 7e degré de Jean Marie GOASMAT.

    • En effet,
      • Julien LE GOSLES (1 lien de parenté)   Voir
      • Françoise LE FRAPPER (1 lien de parenté)   Voir
      sont en même temps
      • des ancêtres à la 7e génération de Jean Marie GOASMAT
      • des ancêtres à la 9e génération de Bruno Michel Jacques RIVET

     Bruno Michel Jacques RIVET est aussi un descendant à la 4e génération d'un cousin au 8e degré de Jean Marie GOASMAT.

    • En effet,
      • Guillaume GOASMAT (1 lien de parenté)   Voir
      est en même temps
      • un ancêtre à la 8e génération de Jean Marie GOASMAT
      • un ancêtre à la 12e génération de Bruno Michel Jacques RIVET

    Le 2e "Cousinage" et non des moindres, (Jean Robic) viendra bientôt, le temps de tout mettre en ordre

    Source:Mon Arbre en ligne

    « Un aspect de la misère au XVIIIème siècle : les abandons d'enfantsLettre d'information électronique du CG16 »