• Q comme

     

     

    Querré est un tout petit village qui s'étend sur 12,4 km², situé dans mon Département de Naissance, le Maine & Loire (49).

    • Latitude: 47° 40' 46'' Nord
    • Longitude: 0° 37' 0'' Ouest.


    Querré est la 23426ème ville au classement des communes de France ayant le plus d'habitants.  Cette ville appartient au Canton de Châteauneuf-sur-Sarthe.


    La carte de cassini de Querre

     Je me suis amusé ce matin en remarquant que Querré ne comptait en 2010 que 319
    âmes, alors que j'ai dans mon arbre, 314 individus qui en émanent.
    Est-ce à dire que les Queréens et les Queréennes d'aujourd'hui, descendent tous de mes Ancêtres ?
    C'est juste une petite anecdote que je me devais de partager avec vous.

    Voici tout de même tous les Patronymes de mon arbre associés à Querré:
    BACHELOT (85), BERTHELOT (5), BESSON (17), BÉCHU (2), CHABAIN (2), CHABAING (24), CHALUMEAU (1), CHAPON (4), CHESNEAU (1), COLAS (2), DELAUNE (2), DELESPINE (2), FERRÉ (1), GENTILHOMME (1), HAMELIN (36), HAMON (3), HERPIN (1), LE TERME (3), LEGUERÉ (1), LEMESLE (1), MADIOT (1), MARION (64), MARTINEAU (2), MICHEL (1), PAIGNÉ (1), PASQUIER (1), POMMIER (1), RIFLÉ (1), ROBICHON (2), SAULNIER (8), SEUREAU (3), TAUSSON (19), TESSÉ (4), TESSIER (11), VEAU (1)

    Mon plus vieil acte à ce jour à Querré, le Baptême d'Olivier CHABAING, fils d'André et d'Estiennette DELESPINE le 14 aout 1617 (AD BMS 1616-1673 page 4/166).



  • Pour celui qui trouve cela dans sa généalogie, c'est une aubaine:

    Généalogie d' Hercule de Charnacé

     

    Hercule de Charnacé (3 septembre 1588 au château de Charnacé, Champigné - 17 avril 1636, siège de Breda) est un conseiller d'État et diplomate français, gouverneur de Clermont-en-Argonne, baron de Charnacé, seigneur de Gastines et du Plessis.

     

    • Biographie

     

    Originaire d'une famille de l'Anjou, il fut emmené, dès l'âge de 12 ans à la cour d'Henri III par son parrain le duc de Montbazon. Il est le confident de Richelieu. Il est ambassadeur de Louis XIII près des rois de Pologne et de Suède et près des Provinces-Unies. Saint-Simon a laissé des anecdotes sur le marquis de Charnacé.

     

    Il fut chargé d'ambassades importantes, notamment auprès du roi Gustave-Adolphe de Suède. Il négocia l'alliance entre celui-ci et Louis XIII en 1631.

     

    • Bibliographie

    Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, Paris : Imprimerie de l'armorial français, [1902]-1909.

     

     

    Souce AD 49 Champigné BMS 1596-1668 vue 84/428 et Wikipédia


  • Bonjour,

    En cherchant pour ma généalogie sur les AD du 49, je tombe sur ce texte qui attire mon attention, bien qu'à priori, il n'est aucun lien avec moi, mais juste par curiosité. Je crois y lire Ambassadeur du Roy, d'un voyage de France à Rome et du Chevalier de Guise

    J'ai bien dégrossi, du coup, ça devient plus clair

    C'est un article sur Hercule de Charnacé et sur le décès de Jacques, son père

    4 pages à lire sur les AD49 Champigné BMS 1596-1668 vues 82 à 85

     

    Le Sieur Hercule de Charnacé a esté ... à la Court de France à la suite
    de Monsieur de Monbason son parain
    depuis l'age de quatorze ans jusques a
    dix neuf ans auquel temps il alla en Ytallie
    et parti de France avec le Sieur de
    Trève qui alloit Embasadeur pour le Roy
    à Rome estant à Marseille
    le Sieur de Gatine s'embarqua avec
    le Chevallier de Guise et l' ......
    qui alloit en  ... après aoir eu  ...
    Il s'en alla à Rome après aoir esté à ...
    trois ans ou il ala à Tarente puis de Naples
    ou il fut  ... faisant toujours ses
    exercices estant de retour a toujours
    ... la Court du Roy de France  ...
    la faist gentilhomme de la Chambre et
    Chevallier de ses ordres en l'an mil six cens
    quinze durant les brouillements Il estoit
    Colonel d'un beau régiment en Bretagne
    pour monsieur de Vendome gouverneur de  ...
    ...... maintenant est Seigneur de
    Chanazé et de Gastine, du Plessis et de
    la  ...... des le dimanche Vingtième d'aout
    mil six cens dix sept. monsieur son père
    mourut le même matin et jour de dimanche
    le  ... fils estoit logé au bailleul de
    Jarzé puis du Maine.  ... revenant d'un voyage
    de novembre moy avec luy le dis Jacques à donc
    vescu  ...xixans il  ... depuis le xx ...
    qu'il mourut. Jusque au seizième octobre  ... ...

