• A comme Anthropophage

    A comme Anthropophage,

    Article relevé dans Les Affiches d'Angers du 7 mars 1783

     

     

     

      Avis Divers

    PARLEMENTDE LANGUEDOC. 

    Antropophage condamné à mort.

    Le Parlement de Languedoc vient de condamner au dernier suplice un monstre qui n’a peut-être pas eu de modèle.

    Blaise Serrage, surnommé Séyé, Maçon de profession, natis du lieu de Cescan dans le Comté de Comminges, très-petit de taille, mais d’une force extraordinaire, très-brun, étoit vicieux & libertin par tempérament ; dans un âge peu avancé, il poursuivoit déjà les personnes du sexe.

    Craignant  d’éprouver la sévérité de la Justice, il se retira dès l’âge de 22 ans dans les montagnes Daure, voisines de sa patrie.
    Il y choisit, à la manière des ours, une retraite dans la concavité d’un rocher placé sur le haut d’une montagne. Delà il se répandoit dans la campagne, dont il devint bientôt le plus terrible fléau ; il enlevoit les brebis, les moutons, les veaux, la volaille, pour se nourrir, & sur-tout des femmes & des filles pour assouvir sa brutale passion ; il poursuivoit à coup de fusil celles qui fuyaoient & jouissoit d’elles quoique mourantes & baignées dans leeur sang.

    Comme il ne se nourrissoit plus de pain depuis quelque temps, & qu’il manquoit même souvent de vivre, on prétend qu’il étoit devenu antropophage. Il coupoit les seins & les cuisses des femmes et des filles dont il avoit joui ; il achevoit de les mettre en pièces pour en tirer les intestins & le foie, dont il se nourrissoit. Il n’épargnoit même pas les impubères.

    Il tuoit aussi les hommes & leur mangeoit les bras. Dernièrement il assassina un Marchand de meules, Espagnol, qu’il attira dans sa retraite, sous prétexte de le conduire sur les terres de France où il se rendoit pour faire des achats.

    Il avoit mis le feu à une grange qui renfermoit des bestiaux, & avoit contemplé avec plaisir l’incendie, pour satisfaire sa rage contre le propriétaire qui avoit voulu le faire arrêter.

    On prétend qu’il portoit dans ses cheveux une herbe qui a la propriété de ronger le fer.
    Elle croît dans les montagne, & n’est connue que d’un oiseau appelé le Pic.

    Pour se procurer de cette herbe on découvre le nid de cet oiseau, qu’il place ordinairement dans le creux d’un arbre ; on cloue, en son absence, une planche sur l’ouverture de l’arbre ; l’oiseau de retour, pour oter les clous qui retiennent la planche, va chercher l’herbe en question. On se tient à l’écart , e& l’orsqu’il a limé les clous & laissé tomber l’herbe, on s’en saisit.

    Blaise Ferrage dit Séyé, fut enfin arrêté par la trahison d’un faux ami, qui avoit feint de se retirer avec lui dans les montagnes, pour se dérober aux poursuites de la Justice, & qui dans le fait n’avoit pas une conduite sans reproches. On avoit fait promettre à cet homme sa grace, & plusieurs communautés d’habitants s’étoient cotisés pour donner une récompense à celui qui parviendroit à le livrer à la Justice.
    Il échappa néanmoins une première fois, mais il fut arrêté peu de temps après, s’étant égaré pendant la nuit dans les montagnes.
    Il marchoit toujours armé d’une ceinture de pistolet, d’un fusil à deux coups, & d’une dague : & il alloit dans la ville la plus prochaine de la retraite pour acheter de la poudre & des balles, & la Maréchaussée n’osoit l’arrêter.

    Il avoit environ 25 ans lorsqu’il fut jugé.
    Le juge Châtelain de Castillon l’avoit condamné à expirer sur la roue, & à être jetté au feu.

    Par Arrêt du 12 Décembre 1782, la Sentence a été confirmée, excepté dans le chef du feu. Et à cet égard le Parlement a ordonné que son corps mort seroit exposé aux fourches patibulaires : & que que l’Arrêt seroit imprimé & affiché à Cescan, Castillon et Toulouse.
    Ila été exécuté le 13 à quatre heures de relevée ; on avoit tripléla garde : toute la ville & une multitude de gens de la campagne étoient accourus à son exécution ; on ne parloit que de ce monstre. Il marcha au supplice d’un visage serein.

     

     

     

    « Perception du paquetageFaites votre demande ici »

  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Avril 2013 à 23:12

    Un sujet très original, le genre de chose que j'aime découvrir dans mes recherches, quoique ici cela va très loin !

    Ce serait intéressant de pouvoir consulter les archives de ce procès si elles existent, de lire des témoignages d'époque, etc...

    2
    Bruno Rivet Profil de Bruno Rivet
    Lundi 1er Avril 2013 à 23:25

    Promis, si je les trouves, je les mets à suivre.

    Merci Fabien

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :