• Compère et Commère

    4 ans de généalogie pour m'apercevoir seulement aujourd'hui que 9 fois sur 10 je lisait comparu devant le nom du Parrain au lieu de Compère, sans remarquer que c'était aussi marqué Commère pour la Marraine, moi qui est toujours pris ça pour un mot vulgaire.

     

    Compère et Commère

    Compère et Commère
    AD 56/Locoal-Mendon
    BMS 1630-1672 vue 214/555

     

     Etymologie: Du latin ecclésiastique commater (« marraine »), de cum et de mater.

    commère /kɔ.mɛʁ/ féminin (équivalent masculin : compère)

    1.  (Vieilli) Marraine d’un enfant, par rapport tant au parrain qu’au père et à la mère de l’enfant.

    2. Femme avec qui on vit ; compagne.
      • Napoléon Bayet s'y est installé tout aussitôt après la guerre ; il y a ramené sa commère, et six enfants lui sont nés : […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)

    3.  (Familier)  (Péjoratif) Femme bavarde, qui aime jaser, médire d’autrui. — On peut même quelquefois l’appliquer aux hommes.—
      • Mettons dans la même classe les dialecticiens et les sophistes, gens qui font plus de bruit que tous les chaudrons de Dodone, et dont le moins babillard pourrait tenir tête aux vingt plus bavardes commères qu'on puisse trouver sous le ciel. (Érasme, Éloge de la folie, 1509. Traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
      • En province,[…], toute fille qui devient amante « fait une faute » ; le terme est significatif. Les commères ne la reçoivent plus. On la fuit. (Pierre Louÿs, Liberté pour l'amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
      • […] il accueillit d’un air enjoué et d’une âme égale l’annonce câlinement faite par la Julie d’une paternité future et les sourires des voisins, les cancans des commères et jusqu’aux plaisanteries égrillardes du maire […]. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

    4.  (Archaïsme) Appellation familière, entre gens du peuple qui ont des relations fréquentes.
      • L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;
        Ma commère la carpe y faisait mille tours
        Avec le brochet son compère.
        (Jean de La a Fontaine, Le Héron)

    5.  (Désuet)  (Familier) Femme qui a de la tête, une femme hardie, que rien ne rebute.
      • Une commère dont la chemise très courte cachait mal les rondeurs, m'accueillit et, me poussant dans une pièce quasiment obscure, me confia d'un air canaille: […]. (Francis Carco, Images cachées, 1929)
      • Cette gamine vicieuse et prétentieuse est la fille d'une grosse commère qui tenait, naguère, une fruiterie dans les environs du Barbès. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.198)

    6.  (Théâtre) Les deux personnages principaux d’une revue. → voir compère
    7. (Music-hall) Animatrice d’une revue.

    Source: Compère et Commère wiktionary.org

     

     

    « François Migoret, Curé de Laval, martyr guillotinéRobert-François Damiens, Régicide »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :