• Oradour-sur-Glane

    Visiter le Village d'Oradour-sur-Glane est toujours un moment d'émotion intense.
    François Hollande et Joachim Gauck, son homologue Allemand, venus hier se recueillir dans ce petit village victime de la barbarie SS en juin 1944, peuvent en témoigner, et leur moment passés main dans la main, devant ce qui reste de l'Autel de l'église, restera un des moments forts de cette visite.


    François Hollande et Joachim Gauck


    Le temps s'y est figé, mais on y ressent et je pèse mes mots, toute l'horreur et les souffrances qui donnent tout son sens à l'expression Plus jamais ça.

    Pas un bruit, juste celui des pas des visiteurs qui viennent se recueillir. On se sent presque gêné de prendre des photos, de voler quelque chose au temps passé.

    Ces quelques photos perso d'Oradour dates de septembre 2010, lors de ma dernière visite.

    Oradour sur Glane

                                                0  

    Oradour-sur-Glane est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin. Ses habitants sont appelés les Radounauds ou Radounaux.

     

    1 2


    Au loin, le nouveau village d'Oradour sur Glane.
    Si l'on décida de laisser l'ancien village tel qu'il était à la suite de massacre, l'édification du nouveau bourg de la commune d'Oradour-sur-Glane fut envisagée sur un autre emplacement dès juillet 1944. Celui-ci sortit finalement de terre à l'ouest de l'ancien village-martyr dès 1949, les frais de reconstruction restant entièrement à la charge de l'État.

    In the distance, the new village of Oradour sur Glane If we decided to leave the old town as it was following the massacre, the construction of the new town in the commune of Oradour-sur-Glane was considered at an alternate site in July 1944. It finally came out land to the west of the old village martyr in 1949, the cost of rebuilding remains entirely the responsibility of the state. (texte wikipédia)

    La plaque d'entrée
    The entry plate

    3 4

     


    L'entrée d'Oradour
    The entry of Oradour Remember.

    5.


    Photos du Village

    0 0
    0 0
    0 0
    0 0
    0 0
    0 0
    0  

     

    0 0

    Les hommes sont répartis entre six lieux de supplices : ils y sont mitraillés puis leurs corps sont recouverts de fagots et de bottes de paille auxquels les nazis mettent le feu. Selon quelques rescapés, les nazis tirent bas et dans les jambes de leurs victimes; le feu est allumé sur des hommes encore vivants. La déclaration d’un rescapé établit qu'ils parlaient encore ; certains, légèrement blessés, ont pu s'échapper, la plupart des autres ont certainement été brûlés vifs.

    Men are divided between six places of torment: they are machine-gunned and their bodies are covered with bundles and bundles of straw to which the Nazis set fire. According to some survivors, take down the Nazis and the legs of their victims of the fire on the men alive. The declaration establishes a survivor they were still talking, some slightly wounded, escaped, most others have certainly been burned alive. (Texte wikipédia)

    0


    L'église d'Oradour Le groupe enfermé dans l’église comprend toutes les femmes et tous les enfants du village. Des soldats placent dans la nef, près du chœur, une sorte de caisse assez volumineuse de laquelle dépassent des cordons qu'ils laissent trainer sur le sol. Ces cordons ayant été allumés, le feu se communique à l'engin, qui contient un gaz asphyxiant (c'était la solution prévue) et explose par erreur ; une fumée noire, épaisse et suffocante se dégage. Une fusillade éclate dans l'église ; puis de la paille, des fagots, des chaises sont jetés pêle-mêle sur les corps qui gisent sur les dalles. Les nazis y mettent ensuite le feu. La chaleur était tellement forte qu'à l'entrée de cette église on peut voir la cloche fondue, écrasée sur le sol. Des débris de 1,20 m de hauteur recouvraient les corps. Une seule femme survit au carnage : Marguerite Rouffanche, née Thurmeaux. Son témoignage constitue tout ce qu'il est possible de savoir du drame. Elle a perdu dans la tuerie, son mari, son fils, ses deux filles et son petit-fils âgé de sept mois. Le chœur de l’église comprenant trois fenêtres, Mme Rouffanche se dirigea vers la plus grande, celle du milieu et à l'aide d'un escabeau qui servait à allumer les cierges elle parvint à l’atteindre. Le vitrail étant brisé, elle se précipita par l'ouverture. Après un saut de trois mètres, elle atterrit au pied de l’église et fut blessée en gagnant un jardin voisin. Dissimulée parmi des rangs de petits pois, elle ne fut délivrée que le lendemain vers 17 heures.

    The group locked in the church includes all women and all children of the village. Soldiers placed in the nave, near the choir, a kind of fairly large body of excess cords which they leave lying on the ground. These cables have been lit, the fire is communicated to the device, which contains a poison gas (this was the solution set) and exploded by mistake, a black smoke, thick and suffocating emerges. A gunfight broke out in the church and then straw, firewood, chairs were thrown pell-mell on the bodies that lay on the pavement. The Nazis then put them on fire. The heat was so strong at the entrance to the church you can see the bell melted, crushed on the floor. Debris from 1.20 m in height covered the body. One woman survived the carnage: Rouffanche Marguerite, born Thurmeaux. Her testimony is all that is possible to know the drama. She lost in the killing, her husband, son, two daughters and his grand-son aged seven months. The choir of the church with three windows, Ms. Rouffanche headed for the biggest, the middle and with a footstool that was used to light the candles she managed to reach it. The window was broken, she rushed through the opening. After a jump of three feet, it lands at the foot of the church and was hurt by winning a nearby garden. Hidden among rows of peas, it was delivered the next day to 17 hours. (Texte wikipédia)

    0 0
    La cloche de l'église, ou plutôt ce qu'il en reste
    The church bell, or rather what remains
    0 0

    0
    Le Monument aux Morts The Dead for France Memorial
    Voir la liste des victimes d'Oradour de Francis Deleu sur livresdeguerre.net

    0
    Expo photo dans le Mémorial d'Oradour
    Photo exhibition in the Oradour Mémorial

    0 0

     

    « Septembre 1791 Suppression des Notaires RoyauxMoyon, le Patronyme le plus présent dans la généalogie de mes enfants »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :