• Trouvé sur le Petit Courrier d'Angers, en date du vendredi 19 juillet 1912

     

    Jean SIMON, né à Ille-sur-Têt, (Pyrénées-Orientales), le 15/04/1846, fils de Jean SIMON, Jardinier, âgé de 32 ans, et de Marie MartY. (AD 66 NMD 1842-1847 vue 221/326)

    Je ne lui ai pas trouvé d'épouse, mais ça ne veut pas dire qu'il n'est pas été marié.

    .

    A partir d'avril 1901, Jean SIMON est domicilié à Baugé, où il est Chef de musique. Le Petit Courrier lui rend un hommage mérité en juillet 1912.

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    Multi décoré et honoré

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    Jean SIMON, un Médaillé de 1870 parmi d'autres

    5 juillet 1888
    Médaille miltaire
    14 juillet 1888
    Chevalier de l'ordre royal
    du Cambodge
    14 juillet 1894
    Chevalier de l'ordre impérial
    de l'Annam
    11 juillet 1896
    Chevalier de la
    Légion d'honneur
    juin 1899
    Kin-Kam en or de 3e classe
    de l'Empire d'Annam

  • Relevé sur le Petit Courrier d'Angers, en date du jeudi 18 juillet 1912

    L'annonce du décès de Alfred FOUILLÉE, éminent philosophe.


    Né à la Pouëze (49), le 18 octobre 1838, Alfred Jules Emile FOUILLÉE est le fils de Julien Pierre Jean FOUILLÉE, et de Anne Marguerite Mélanie LEROY.

    Alfred Fouillée
    AD 49 NMD 1933-1942 vue 139/252

    Alfred Fouillée Alfred Fouillée étudia à Laval. D'abord répétiteur, il prépara seul l’agrégation de philosophie. Reçu premier, il enseigna à partir de 1864 la philosophie successivement dans les lycées de Douai, de Montpellier et de Bordeaux. Ses études sur Platon (1867) et Socrate (1868) furent couronnées par l’Académie des sciences morales et politiques. Nommé maître de conférences à l’École Normale Supérieure en 1872, l'Université lui octroya le titre de docteur en philosophie en considération de ses deux essais, Platonis Hippias Minor sive Socratica contra liberum arbitrium argumenta et La Liberté et le déterminisme.

    Le travail assidu qu'il prodigua au cours des trois années suivantes, pour composer son Histoire de la philosophie (1875) et L'Idée moderne du droit (1878), altérèrent considérablement sa santé et particulièrement sa vue, le contraignant à démissionner de sa charge d'enseignant ; libéré des obligations liées aux cours, il poursuivit ses investigations philosophiques, tentant de réconcilier l’idéalisme métaphysique avec les points de vue mécanistes et naturalistes par un éclectisme spéculatif.

    Il épousa, après une longue liaison, Augustine Tuillerie, auteur du livre de lecture pour l'enseignement primaire Le Tour de la France par deux enfants sous le pseudonyme de G. Bruno.
    Le fils d'Augustine Tuillerie, de son premier mariage, Jean-Marie Guyau (1854-1888) devint aussi philosophe. (Source: Wikipédia)

     

     
    Alfred Fouillée
    Le Petit Courrier du jeudi 18 juillet 1912
    Vue 53/96

    Alfred FouilléeLe Petit Courrier du jeudi 18 juillet 1912
    Vue 54/96

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il repose, au cimetière du Trabuquet, à Menton (06), aux côtés de sa femme, qui sous le pseudonyme de G.BRUNO (Augustine Tuilerie : 1833-1923), fut l’auteure de plusieurs manuels de lecture, dont le plus célèbre, en 1877, fut le Tour de la France par deux enfants, dans lequel les 121 chapitres exposent toutes les activités du pays, agricoles, industrielles, artisanales ou commerciales, évoquant les grands hommes et les faits glorieux de l’Histoire de France, et distillant une morale républicaine qui prône le travail, l’épargne et la discipline sociale. Dans le même tombeau repose son fils d’un premier lit, le philosophe et poète Jean-Marie GUYAU (1854-1888), considéré comme le « Nietzsche français » .
    Il fut également auteur de manuels scolaires. Malade, il alla s’installer à Menton. (source: landrucimetieres.fr)
     
       

    Alfred Fouillée

      Alfred Fouillée
        G.BRUNO (Augustine Tuilerie : 1833-1923

     

     

    Jean-Marie GUYAU
    Alfred Fouillée  

    Alfred Fouillée

     

    Alfred Fouillée


  • 24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine
    Le Petit Courrier du lundi 24 juin 1912

    Dans la nuit du 24 au 25 juin 1912, sur les coups de 23h, une terrible explosion se fait ressentir jusqu'à Angers.
    A 22h30, une dépêche arrive en gare d'Angers Saint-Laud.