     

     




  • La carte Cassini est en fait un jeu de 182 cartes (échelle 1/86400) dressées au milieu de XVIIIe siècle par la famille Cassini (principalement par César-François Cassini), et issues de la collection David Rumsey. GeoGarage les a assemblé, puis utilisé les applications du service de cartographie en ligne de Google permettant la navigation, le zoom, etc...

    bravo

    France 1750 - David Rumsey Historical Map Collection

     



  • Bonjour à tous 

    Collectionnant tout ce qui représente Bonaparte 1er Consul, au Passage du Saint-Bernard (d'après David)

    je suis à la recherche de cette affiche.

    J'ai appelé la Mairie, qui m'a répondue que ce n'était pas une Expo organisée par la Ville, mais par le Palait des Congrès.
    J'ai essayé de les joindre, mais en vain...
    Si quelqu'un pouvait m'aider, ce serait super.

    Par avance, merci  ;)


  • comme Prêtre Poète

    1533 - Acte de baptême en vers

    Jusqu'en 1790, la ville d'Angers était partagée en seize paroisses : Saint-Pierre (l'une des plus anciennes), Saint-Maurille, Saint-Michel-du-Tertre, Saint-Denis, Saint-Julien, Saint-Martin, Saint-Michel-la-Palud, Sainte-Croix, Saint-Évroul, Saint-Aignan, Saint-Maurice, Saint-Laud, Lesvière, la Trinité, Saint-Jacques et Saint-Nicolas. Celles de Saint-Samson, Saint-Léonard et Saint-Augustin - rattachées à la ville pendant la Révolution - n'étaient alors que paroisses rurales.

     

     Les plus anciens registres paroissiaux conservés en Anjou sont ceux de la paroisse Saint-Pierre (janvier 1489). Bien avant l'édit de Villers-Cotterêts de 1539, certains évêques (surtout dans l'ouest du royaume et en Bretagne) avaient prescrit à leurs curés la tenue de registres de baptêmes. Les premiers statuts synodaux du diocèse d'Angers faisant mention de cette obligation remontent à 1504. L'édit de Villers-Cotterêts (paragraphe I, articles 50-53) l'impose à toute la France. En 1579, l'ordonnance de Blois ordonne la tenue de registres de mariages et de sépultures.

     

     Le premier registre de Saint-Pierre est déjà tenu en français. A l'image des notaires qui commençaient souvent par la formule, s'ensuyt les…, le curé a inscrit en tête du registre : S'ensuyt le papier des noms des petiz enfans baptizez depuis le premier jour de janvier en l'eglise de monsieur Sainct-Pierres d'Angiers, l'an mil IIIIC IIIIXX huyt (c'est-à-dire 1489 car nous changeons de millésime au premier janvier ; jusqu'en 1565, l'année commençait à Pâques). L'acte de baptême présenté ici est particulièrement original, puisqu'il est le seul à être rédigé en vers, sans doute par l'un des parrains des nouveaux-nés, Eustache Georget, licencié en loi. On y observe également la coutume, contractée au XIIIe siècle et interdite par le concile de Trente, du double parrainage : deux parrains et une marraine pour un garçon, l'inverse pour une fille.

     

    Le mercredy de may vingt et huytiesme
    L'an mil cinq cens trois avec le trentiesme,
    Eustache et Jehan, deux freres et sacher
    Jumeaux et filx de Ymbert maistre boucher,
    Dict Dorleans, et Perrine Bruneau,
    Sa femme espouse, en honneur bien et beau
    Ces deux enfans ensemble procreerent.
    Quatre parains pour les deux accepterent
    Et avec eulx deux notables maraines,
    Solempnizant les choses souveraines.
    Le premier fut Eustache ainsi nommé
    Par deux parains de nom bien renommé,
    Et la maraine aussi estoit de mesme,
    Faisant l'honneur qui appartient au baptesme.
    L'un estoit dict maistre Eustache Georget,
    Licencyé aux sainctes loix subgect,
    Jehan Daniel et Jehanne Barbetorte.
    Jehan Le Hayez, homme d'honneste sorte,
    Acompaigné de Pierre Fenouzet,
    Maistre boucher, compaignon de bon het,
    Avecques eulx Benoiste Bruneau dicte
    Nommerent Jehan selon la loy escripte.
    Maistre Symon Goyslard les baptisa,
    Qui justement tout le cas divisa.
    Eustache et Jehan sont les enfans nommez,
    Jhesus leur doint leur cours bien consommez.

