• Naissance du duc d'Orléans, un Prince sans prénom

    Un prince sans nom


    Registre en ligne - Brignoles (83), 1607


    L'an 1607 et le 16 avril
    seconde feste de psques
    Marie de Medicis Reyne
    de france et femme de Henry
    de Bourbon quastrième c'est
    accouchée de son fils puisné
    le Duc d'Orleans a esté
    baptisé le ...........................
    et s'appelle ........................




    Ce second fils d'Henry IV et Marie de Médicis, né le 16 avril 1607 est mort d'une crise d'épilepsie le 17 novembre 1611.
    Certains historiens l'avaient prénommé Nicolas, mais il semble qu'en fait il n'ait jamais eu de nom, en tous cas le curé de Brignoles ne le prénomme pas!
    Malherbe indique que « monsieur d’Orléans a cuidé n’être que Monsieur sans queue, le roi ayant dit aussitôt qu’il fut né qu’il ne voulait point qu’il eût plus de 10 000 Lt de rente en fonds de terre et que, s’il servait bien son frère, il lui donnerait des pensions. Toutefois hier matin, il dit qu’il voyait bien que ce nom de Monsieur d’Orléans était déjà tellement publié au-dehors et au-dedans du royaume, par les dépêches qui avaient été faites, qu’il n’y avait plus d’ordre de le supprimer ; si bien que ce sera Monsieur d’Orléans, mais titulairement et non autrement »
    Le biographe de Marie de Médicis dit que cetenfant est malingre, chétif, « doué d’une tête énorme sur un corps de squelette (...) il (...) traîna, constamment souffrant » et qu'à sa mort « on lui ouvrit le crâne, il avait le cerveau rempli de catarrhes et tout gâté, plein d’eau noire et le cervelet qui s’émiait aux doigts en le maniant ».
    Mais Tristan Lhermitte, qui vécu en la compagnie des enfants de France, raconte:
    « Ce jeune soleil entre nos princes n’avait pas encore atteint un lustre, et donnait de si grandes espérances de ses divines qualités, que c’était une merveille incomparable. Il était extrêmement beau de visage, mais il était encore plus avantagé pour l’esprit et le jugement, et disait presque toujours des choses si raisonnables et si sensées qu’il ravissait en admiration tout ce qui était près de lui.
    (…) je remarquerai seulement ici un trait enfantin de son naturel enclin à la miséricorde. Un soir qu’il avait quelque petite indisposition, sa gouvernante, dame sage et prudente, et qui rendit son nom célèbre par sa vertu, s’avisa de m’envoyer quérir pour le divertir quelques heures avec mes histoires fabuleuses ; (…) j’eu recours aux fables d’Ésope (…) sa santé demandant qu’il demeurât quelque jour en repos, j’eu l’honneur de l’entretenir plusieurs fois (…) Je vins à lui conter une certaine aventure d’un loup et d’un agneau qui buvaient ensemble au courant d’une fontaine ».
    Suit le récit de cette fable bien connue, comment le loup accuse l’agneau d’une certaine faute, « comme l’agneau repartit que cela ne pouvait être lui, puisqu’il était né que depuis deux mois. Là-dessus, ce jeune prince, voyant où tendait la chose, tira vivement ses petits bras hors de son lit, et me cria d’une voix craintive, ayant presque les larmes aux yeux : « A ! petit page, je vois bien que vous allez dire que le loup mangea l’agneau. Je vous prie de dire qu’il ne le mangea pas ». Ce trait de pitié fut exprimé si tendrement et d’une façon si fort agréable qu’il ravit en admiration toutes les personnes qui l’observèrent, et pour moi, j’en fus si sensiblement touché que cette considération me fit changer sur-le-champ la fin de ma fable au gré des sentiments de cette petite merveille. (…)
    Cette divine fleur [ le prince] ne fut pas de ces fleurs qu’on nomme éternelles, ce fut un lis qui ne dura guère de matins. La terre la rendit au Ciel, avant qu’elle l’eût gardé plus d’un lustre. Et l’Europe perdit par sa mort de grandes espérances et de grandes craintes. Les plus excellents médecins furent appelés à sa maladie ; et comme ceux de cette profession ne s’accordent jamais guère en leurs jugements, ils donnèrent différents avis sur la manière de le traiter durant son mal, et ne cessèrent pas leur dispute après qu’il eut cessé de vivre. Cependant ils furent tous contraints d’avouer qu’il y avait quelque mauvais principe en la constitution du corps de ce jeune prince, qui l’empêchait de retenir plus longtemps sa belle âme, qui fit connaître, peu devant que d’aller là-haut, qu’elle était toute lumineuse. Toute la cour en prit le deuil. »


    Source: Vies d'autrefois via Wikipédia, Nicolas de France (wikipédia),

    L'histoire retiendra que

    • Le quatrième enfant d'Henri IV et de Marie de Medicis est né le 16 avril 1607.
    • Il est appelé par son titre, qui est duc d'Orléans.
    • Il n'a pas reçu de prénom.
      Il ne s'appelait pas Nicolas, comme cela est dit parfois par erreur.
      Il n'a pas eu le temps d'être baptisé.
    • Il est mort le 17 novembre 1611.
    • Henri IV et Marie de Medicis ont eu six enfants :
      Louis XIII (1601-43), Elisabeth (1602-44), Christine (1606-63), N... (1607-11), Gaston (1608-60), et Henriette (1609-69).
    • Henri IV s'était marié une première fois avec Marguerite de Valois (1553-1615), surnommée "la reine Margot".
      Ils n'ont eu aucun enfant.
      Le mariage a été annulé par le pape à la demande d'Henri IV et du duc de Toscane.
    • Henri IV a eu huit enfants hors mariage :
      Avec Gabrielle d'Estrées : César, duc de Vendôme (1594-1665), Catherine-Henriette (1596-1663), Alexandre, chevalier de Vendôme (1598-1629)
      Avec Henriette d'Entraigues : Gaston-Henri, duc de Verneuil (1601-1682), Gabrielle-Angélique (1602-1627)
      Avec Jacqueline de Bueil : Antoine, comte de Moret (1607-1632)
      Avec Charlotte des Essarts : Jeanne-Baptiste (1608-1670), Marie-Henriette (1609-1629).

    Source: http://olivier.thill.perso.neuf.fr/bio/nbourbon1.htm

    « Une naissance "mouvementée"Masculin Féminin »