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine
    Le Petit Courrier du lundi 24 juin 1912

    On retrouve le cadavre du mécanicien, M. GRICHARD, affreusement mutilé, le corps du chauffeur a quand à lui disparu.

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine
    Le Petit Courrier du lundi 24 juin 1912

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine   24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine
                                                               Le Petit Courrier du lundi 24 juin 1912

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

     Un sapeur photographe du 6e Génie d'Angers fit quelques clichés de la catastrophe,
    retrouvés dans les années 1980 sur une foire aux vieux papiers, à Angers.

     

    La liste des victimes et des rescapés

    Les victimes

    • Joseph-Jean-Gabriel RICHARD
      ° 10/11/1880 à Plouguerneau (29)

      Je n'ai pas trouvé l'union.

    • Joseph-Yves-Marie PROVOST

              ° 08/11/1880 à Langolen (29)
              x 14/01/1905 à Ergué-Armel (29), avec
                 Jeanne, Marie, Aline LE BERRE
            

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

    Les rescapés

    • Joseph-Marie SOCHAS                 
      ° 28/09/1874 à Varades (44)



    • Jules-Marie NORMAND

              ° 09/05/1878 à Fégréac  (44)
             

    • Louis FRADET 32 ans

     

    Le Petit Courrier du lundi 24 juin 1912

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

     

     

     

     

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

     

     

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine

     

     

     

    Le Petit Courrier du mardi 25 juin 1912

     

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine
    Le Petit Courrier du vendredi 28 juin 1912

     Les faits, relatés dans le livre

    24 juin 1912, catastrophe férroviaire à la Pointe-Bouchemaine


  • Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

     

    Auguste LINCOT, voit le jour, le 15 mai 1892 à Locarn, en Côtes-d'Armor, fils de Jean-Marie LINCOT, terrassier, absent à la naissance, pour cause de voyage, et de Marie-Jeanne LEIZOUR, ménagère.

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    AD 22/AD N 1888-1892 vue 162/184

    Bien que né à Locarn (22), en 1892, il est incorporé dans le service actif en 1913, et non en 1912 comme cela aurait dû être le cas, à Angers, et non dans les Côtes-d'Armor.

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

    La raison ? Il était incarcéré à Angers

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
                 ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES ET CONDAMNATIONS.
    Condamné le 9 janvier 1912 par la Cour d'assises de Maine et Loire à 6
    mois de prison pour coups et blessures.

     

     Il n'est mentionné que coups et blessures, mais il fut en fait, condamné pour coups et blessures, ayant entrainés la mort sans intention de la donner.


    En effet, le 1er janvier 1912, alors que d'ordinaire, tout un chacun se souhaite pleins de belles choses pour l'année qui commence, Auguste LINCOT, François LE TULLEC et Jean-Baptiste COMMANDEUX, tous trois âgés d'une 20e d'années, après une soirée bien arrosée, en viennent vite aux mains chez la mère de ce dernier, et la bagarre dégénéra jusqu'à un coup de couteau fatal.

     

    Le récit, d'un crime ordinaire, jour par jour, sur le Petit Courrier d'Angers en janvier 1912

    Suite à une journée très arrosée, Auguste LINCOT, 20 ans, fils de Jeanne LEIZOUR, Veuve COMMANDEUX, un garçon peu fréquentable, ce qu'à l'époque on appelait vulgairement, un Apache,

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915


    Le Petit Courrier du
    mardi 2 janvier 1912

     

     

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    Le Petit Courrier du
    vendredi 4 janvier 1912

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    Le Petit Courrier du
    mercredi 2 janvier 1912

     

     

     

     

     

     

     

     

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    Le Petit Courrier du
    dimanche 14 janvier 1912

     

     

     

     

     

     

     

     

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    Le Petit Courrier du
    jeudi 3 janvier 1912

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915
    Le Petit Courrier du
    jeudi 18 janvier 1912

     

    Le procès se tient à Angers, le 5 février 1912

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

     

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

    La Cour retiendra des circonstances atténuantes, LINCOT sera finalement condamné à 6 mois d'internement, pour coups et blessures, ayant entrainés la mort, sans intention de la donner.

     En faisant quelques recherches sur le net, je suis tombé sur son nom, sur le Livre d'or des Morts pour la France en 1914/1918

    Meutrier à 20 ans en 1912, mais malgrés tout, Héros MPF en 1915

    Meurtrier à 20 ans, MPLF à 23 ans
    Carré Militaire Français
    Cimetière de Poperinge (Belgique)


  • Trouvé sur le Petit Courrier d'Angers, en date du 2  mai 1912

     

    Georges Paul Louis LEROY, né à Saint-Quentin (Aisne), le 20/12/1843, fils de Pierre François Etienne LEROY, Commis Négociant, âgé de 35 ans, et de Cécile Héloïse D'HERVILLY. (AD 02 DN 1843 vue 181/399)

    Il épouse Marie Louise CALKLETER le 6 novembre 1875 à Courbevois (92) (AD 92 M 1875 vue90/105)

    Il auront deux enfants, Gaston LEROY qui épouse Jeanne Edmée Georgette Louise Leclerc NADAULT de BUFFON, le 15 févier 1902 à Paris IXe.
    Une fille, Marguerite Berthe LEROY, née le 25 aout 1881 à Colombes (92).