     

    (en marge : )  Eustache, primus.
      Johannes, secundus.

    Paroisse Saint-Pierre d'Angers.
    Acte de baptême versifié d'Eustache et de Jehan Dorléans, fils du maître boucher Hymbert et de Perrine Bruneau. 28 mai 1533.
    AD49 B 1528 (7 novembre)-1584 -5 mai) vue 39/711

    Source: archives49.fr


  • Relevé dans le Petit Courrier d'Angers de Mars 1917

     

    • L’heure d’été est un système utilisé par un grand nombre de pays consistant à ajuster l’heure officielle, en ajoutant généralement une heure par rapport à l'heure du fuseau horaire (heure locale) pour une période allant du printemps jusqu'à la fin de l'été ou le début de l’automne, ce qui a pour effet de retarder l'heure à laquelle on voit le soleil se lever et se coucher.

    L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre afin de profiter plus tard de la lumière solaire pendant la période estivale ; cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission européenne qui parle d’économies relativement limitées. D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales.

    L'heure d'été est principalement utilisée dans les régions tempérées, où les variations saisonnières de luminosité rendent cette mesure pertinente. Pour l’Europe, la période s’étend du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre. Pour l’Amérique du Nord, et depuis 2007, cette période estivale débute dans la nuit du deuxième dimanche de mars, tandis que le retour à l’heure normale se fait le premier dimanche de novembre.

    Lors du passage à l’heure d’été, les horloges sont avancées de soixante minutes, entre minuit et 4 h du matin selon les pays, de sorte qu’il est couramment dit qu’« une heure de sommeil est perdue ». Lors du passage à l’heure d’hiver, les horloges sont retardées de soixante minutes et « une heure de sommeil est gagnée ».

    • Histoire

    Le 16 avril 1784, Benjamin Franklin évoque pour la première fois dans le quotidien français Le Journal de Paris la possibilité de décaler les horaires afin d’économiser l’énergie. L’idée reste cependant sans suite et n’est reprise qu’à partir de 1907 par le Britannique William Willet qui démarre une campagne contre « le gaspillage de la lumière ». L’Allemagne est la première à instaurer ce changement d’heure le 30 avril 1916 et est rapidement suivie par les Anglais le 21 mai 1916 : le Parlement met en place le British Standard Time, en avance d’une heure sur l’heure du méridien de Greenwich. L’idée est reprise par l’Irlande et l’Italie en 1966, ainsi que par la plupart des pays européens au début des années 1980. En Allemagne, entre 1947 et 1949, on instaure même un Hochsommerzeit où les horloges sont décalées d’une deuxième heure entre le 11 mai et le 29 juin.

    Première page de la lettre de Benjamin Franklin au Journal de Paris (publiée en traduction française) mentionnant pour la première fois la possibilité de décaler les horaires.

    • En France, l’heure d'été est proposée par le député André Honnorat, en 1916, puis instituée par une loi votée le 19 mars 1917 (par 291 voix contre 177).

    En 1940, sous l’Occupation, la France pratique l'heure d'été avec une certaine confusion entre zone libre et occupée : la zone occupée se met à l'heure allemande. Il faut à l'époque rajouter deux heures en été par rapport à celle de Greenwich et une seule en hiver
    A la Libération, l'heure d'été est abandonnée par le Gouvernement provisoire de la République française, le 14 août 1945.
    Le 28 mars 1976, suite au choc pétrolier de 1973, l’heure d’été est rétablie  : Il s'agit d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée. Le passage à l’heure d’été se fait le dernier dimanche de mars à 2 h du matin. Jusqu’en 1995, le passage de retour à l’heure d’hiver se fait le dernier dimanche de septembre à 3 h. Mais depuis 1996, il s’effectue le dernier dimanche d’octobre (à la même heure), ce qui prolonge la période d'heure d'été durant une partie de l’automne.

    Le changement d’heure estival est introduit dans l’ensemble des pays de l’Union européenne au début des années 1980. Pour faciliter les transports, les communications et les échanges au sein de l’UE, il a été décidé d’harmoniser les dates de changement d’heure en 1998, par la directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil.

    Avec l'abandon des changements d'heure en Chine depuis 1992 et en Russie depuis 2011, la majorité de la population mondiale garde son heure légale constante toute l'année.

     

    Source Wikipédia


  •  

    Je suis à jour, je viens de terminer mon mois d'Avril à l'instant