    En février 1902, Georges Paul Louis LEROY est domicilié à Angers, le Petit Courrier lui rend un hommage mérité en mai 1912.

    Un Médaillé de 1870 parmis d'autres
    AD 49/Le Petit Courrier du
    mercredi 2 mai 1912
    vue 5/98


  • Un article, sur le registre BMS 1678 de Saint-Benoit (37), a intrigué ma curiosité.

    Une enfant dévorée par une bête féroce.

    La bête de Saint-Benoit
    Crédit image: Touraine Insolite

     

    Le Vingtiesme juillet au dit an, a ésté Enterre le Restant du corp
    de marie fille de René MARAIS agée de douze ans trois mois qui a esté
    trouvée dans la garenne des TURPENAY proche la maison appelée la maison
    Rouge la ditte MARAIS aïent esté prise a vingt pas ou environ de la ditte
    maison et emportée dans la ditte garenne par une Beste Féroce qui en a
    mangé les pieds Jambes et Cuisses jusqu'aux hanches et les bras a la
    Réserve d'une main depuis le Coude ce qui a esté trouvé par Frère
    Thomas CASTILLON Religieux de dit TURPENAY, par René GILLOINE
    marchand, Maurice NORMAND et Martin PILABEAU chez lequel demeurait la ditte
    MARAIS et de nous Soussigné qui nous sommes transportés sur les lieux
    Les sus dits ont dit ne savoir signer, sauf les dit CASTILLON et GILLOINE

     

    La bête de Saint-Benoit
    AD BMS 1678 vue 5/7

    Pour info (vue sur le site de Saint-Benoit): L'année suivante, Jacques Dublineau, six ans, est lui aussi emporté dans les bois des Terreaux : "L'animal a mangé le tout à la réserve de la tête et du corps jusqu'au nombril".
    Quelques jours avant, on avait enterré dans le cimétière :
    "Quelques ossements qu'on dit être les os d'Antoine Bezanceau, âgé de 18 ans, trouvé à 200 pas au-dessus de la Fosse-Sèche. Ils ont été reconnus au justaucorps et au chapeau."

     

    Un autre ouvrage de la bête féroce, 7 jours plus tard.

    La bête de Saint-Benoit

     


  • C'est la première fois que je vois ce cas de figure, ( ou je n'avais jamais prêter attention), 2 Parrains et 1 Marraine pour un Baptême.

    Parrain, par deux

     

    Trouvé sur le registre BMS de Ménil (53)

    Le 23e jour du moy & an que dessus (juillet 1584) je
    baptise Jehan fils de Thibault LE BRUN &
    de Jehanne sa femme & furent parains
    Jehan BOURDAY & Jehan RICHARD &
    marraine Marquise GUZOULLES
    JUBES (ou JULES)

     

    Parrain, par deux
    AD BMS 1563-1637 vue 121/442

    De nos jour, cela est courant, il est possible d'avoir deux Parrains ou deux Marraines, voir les deux, mais à cette période, j'avoue que je n'ai jamais vu ça (ou pas prêté attention). Et vous ?

    Ce n'est apparemment pas un cas isolé, même Paroisse, même registre:

    Parrain, par deux

    Parrain, par deuxAD BMS 1563-1637 vue 136/442

    Et je pourrais continuer ainsi, la page en est pleine.


  • Un "benêt" pour Parrain ?

    Une Marraine pour Parrain

    Acte de Baptême trouvé sur le registre BMS 1693-1705 de la Rouaudière (53) vue 105/146

    Une Marraine pour Parrain

     

    Le vingt septième jour de novembre an cy dessus (1701) a esté
    baptizé par moy Vicaire de la paroisse soussigné Pierre fils
    de René Desroliers et de Marguerite Gille son épouse
    de cette paroisse lequel enfant est né le jour précédant sur
    les huit heures du soir, a esté Maraine Perrine Ménard
    demeurant au village de ̶C̶o̶n̶g̶r̶i̶e̶r̶ la Chenaudais paroisse de
    Congrier, laquelle Marraine a servi de Parain et de Maraine
    Le Parain aiant esté trouvé par nous Incapable d'en servir
    a cause de sa trop grande ignorance
    , laquelle Maraine a dit
    ne savoir signer aussi bien que les présant qui sont François
    Jary Jeanne Malueau et Mathurine Subled un mot raturé
    ne vaut P ESNAULT P Vicaire

     

    Était-il seulement en état d'ébriété, ou infirme (physique ou mental), ou niais ?





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique